Ordre de la Libération Menu
Victor Iturria
<< Tous les compagnons

Victor Iturria

1ère CIA
French Squadron
2ème Régiment de Chasseurs Parachutistes
4ème BIA


Fils d'agriculteurs, dixième enfant d’une fratrie de douze frères et sœurs, Victor Iturria est né le 22 octobre 1914 à Bassussarry (Pyrénées-Atlantiques).

Tailleur de pierres, il est également très sportif et champion régional de pelote basque.

Il fait son service militaire, de 1934 à 1936, au 20e régiment de dragons.

Mobilisé en 1939 au 2e Hussards, il prend part à la campagne de France avec le 4e régiment de dragons portés en qualité de caporal tireur au canon de 25 mm antichar. A ce titre, il reçoit une citation pour avoir, à lui seul, mis hors de combat sept chars allemands au cours d'une attaque le 23 mai dans le Nord.

Grièvement blessé au cours de cette action, il est évacué de Dunkerque vers un hôpital en Angleterre.

A peine rétabli, au début de juillet 1940, il s'engage dans la France libre puis à la 1ère Compagnie d'Infanterie de l'Air créée en Angleterre fin septembre 1940 par le capitaine Georges Bergé.

Rapidement, Victor Iturria fait la preuve de toutes ses qualités physiques, notamment dans l'exercice du lancer de grenade.

Avec son unité devenue la 1ère Compagnie parachutiste, il embarque pour le Moyen-Orient en juillet 1941.

En septembre 1941 la 1ère Compagnie parachutiste devient le Peloton parachutiste du Levant puis, repassant à l'Armée de l'Air, la 1ère Compagnie de Chasseurs parachutistes des Forces aériennes françaises libres.

Après un stationnement à Beyrouth et Damas, l'unité s'installe, en janvier 1942, à Kabret, sur les rives du canal de Suez. Elle est intégrée à la Special Air Service Brigade (SAS brigade) britannique commandée par le Major Stirling. Les SAS français deviennent le French Squadron et, équipés de jeep, ils se distinguent par des actions violentes, sur les arrières ennemis et sur les aérodromes allemands.

Le 12 juin 1942 en Libye, Victor Iturria sous les ordres d'André Zirheld et avec Philippe Fauquet participe à l'attaque d'un des aérodromes de Benghazi.

Le mois suivant, sous les ordres du capitaine Jordan, il prend part à trois nouvelles attaques d'aérodromes en Cyrénaïque avant de prendre part, en août, à l'attaque de Benghazi.

En janvier 1943, il part du Caire pour un raid de 3 000 kilomètres avec son unité, allant jusqu'en Tunisie où il contribue à détruire les voies de communication sur les arrières de la ligne Mareth où l'ennemi s'est stabilisé. Titulaire de deux citations à l'Ordre de l'Armée, il reçoit la Médaille Militaire à Alger.

De retour en Angleterre avec les survivants du French Squadron, son unité devient, en juillet 1943, le 1er Bataillon d'Infanterie de l'Air (1er BIA) puis, en novembre le 4e Bataillon d'Infanterie de l'Air (4e BIA).

Promu adjudant, Victor Iturria devient instructeur. Le 1er juillet 1944, le 4e BIA change de nom et devient le 2e Régiment de Chasseurs parachutistes de l'Armée de l'Air (2e RCP). Iturria est parachuté en Bretagne le 3 août 1944. Une semaine plus tard, il prend part à l'attaque de Lorient puis le 15 août, à celle de Quiberon où, avec sa section, il fait une centaine de prisonniers.

Dirigé sur Nantes avec le 2e RCP, il effectue des patrouilles le long de la Loire.

Le 25 août, Victor Iturria est tué par une rafale de mitrailleuse lors d'une embuscade près de Blain en Loire-Atlantique. Il est inhumé dans le village de Sare dans les Pyrénées-Atlantiques


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 29 décembre 1944
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 avec palme
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Médaille coloniale avec agrafe « Libye »
• Médaille des Blessés
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative 39-45
• Military Cross (GB)

Imprimer