Musée de l'ordre de la Libération

LES FEMMES ET LES HOMMES COMPAGNON DE LA LIBÉRATION

Seules 1 038 personnes, cinq communes françaises et dix-huit unités combattantes ont été nommées Compagnon de la Libération. Vous trouverez dans cette partie leur notice biographique et historique établie d’après les archives de l’Ordre de la Libération

En savoir plus

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W Z

66320 RÉSULTAT(S)

Nombre de résultats par page : 6 / 10 / 12 / 24 / 48

Marcel Bernard BARBAZAN

Médaillé par décret du 15 octobre 1945
Date de naissance : 18 octobre 1913
Lieu de naissance : NC, inconnu, Madagascar

Jean BESNIEE

Médaillé à titre posthume par décret du 06 juin 1955
Date de naissance : 21 Avril 1924
Lieu de naissance : Paris, 75 - Paris (ex Seine), France

Pierre HÉGER

ALIAS : LE GAIL
Médaillé par décret du 15 octobre 1945
Date de naissance : 01 Avril 1911
Lieu de naissance : NC, inconnu, inconnu

Jean MILON

ALIAS : N° 4 de Johang
Médaillé avec rosette à titre posthume par décret du 31 Mars 1947
Date de naissance : inconnue
Lieu de naissance : Rennes, 35 - Ille-et-Vilaine, France

MONIQUE

Médaillée par décret du 21 Mai 1943
Date de naissance : inconnue
Lieu de naissance : NC, inconnu, inconnu

The national commission

The National Commission for the French Resistance Medal was created under Article 3 of Decree no. 774. Originally composed of four members, the National Commission for the French Resistance Medal was called on to state its opinion on individuals put forward to receive the medal.

Appointed under Decree no. 909 of April 6, 1943, the original members of the National Commission were Squadron Leader Claude Hettier de Boislambert, President Antoine Bissagnet, Jacques Emile Paris, and Commander Pierre Brossolette.

Proposals for the medal ceased to be accepted as of April 1, 1947, with the exception of deported prisoners who died for France, who can still be awarded the medal posthumously. From this date on, the Ministry of the French Armed Forces has consulted the Commission for each posthumous proposal submitted.

The Commission also manages records of medal holders, receives numerous requests for information on recipients of the Resistance Medal, and produces certificates confirming medal ownership.

Chaired by the National Delegate for The Order of the Liberation, the National Commission for the French Resistance Medal is mainly composed of French Resistance medal holders. Members of the Commission review requests for posthumous decoration and state opinions submitted to the President of the Republic, who decides whether the French Resistance Medal should be awarded.

Members of the Commission:

Michèle Agniel
Hugues Goudon de Lalande
Lise Graf
René Groussard
Guy Jarry
Pierre Morel
Charlotte Nadel
René Nicolleau
Odile de Vasselot

 

Secretary of the Commission: Lionel Boucher

Decree no.62-733 of June 28, 1962, which supplements the existing provisions of Decree no.50-1182 of September 23, 1950 pursuant to posthumous decoration of individuals who lost their lives in the French Resistance, sets out the conditions governing proposals for the posthumous award of the Resistance Medal.

The following pieces of identity must be provided for incarcerated/deported members of the French Resistance, who were shot or died during deportation or incarceration, or who died due to injuries or illnesses that were contracted or worsened due to deportation or incarceration, and who are fully eligible for a pension:

Title of the deported or incarcerated member of the French Resistance:

Extract of the death certificate stating ‘Died for France’ 

For members of the French Resistance killed in action, executed by the enemy, killed during war missions or as a result of their injuries:

Extract of the death certificate stating ‘Died for France’;

Compliant certified copy or photocopy of the identity card of the volunteer Resistance fighter and:

either notification of approval of rank or French Forces of the Interior (FFI) membership on a posthumous basis, issued by the competent approval commission, and the FFI certificate of membership issued by the general in command of the military region to members of the FFI non-approved as holding the rank of officer;

or confirmation or certificate of membership issued by the Fighting French Forces (FFC) or the French Resistance (RIF) national approval commission to members of the FFC or RIF;

or confirmation from the Free French Forces (FFF).  

 

Requests should be addressed to the Ministry of the French Armed Forces at the following address:

Ministère des Armées – Secrétariat général pour l’administration - Direction des ressources humaines du ministère de la défense - Services généraux - Distinctions honorifiques – 60 boulevard du général Martial Valin – CS 21623 – 75509 PARIS Cedex 15

Nous contacter

The national commission
The National Commission for the French Resistance Medal, set up under Article 3 of Decree no.774 of February 9, 1943, was responsible for issuing opinions on proposals for the medal. Following the decision made by General de Gaulle, services for the French Resistance Medal were attached to the Chancellery for The Order of the Liberation as of 1966. This distinction was awarded to 65,295 members of the French Resistance. A higher rank was also created: the French Resistance Medal with Rosette, which was awarded to 4,586 people.
Afficher Actualités
Désactivé
Afficher agenda
Désactivé

La commission nationale

La Commission nationale de la Médaille de la Résistance a été instituée par l'article n°3 du décret n° 774. Composée à l'origine de quatre membres, la Commission nationale de la Médaille de la Résistance est appelée à donner son avis sur chaque proposition d'un prétendant à cette décoration.

Nommés par le décret n° 909 du 6 avril 1943, les premiers membres de la Commission nationale sont le chef d'escadron Claude Hettier de Boislambert, Président, Antoine Bissagnet, Jacques Emile Paris, le commandant Pierre Brossolette.

La forclusion est prononcée le 1er avril 1947, sauf pour les déportés internés, morts pour la France, auxquels la médaille peut encore être décernée à titre posthume. Dès lors, la Commission est consultée par le ministère des Armées, pour chaque dossier de demande d'attribution à titre posthume.

Elle gère également les dossiers des médaillés, reçoit les diverses demandes de renseignements concernant les titulaires de la Médaille de la Résistance et établit les diplômes attestant de l'appartenance aux médaillés.

Présidée par le délégué national de l’Ordre de la Libération, la commission nationale de la médaille de la Résistance française est composée essentiellement de médaillés de la Résistance française. Les membres de la commission étudient les demandes d’attribution à titre posthume et émettent un avis qu’ils soumettent au président de la République à qui revient de décerner ou non la médaille de la Résistance française.

Membres de la commission :

Michèle Agniel
Hugues Goudon de Lalande
Lise Graf
René Groussard
Charlotte Nadel
René Nicolleau
Odile de Vasselot

 

Secrétaire de la commission : Lionel Boucher

Le décret n°62-733 du 28 juin 1962 complétant les dispositions du décret n°50-1182 du 23 septembre 1950 relatif à l’attribution des décorations, à titre posthume, aux morts de la Résistance définit les conditions pour pouvoir prétendre à l’attribution de la médaille de la Résistance à titre posthume.

Pour les internés/déportés de la Résistance fusillés ou morts en déportation ou au cours de leur internement, ou décédés des suites de blessures ou de maladies contractées ou aggravées par le fait de leur déportation ou de leur internement et leur ayant ouvert droit à pension, il faut justifier des pièces suivantes :

Titre de déporté ou interné de la Résistance français ;

Extrait de l’acte de décès portant la mention « Mort pour la France » 

Pour les membres de la Résistance tués au combat, exécutés par l’ennemi, morts en mission de guerre ou des suites de leurs blessures :

Extrait de l’acte de décès portant la mention « Mort pour la France » ;

Copie certifie conforme ou photocopie de la carte du combattant volontaire de la Résistance et :

Soit de la notification d’homologation de grade ou de la qualité de F.F.I., à titre posthume, délivrée par la commission d’homologation compétente, et du certificat d’appartenance F.F.I. délivré par le général commandant la région militaire aux membres des F.F.I. non homologués dans un grade d’officier ;

Soit de l‘attestation ou du certificat d’appartenance délivré par la commission nationale d’homologation F.F.C. ou R.I.F. aux membres des F.F.C. ou R.I.F. ;

Soit de l’attestation F.F.L.  

 

La demande est à adresser au ministère des Armées – Secrétariat général pour l’administration - Direction des ressources humaines du ministère de la défense -  – Services généraux - Distinctions honorifiques – 60 boulevard du général Martial Valin – CS 21623 – 75509 PARIS Cedex 15

Nous contacter

La commission nationale
La commission nationale de la médaille de la Résistance française, instituée par l’article 3 du décret 774 du 9 février 1943, est chargée d’émettre un avis sur les propositions d’attribution. Depuis 1966, par décision du général de Gaulle, les services de la médaille de la Résistance française ont été rattachés à la Chancellerie de l'Ordre de la Libération. Cette distinction a été décernée à 65 295 résistants. Il existe un grade supérieur : la médaille de la Résistance avec rosette qui a été attribuée à 4 586 personnes.
Afficher Actualités
Désactivé
Afficher agenda
Désactivé

Les associations

Créée en 2013, l’association nationale des communes médaillées de la Résistance française (ANCMRF) réunit les 18 collectivités territoriales médaillées de la Résistance française. Aujourd’hui, chacune d’entre elles se relaye annuellement pour présider l’association et ainsi porter le drapeau de l’association.

L’ANCMRF a repris, à sa création en 2013, les objectifs du comité national des 18 collectivités territoriales médaillées de la Résistance française, qui étaient de faire vivre et de transmettre la mémoire de la Résistance française. A ce titre, et en lien étroit avec l’Ordre de la Libération, elle est présente dans toutes les manifestations mémorielles.

Partageant avec l’Ordre de la Libération les valeurs et l’attachement à la liberté et à la Nation, l’association nationale des communes médaillées de la Résistance française est un acteur de la pérennisation de la mémoire de la médaille de la Résistance au niveau local. Les dix-huit collectivités territoriales sont maintenant soutenues par le lycée Lalande de Bourg-en-Bresse et l’Université de Strasbourg.
Oeuvrant notamment lors de la journée nationale de la Résistance (27 mai), elle rassemble un large public (monde combattant, élus locaux) et s’adresse à la jeunesse.

 

Toujours présente aux côtés de l’Ordre de la Libération lors des cérémonies nationales inscrites au calendrier commémoratif, elle participe également aux cérémonies organisées par les autres collectivités médaillées comme par exemple devant la Nécropole nationale des Glières située sur le territoire de la commune de THÔNES.

L’Association nationale des descendants des médaillés de la Résistance française a été créée le 26 mai 2018 afin de pérenniser la mémoire des médaillés de la Résistance française et l’histoire de leur engagement en faveur de la Libération de la France.

En appui aux actions de mémoire conduites par l’Ordre de la Libération, elle a pour objectif de recueillir auprès des familles des médaillés un maximum de renseignements et d’archives pour nourrir l’histoire des parcours des médaillés de la Résistance française. 

Composition du bureau :

Jean-Pierre Masson, président ; Maurice Bleicher, vice-président ; Hugues Goudon de Lalande, délégué général et Marc Vigneron-Larosa, trésorier.

 

Pour contacter l’association, s’adresser à : contact@andmrf.fr

Les associations
Afficher Actualités
Désactivé
Afficher agenda
Désactivé
Retour haut de page