Ordre de la Libération Menu
L'escadrille française de chasse n°1 (EFC1)

L'Escadrille française de chasse n°1 (EFC1)


Fin 1940, par un accord entre le général de Gaulle et le ministère de l'air britannique, il est décidé que des pilotes de chasse français libres stationnés en AEF seront dirigés sur l'Egypte pour constituer une escadrille française. Six pilotes parmi les premiers volontaires de la France libre (James Denis, Louis Ferrant, Albert Littolff, Robert Guédon, Noël Castelain et Xavier de Scitivaux) ainsi désignés se présentent fin février 1941 au Caire avant d'être dirigés vers Ismaïlia où ils reprennent leur entraînement interrompu depuis plusieurs mois.

Le 15 mars 1941, sous le commandement du lieutenant James Denis, ils sont immédiatement affectés en Grèce, au 33 Squadron de la Royal Air Force. Equipés de Hurricane, ils sont chargés de la défense d'Athènes mais, pour des raisons diplomatiques (les officiels français sur place sont accrédités par le gouvernement de Vichy), les pilotes sont rapidement renvoyés en Afrique. Début avril les pilotes repartent pour Alexandrie puis pour Tobrouk où est créée, le 9 avril, l'Escadrille française de chasse n° 1 (EFC1).

Au sein du 73 Squadron dont elle forme le Flight C, l'EFC 1 est engagée dès le 10 avril dans la défense de Tobrouk assiégée contre les Italiens et les Allemands. Jusqu'au 14, ses missions consistent uniquement à attaquer les troupes motorisées italo-allemandes avant de livrer ses premiers combats aériens.

Du 14 au 25 avril, ces Français libres affrontent, au mieux à un contre dix, l'aviation ennemie. Ils remplissent 81 missions et obtiennent 10 victoires aériennes officielles et 2 probables en subissant un minimum de perte (le sergent-chef Guédon est porté disparu et le sergent-chef Castelain a été blessé). L'escadrille a reçu entretemps en renfort l'adjudant-chef Ballatore. Repliée ensuite à Sidi-Hanish, l'escadrille, rejointe par le sous-lieutenant Pompéi puis par l'adjudant Guillou, se consacre surtout aux attaques au sol et à la protection des convois en mer. Le 31 mai l'adjudant Guillou est abattu en combat aérien au-dessus de la Crète.

Le 21 juin 1941, l'Escadrille française de chasse n° 1 reçoit la croix de la Libération, devenant ainsi la première unité militaire titulaire de cette prestigieuse décoration. Les missions de surveillance se succèdent ensuite en dépit du manque croissant d'appareils en état de voler ce qui contraint les pilotes et les mécaniciens de l'escadrille à une très involontaire inaction.

La fin de la campagne de Syrie et l'arrivée au Moyen-Orient du colonel Martial Valin permettent d'envisager la création d'unités de chasse plus conséquentes. Fin août 1941, l'EFC 1 part pour le Liban où elle est bientôt dissoute pour laisser place, début septembre, au Groupe de chasse n°1 Alsace qui se constitue dans la plaine de la Bekaa. Une autre histoire commence... L'EFC 1 a remporté 17 victoires aériennes en 165 missions et détruit de nombreux véhicules au sol. Neuf de ses pilotes ont été faits compagnon de la Libération à titre individuel.

  • Compagnon de la Libération - décret du 21 juin 1941

Pour en savoir plus :

Liste des Compagnons de la Libération ayant appartenu à la l'Escadrille française de chasse n° 1

Bibliographie

 Les Unités Compagnons de la Libération

Imprimer