Journée de partage de mémoire de l'Association des Familles de Compagnon de la Libération

Vassieux-en-Vercors Publié le Mercredi 01 Mai 2019

L’association des familles de Compagnon de la Libération (AFCL) a réuni les 5 et 6 octobre 2019, 40 de ses membres à l’occasion de deux journées de « partage de mémoire » à Vassieux-en-Vercors, communice Compagnon de la Libération.

Le maire, Thomas Ottenheimer, petit-neveu de Compagnon, les a accueillis et leur a présenté son village rural de 330 habitants. Le statut de commune Compagnon de la Libération est très important pour lui. Il sensibilise les habitants, en particulier les jeunes, qui s’impliquent de façon importante.

Le préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône, M. Pascal Mailhos, la sous-préfète de Die, Mme Camille de Witasse-Thézy, le président du parc naturel national du Vercors, M. Jacques Adenot, le secrétaire général des Pionniers du Vercors, M. Didier Croibier-Muscat, ainsi que le maire de la Chapelle-en-Vercors, M. Jacky Casanovas, ont rejoint le groupe pour le déjeuner.

Le guide du musée de la Résistance de Vassieux, M. Bruno Rey, a raconté les combats de juillet 1944 et le dramatique 21 juillet où 24 planeurs allemands firent un poser d’assaut à Vassieux, semant mort et ruine autour d’eux.

Devant le martyrologe, où sont gravés les noms des 73 villageois massacrés, une gerbe a été déposée et une minute de silence observée.

Après la visite de la Nécropole par M. Didier Croibier-Muscat, M. Alphonse Taravello, ancien du maquis, 94 ans, a témoigné des scènes fortes qu’il a vécues. M. Julien Guillon, historien, a ensuite présenté l’organisation et la vie du maquis, de 1940 à 1944, et le rôle des trois Compagnons Eugène Chavant, Georges Jouneau et Adrien Conus.

Dimanche matin, le groupe a visité la grotte de la Luire dans laquelle s’était réfugié l’hôpital du maquis. Découverts par les Allemands le 24 juillet 1944, blessés et médecins furent exécutés, les infirmières déportées… De cette grotte sort parfois un torrent furieux qui a de tous temps causé l’effroi : un grand mystère hydrologique, concernant la plus grande « vauclusienne » du monde ! La visite est spectaculaire.

A la Chapelle-en-Vercors, l’association s’est recueillie devant le « mur des fusillés ». Le 24 juillet 1944, les Allemands trièrent les habitants et enfermèrent les 16 plus jeunes hommes dans une grange. Au matin, les villageois y découvrirent leurs corps massacrés.

Dernière étape : le Mémorial de la Résistance de Vassieux-en-Vercors, au col de la Chau. Son architecture symbolise la « forteresse » qu’est le Vercors, sa tragédie, son héroïsme. A l’intérieur, la muséographie joue sur les symboles.  De la terrasse la vue est immense, elle domine le plateau où se lit si bien le drame qui s’y est joué, les espaces où se sont posés les planeurs, les villages détruits, les hameaux brûlés, les combats inégaux...

Déjeuner en présence de M. Pascal Mailhos, Préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Préfet du Rhône, M. Thomas Ottenheimer, Maire de Vassieux-en-Vercors, Mme Camille de Witasse-Thézy, Sous-préfète de Die et M. Jacky Casanovas, Maire de La Chapelle-en-Vercors
© AFCL
Accueil par M. le maire de Vassieux-en-Vercors, Thomas Ottenheimer et remerciements du président de l'AFCL, Jean-Paul Neuville
© AFCL
Visite du musée de la Résistance par M. Bruno Rey et M. Didier Croibier-Muscat
© AFCL
Dépot de gerbe
© AFCL
La Nécropole de Vassieux-en-Vercors
© AFCL
Témoignage d'Alphonse Taravello, 94 ans, vétéran du Vercors
© AFCL
Visite extérieure du Mémorial de la Résistance par M. Julien Guillon
© AFCL
Retour haut de page