Lettre d'information | Octobre

Chers amis de l’Ordre de la Libération,

Vous avez été très nombreux à répondre au sondage relatif à la lettre d’information mensuelle, nous tenons à vous en remercier. Nous sommes heureux de constater que vous lisez chaque mois les nouvelles de l’Ordre avec intérêt, appréciant la diversité, le graphisme et les nombreuses photographies.

Tenant compte de vos suggestions, nous vous proposons aujourd’hui de découvrir une nouvelle version de la lettre adaptée à vos attentes différenciées, à la fois plus synthétique et dynamique pour ceux qui en veulent une lecture rapide, mais également avec possibilité « d’en savoir plus (textes) et voir plus (photos) » pour les autres. Pour y arriver, il vous faut cliquer sur le bouton qui ouvrira une nouvelle page qu’il vous faudra fermer ou cliquer sur l’onglet en haut de la page pour revenir sur lettre d’information.

Nous vous souhaitons une bonne lecture et restons à votre écoute.

Cérémonie d'hommage à Hubert Germain, Compagnon de la Libération

© Ordre de la Libération

Samedi 5 octobre, la promotion de l’Ecole spéciale militaire de saint-Cyr « Compagnons de la Libération », baptisée en juillet dernier, a rencontré Hubert Germain, Compagnon de la Libération, durant une cérémonie très émouvante. Ces élèves officiers de deuxième année ont écouté un discours intense et saisissant d'Hubert Germain (ancien lieutenant de la 13e DBLE puis ancien ministre de Georges Pompidou) à qui le Père-système de la promotion a remis un casoar et l’insigne de la promotion, après avoir entonné leur chant. Les 170 élèves ont au préalable visité le musée échangeant avec grand intérêt avec Vladimir Trouplin, conservateur, et Agnès Dumoulin, responsable du service des publics.

En savoir plus

Colloque et inauguration du chemin de mémoire dans le Finistère | 11 octobre

Pour honorer la mémoire des 53 Compagnons de la Libération finistériens ou inhumés dans le Finistère et, à travers eux, l’engagement des Finistériens dans la France libre et la Résistance, la ville de Quimper chef-lieu du département, a décidé de créer un chemin de mémoire dans le centre ville, baptisé du nom d’un Compagnon de la Libération quimpérois, Yves Rolland.

En savoir plus sur cette journée

Dévoilement du chemin de mémoire. De gauche à droite : Roger Guillamet, délégué départemental de l'AFCl et pilote du projet, le général Bruno Cuche, président de la Fondation Maréchal Leclerc, le délégué national et Ludovic Jolivet, maire de Quimper, accompagnés de Saint-cyriens de la promotion "Compagnons de la Libération".
© AFCL

Réveil de l’Escadrille française de chasse n°1, unité Compagnon de la Libération

Vendredi 18 octobre, la ministre des Armées, madame Florence Parly, a remis solennellement à la première année de l’ École de l‘Air le fanion de l’Escadrille française de chasse n°1 que le délégué national venait de lui transmettre. La ministre a ensuite ré-accroché la croix de la Libération sur le nouveau fanion, l'ancien ayant disparu dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale.

L’Escadrille de chasse n°1 est la première unité militaire à recevoir la croix de la Libération en juin 1941. Rapidement dissoute après un parcours brillant, cette unité n’avait jusqu’à présent pas pu voir ses traditions reprises. Elle est désormais réactivée au sein des armées. Les futurs cadres de l’armée de l’Air porteront ainsi pendant un an la fourragère de l’Ordre de la Libération.

En savoir plus sur cette cérémonie

En savoir plus sur cette unité Compagnon de la Libération

" Aspirants de la promotion 2019 de l’École de l’air,

Vous répondez aujourd’hui à un appel. L’appel de la France, qui vous attend dans les airs et dans l’espace. […]

[…] D’autres moments forts et symboliques vous ont unis ces dernières semaines. Des moments qui marqueront votre vie de militaire, votre vie d’aviateur, votre vie d’officier. Vous avez été baptisés dans le vent des hélices, vous avez veillé dans la salle des marbres, vous avez reçu les poignards qui symbolisent les armes que votre pays met entre vos mains et la responsabilité que vous allez porter tout au long de votre carrière.

En recevant ce fanion, vous devenez aujourd’hui les héritiers et les dépositaires d’une histoire d’exception, celle des hommes de l’Escadrille française de chasse numéro 1, le creuset des Forces aériennes françaises libres. Faites vivre avec fierté l’héritage de ses aviateurs audacieux, entretenez la mémoire de ses pilotes au courage sans égal qui se sont battus pour notre Liberté. Soyez attachés à ces valeurs, cultivez-les car elles sont au fondement de votre identité d’officier et d’aviateur.

Vous devenez aujourd’hui des officiers de la France, prêts à défendre vos concitoyens et les intérêts de votre pays. […]

[…] Profitez aussi du savoir et de l’expérience de vos aînés. Nous participons aujourd’hui à votre présentation au drapeau, à une cérémonie de transmission. Cette fourragère aux couleurs de l’Ordre national de la Libération que vous aurez l’honneur de porter pendant un an, vous la transmettrez l’année prochaine aux poussins suivants. C’est aussi ce qui anime l’âme de l’aviateur : la soif de partage et de connaissance. […]

[…] Aspirants de la promotion 2019 de l’École de l’air, chers Poussins,

Vous avez répondu à l’appel de la France. Vous avez reçu la fourragère de l’Ordre de la Libération, alors comme vos anciens, soyez toujours libres. Libres de vivre vos rêves, vos passions et vos aventures. Libres de servir votre pays et de vous donner, corps et âme, à lui.

Vive l’Ordre de la Libération ! Vive la République ! Vive la France ! "

Le délégué national transmet à Florence Parly le fanion de l'escadrille française de chasse n°1.
© Ecole de l'air
Fanion de l’escadrille française de chasse n°1
© École de l’air
Florence Parly passe les troupes en revue
© École de l’air
© École de l’air
© École de l’air

Cérémonie d’hommage à Jean-Pierre Levy à Strasbourg

© DR

A l’occasion de son centenaire, le 18 octobre 2019, l’ École de Management de Strasbourg a inauguré une plaque à la mémoire de Jean-Pierre Levy, Compagnon de la Libération. Le résistant était strasbourgeois, ancien élève et ancien président des jurys de cette école. La cérémonie a eu lieu en présence de madame Geneviève Darrieussecq, secrétaire d’Etat auprès de la ministre des Armées, de Gilles-Pierre Levy, fils de Jean-Pierre Levy et président de la Fondation de la Résistance et d’une nombreuse assistance, dont les élus, les représentants du monde universitaire et des anciens combattants, des jeunes de l’EPIDE et des chorales d'écoles.

En savoir plus sur cet hommage

Diffusion de la deuxième vidéo de Nota Bene sur Youtube

Un combat héroïque ! Comment s'est déroulée la bataille de Bir-Hakeim ?

En 1942, en Libye, les Français sont les seuls à pouvoir retenir les forces allemandes pour permettre aux Britanniques de reformer leur ligne de front. Une position doit tenir coûte que coûte pour mener à bien cette mission : Bir-Hakeim, un puits perdu au milieu du désert libyen. Un affrontement incroyable où les Français se retrouvent à 1 contre 10...

Avec un million d'abonnés à sa chaîne (essentiellement de 18 à 35 ans), Nota Bene propose de nombreuses vidéo historiques sur différents thèmes. Né d'une rencontre entre l'Ordre de la Libération et le youtubeur, ce partenariat vous fera découvrir différentes vidéos tout au long de l'année.

Regarder la vidéo

Regarder la vidéo n°1

Présentation aux médias de l'exposition "Le Chant des partisans. Création et diffusion"

©Ordre de la Libération

L'exposition-dossier "Le Chant des partisans. Création et diffusion" a été présentée le lundi 7 octobre. A cette occasion, plusieurs médias ont été conviés à découvrir l'exposition avec le commissaire, Lionel Dardenne, assistant du conservateur du musée.
L’exposition est organisée autour de deux pièces à forte valeur symbolique : la guitare d’Anna Marly et le manuscrit original du Chant des partisans. Des documents d’archives et des objets rappellent les conditions de sa création et de sa diffusion. Les visiteurs peuvent aussi découvrir et réentendre les nombreuses reprises de ce chant mythique, d'hier à aujourd'hui.

Exposition à découvrir jusqu'au 5 janvier 2020 au musée de l'Ordre de la Libération

Pour en savoir plus

Présentation du thème du concours national de la Résistance et de la Déportation

© Musée de l'Ordre de la Libération

Le 16 octobre, Vladimir Trouplin, conservateur du musée, a présenté les collections et ressources pédagogiques de l'Ordre de la Libération en lien avec le concours lors de la réunion académique de présentation du thème du CNRD 2019/2020 organisée par Rachid Azzouz inspecteur d'académie - inspecteur pédagogique régional d'histoire géographie de l'Académie de Paris, la délégation académique à la mémoire, à l'histoire et à la citoyenneté

Le thème de 2019-2020 est : 1940, entrer en Résistance, comprendre, refuser, résister.

Le musée propose une visite guidée sur cette thématique pour les collégiens et lycéens à partir des récits de Compagnons, comme Jean Pompei qui en octobre 1940 écrit à ses parents :

« Que la France vaincue ait baissé les armes pour limiter les frais : d’accord. Mais moi je ne suis pas vaincu, je suis vivant, j’ai ma foi renouvelée et inébranlable dans la défaite de l’ennemi, j’ai mon cœur, ma force, ma tête, ma vie, j’ai des armes, j’en aurai bientôt d’autres, de splendides, je mets tout, je donne tout, j’accepte tout, je ferai tout pour battre, pour supprimer ce cauchemar. »

 

En savoir plus sur le concours

Soirée culturelle | Anna Marly et le Chant des partisans

© Ordre de la Libération

Jeudi 17 octobre a eu lieu la soirée culturelle consacrée à l'exposition "Le Chant des partisans. Création et diffusion".
Lionel Dardenne a évoqué le parcours d'Anna Marly et la création du Chant des partisans. Christian Binet a ensuite présenté son métier de restaurateur du patrimoine et la manière dont il a restauré la guitare d'Anna Marly présentée dans l'exposition.
A cette occasion, Philippe Radal, président de l'association des amis du musée, qui a financé la restauration, a remis officiellement une nouvelle acquisition au conservateur : un casque Adrian ayant appartenu au général Alfred Cazaud, Compagnon de la Libération.

En mission sur l'Ile de Sein

Dans le cadre de l'exposition que le musée de l'Ordre de la Libération présentera en 2020, et dont nous vous parlerons un peu plus tard, Vladimir Trouplin, conservateur, et Margot Durand, responsable de la régie des collections et des expositions, se sont rendus sur l'Ile de Sein.

En effet, avec l’accord de la mairie, le musée emprunte cinq objets et documents au musée de l’île de Sein, dont la maquette du bateau le « Maris Stella », un des navires sur lesquels les hommes de l’Ile ont embarqué pour gagner l’Angleterre.

Pour que ces pièces-ci puissent voyager dans les meilleures conditions possibles, en respectant leur état de conservation, des emballages spécifiques ont été conçus et apportés sur l’île pour conditionner les objets et les transporter par bateau puis par voiture.

Les objets seront conservés au musée, jusqu’à leur présentation dans les salles d’exposition temporaire à partir du mois de juin 2020.

 

 

 

Vladimir Trouplin, conservateur du musée de l’Ordre de la Libération, et Dominique Kerloc’h, responsable du musée de l’Ile de Sein, sortent la maquette du Maris Stella de sa vitrine avant de commencer son conditionnement.
© Musée de l'Ordre de la Libération
Vladimir Trouplin maintient la maquette, pendant que Margot Durand, régisseure du musée de l’Ordre de la Libération, trace la forme du bateau sur un bloc de mousse pour pouvoir ensuite le creuser et y insérer la maquette.
© Musée de l'Ordre de la Libération
La maquette a été intégré dans le bloc de mousse et y est sanglée à l’aide d’un tissu spécifique afin qu’elle ne puisse pas bouger pendant le trajet jusqu’à Paris.
© Musée de l'Ordre de la Libération
L’ensemble est disposé dans une caisse créée spécialement et est prêt à partir.
© Musée de l'Ordre de la Libération

Le pistolet de Luc-Jean Orabona, médaillé de la Résistance avec rosette

© Musée de l'Ordre de la Libération

Le mardi 24 septembre, Jean-Luc Orabona a fait don au musée de l’Ordre de la Libération du pistolet Colt modèle 1911 ayant appartenu à son oncle Luc-Jean Orabona, médaillé de la Résistance française avec rosette.

Ce pistolet semi-automatique américain de calibre 455 Webley est une version du célèbre Colt 45 acheté par le Royaume-Uni, comme en témoigne les lettres RAF gravées sur le canon. L’arme a très probablement été personnalisée par Luc-Jean Orabona lui-même puisque une croix de Lorraine est gravée sur chaque plaquette de la crosse.
Luc-Jean Orabona était chef de service radio du réseau Ajax fondé par Achille Peretti, Compagnon de la Libération. Ses faits de résistance lui ont valu la Médaille militaire, la croix de guerre 1939-45 avec palme, la médaille de la Résistance française avec rosette et la King’s medal for Courage britannique.

Entretien avec le général d'armée aérienne Philippe Lavigne, chef d’état-major de l'armée de l'Air

© Ecole de l'Air

A la suite de la cérémonie du 18 octobre à Salon de Provence, le général d'armée aérienne Philippe Lavigne, chef d'état-major de l'armée de l'Air, nous explique les raisons pour lesquelles l’armée de l’Air a souhaité le réveil de l’Escadrille française de chasse n°1, unité Compagnon de la Libération :

"L’Armée de l’air est le témoin et l’héritière de l’histoire aérospatiale de la France, et dispose à ce titre d’un patrimoine qu’il convient de préserver, valoriser et construire au profit des futures générations d’aviateurs.

A ce titre, les actes héroïques réalisés lors de la 2ème Guerre mondiale par les Français libres, hélas trop souvent méconnus, sont au cœur des valeurs que je souhaite transmettre à nos jeunes officiers.

C’est en particulier le cas de l’Escadrille française de chasse n°1 (EFC1), première unité militaire à être élevée à cette dignité suprême en recevant la croix de la Libération par le général de Gaulle le 21 juin 1941.

En effet, en quelques mois, entre sa création en avril 1941 et sa dissolution en août de la même année au profit des FAFL, le bilan de cette escadrille est remarquable : elle remporte 17 victoires aériennes en 165 missions, et neuf de ses pilotes sont faits Compagnon de la Libération à titre individuel. 

En coopération avec l’Ordre national de la Libération, l’armée de l’Air a souhaité faire vivre ce patrimoine prestigieux et singulier.

Les travaux de recherche historique ont été initiés par un groupe de réservistes citoyens de l’armée de l’Air, pour mettre en valeur l’histoire de ces aviateurs qui ont fait partie des premiers à refuser la capitulation devant l’ennemi en rejoignant Londres, et léguer ainsi des vertus de courage, de détermination et de loyauté aux plus jeunes.

Je souhaite ainsi que les aspirants de l’École de l’air, qui constituent les racines de l’armée de l’Air de demain, perpétuent les valeurs de courage, d’abnégation et de sacrifice dont on fait preuve leurs grands Anciens. Ce compagnonnage est symbolisé par le fanion de l'Escadrille française de chasse n°1 qui leur est confié, et par la fourragère de l’Ordre de la Libération qu’ils auront l’honneur de porter lors du prochain défilé du 14 juillet."

Le général d'armée aérienne Philippe Lavigne

 

 

Jacques Le Normand, médaillé de la Résistance française

Arrivée du général de Gaulle à Montréal au Canada le 12 juillet 1944. A sa droite Jacques Le Normand.
© Musée de l'Ordre de la Libération / Fonds le Normand

En raison des conditions particulières d’attribution de la médaille de la Résistance française (dans la clandestinité, sous pseudonymes), les renseignements détenus par l’Ordre de la Libération sont parfois inexacts ou incomplets. La remise d’archives individuelles, sous forme d’originaux ou même de copies, permet de compléter utilement les dossiers et de contribuer à aider la recherche et la transmission de l’histoire des médaillés. C’est le cas de Jacques Le Normand, fils de Jacques Le Normand, médaillé de la Résistance avec rosette, à qui nous avons demandé pourquoi il avait fait le choix de déposer les archives de son père à l’Ordre de la Libération.

Composé de plus d’une centaine de documents datés de 1902 à la fin des années 1990, ce fonds constitue par la richesse de ses sources (photographies, correspondances, documents administratifs et militaires, etc.) un instrument de premier ordre pour retracer et étudier l’ensemble du parcours d’un médaillé de la Résistance, de son engagement dans les Forces navales françaises libres en novembre 1940 jusqu’à sa démobilisation en 1945.

Acte d’engagement dans les Forces françaises libres de Jacques Le Normand (sous son nom d'état-civil).
© Musée de l'Ordre de la Libération / Fonds Le Normand

« En 2018, à l'âge de 70 ans, j'ai commencé à réfléchir à la question des archives de mon père. J'avais parcouru ses archives et les trouvais fascinantes ; cependant, je suis ingénieur de profession et non historien. Je souhaitais préserver sa mémoire en montrant ses contributions à la Résistance française. De plus, je souhaitais mettre ses archives à la disposition des historiens et des universitaires pouvant trouver certains documents de recherche utiles. J'ai consulté un professeur d'histoire française, à l'Université McGill, qui a suggéré plusieurs institutions, dont l'Ordre de la Libération. »

Visite de la maison natale de Charles de Gaulle à Lille

© Ordre de la Libération

L'association des amis du musée de l'Ordre de la Libération a rassemblé le 11 octobre 2019 plus de trente participants pour une visite conférence de la maison natale de Charles de Gaulle à Lille.

Ces derniers ont été accueillis par madame Lefebvre, directrice de la maison et par Philippe Radal, président de l’association des amis du musée de l'Ordre de la Libération (AAMOL).

En savoir plus sur cette journée

Journée de partage de mémoire de l'Association des Familles de Compagnon de la Libération

Accueil par M. Thomas Ottenheimer, maire de Vassieux-en-Vercors et remerciements de président de l'AFCL, Jean-Paul Neuville.
© AFCL

L’association des familles de Compagnon de la Libération (AFCL) a réuni les 5 et 6 octobre 2019, 40 de ses membres à l’occasion de deux journées de « partage de mémoire » à Vassieux-en-Vercors, commune Compagnon de la Libération.

Le maire, Thomas Ottenheimer, petit-neveu de Compagnon, les a accueillis et leur a présenté son village rural de 330 habitants. Le statut de commune Compagnon de la Libération est très important pour lui. Il sensibilise les habitants, en particulier les jeunes, qui s’impliquent de façon importante.

 

En savoir plus

 

 

Inauguration d'une plaque en mémoire de Jean de Tedesco, Compagnon de la Libération

© AFCL

Le 12 octobre 2019 a eu lieu au lycée Fénelon Sainte-Marie le dévoilement d'une plaque dédiée à la mémoire de Jean de Tedesco, Compagnon de la Libération, pilote du Normandie Niemen, disparu le 14 juillet 1943.

Cette émouvante cérémonie s'est déroulée en présence de madame d'Hauteserre, maire du 8e arrondissement de Paris, de madame la conseillère culturelle et de l’attaché de défense-adjoint de l'ambassade de Russie à Paris, de monsieur Roure, président du Mémorial Normandie Niemen, de monsieur Neuville, président de l'AFCL, de monsieur Combescure, directeur de Fénelon Sainte-Marie, du capitaine Niels, représentant du RC 2/30 Normandie Niemen, de monsieur Alain de Tedesco. délégué AFCL en Aveyron. Cette plaque a été offerte par monsieur Dimitri Maslov, donateur russe d'une soixantaine de plaques dédiées aux pilotes du Normandie Niemen.
Elle sera complétée par une plaque offerte par l’AFCL, mentionnant les décorations du Compagnon Jean de Tedesco.

L'Office national des anciens combattants et victimes de guerre

Le délégué national a reçu mardi 17 septembre madame Véronique Peaucelle-Delelis, nouvelle directrice générale de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONACVG ) depuis le 21 août dernier
© Ordre de la Libération

 Madame Véronique Peaucelle-Delelis, directrice générale, nous explique en quoi consiste le partenariat entre l'Onacvg et l'Ordre de la Libération.

Nos deux établissements, l’Ordre de la Libération et l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre, sont deux jalons majeurs de l’histoire de notre Nation, tous deux nés lors d’un conflit mondial. Les racines de l’un s’ancrent dans le besoin de prise en charge des combattants de la Première Guerre mondiale et de leurs familles, les pas du second suivent ceux du Chef de la France Libre et la geste héroïque de ceux qui, les premiers, refusèrent la défaite et portèrent haut l’honneur de la France. Vaisseaux de la reconnaissance, de la solidarité et de la mémoire nationale, l’ONACVG et l’Ordre partagent plus que des objectifs et des missions, ils ont en commun une structure qui place au cœur de leur commandement et de leur développement ceux dont ils sont le visage et la maison : les combattants et les victimes de guerre, les Compagnons et désormais les médaillés de la Résistance.

Les missions de mémoire et de reconnaissance que nous portons, revêtent, aujourd’hui et peut-être plus que jamais, un caractère d’impérieuse nécessité pour notre Nation : incarner et matérialiser les valeurs de la République, à travers des lieux, des hommes et des femmes. Je souhaite donc que nous puissions encore d’avantage travailler ensemble, que nous renforcions la convention qui nous unit et que les équipes de terrain de l’ONACVG soient pour l’Ordre des partenaires actifs. Les occasions de nous retrouver sont nombreuses, il nous appartient de les faire fructifier toujours plus. Il y a naturellement les commémorations du 18 juin que vous organisez au Mont-Valérien, Haut lieu de la mémoire nationale que nous avons l’honneur d’animer au quotidien par une programmation culturelle et pédagogique sans cesse renouvelée ; il y a aussi le concours jeunesse de bande dessinée, Bulles de mémoire, que l’Office a créé et auquel vous concourez ; sans oublier les cérémonies du Vercors ou de remises de la médaille de la Résistance. Il nous appartient d’accentuer le partenariat de terrain, afin que les magnifiques parcours, sur lesquels vous veillez avec compétence et dynamisme, puissent nourrir les projets mis en œuvre par notre maillage territorial.

Je ne doute pas, qu’ensemble, nous parvenions à irriguer la société avec les valeurs que nous portons, d’engagement, de solidarité et de dépassement de soi, pour aider notre nation à affronter les défis de demain avec courage et détermination. Les ressortissants de l’Office, les Compagnons et les médaillés de la Résistance, nous rappellent au quotidien, tels des vigies de l’Histoire contemporaine, que la mémoire s’écrit au présent et se construit au quotidien.

 

Véronique Peaucelle-Delelis
Directrice générale de l’ONACVG

AGENDA DE NOVEMBRE

Retrouvez les évènements du mois de novembre ci-dessous:

5 novembre 2019

© Musée de l'Ordre de la Libération

Cérémonie commémorant la remise de la croix de la Libération à la ville de Grenoble par le général de Gaulle.

9 novembre 2019

9 novembre 2017 ©Ordre de la Libération

Messe et cérémonie à  Colombey-les-Deux-Églises pour commémorer la mort du général de Gaulle. 

16 novembre 2019

© Ordre de la Libération

Visite théâtralisée "Les Compagnons"

 

RESERVER

16 novembre 2019

© Ordre de la Libération

79e anniversaire de la création de l'Ordre de la Libération par le général de Gaulle. Ravivage de la Flamme à l'Arc de Triomphe.

21 novembre 2019

© Ordre de la Libération

Soirée culturelle: conférence musicale "Musique en Résistance"

RESERVER

15 décembre 2019

© Ordre de la Libération

Visite théâtralisée "Les Compagnons" 

RESERVER

Retour haut de page