Ordre de la Libération Menu
André Zirnheld
<< Tous les compagnons

André Zirnheld

1er Bataillon d'Infanterie de Marine
1ère CIA
French Squadron

André Zirnheld est né le 7 mars 1913 à Paris dans une famille alsacienne ayant choisi la France en 1870.

Il perd son père à l'âge de 9 ans et fait ses études secondaires au collège Saint Jean de Passy.

Bachelier puis licencié de Philosophie en 1936, il prépare en Sorbonne, à la veille de la guerre, un diplôme d'études supérieures de Philosophie sur Spinoza, tout en travaillant dans une maison d'édition.

Nommé professeur en 1937 au collège de Sousse, puis au lycée Carnot à Tunis.

Devant faire son service militaire, il demande vainement un sursis pour préparer l'Agrégation. Il est donc, en octobre 1938, détaché en qualité de militaire comme professeur au Collège de la Mission laïque française de Tartus en Syrie.

Au lendemain de l'armistice qu'il refuse totalement, André Zirnheld franchit la frontière libano-palestinienne à Nakoura et rejoint les Britanniques. C'est plus tard qu'il notera dans son carnet : "La légalité est un confort dont il faudra savoir se priver". C'est à ce moment, en tout cas, qu'il commence à le penser.

Il s'engage à la 3ème Cie du 24ème Régiment d'Infanterie Coloniale du capitaine Folliot qui stationne d'abord au camp palestinien de Sumeiriya puis à Moascar en Egypte où elle prend rapidement, après la fusion avec les hommes du capitaine Lorotte, le nom de 1er Bataillon d'Infanterie de Marine.

Affecté à la section de commandement de la 1ère Compagnie, le sergent-chef Zirnheld s'entraîne activement jusqu'au 6 septembre, date à laquelle l'unité part s'installer à Sidi-Barani, sur la frontière égypto-libyenne pour combattre les Italiens auprès de la 7ème Division Britannique, celle des "Rats du Désert".

Chauffeur du médecin de la Compagnie pendant les cinq mois d'opérations en Libye, André Zirnheld aspire à une affectation plus dangereuse lorsqu'il est muté, en janvier 1941, au service de l'Information et de la Propagande à la Délégation de la France Libre que dirige Georges Gorse, au Caire.

En mai 1941, il obtient de suivre les cours de l'Ecole d'élèves officiers de Brazzaville et après trois semaines de voyage parvient au camp Colonna d'Ornano. Sa formation se termine en décembre 1941 et il sort, avec le grade d'aspirant, 5ème de sa promotion.

Il choisit de servir chez les parachutistes des FFL, placés sous les ordres du capitaine Bergé. Il rejoint alors, en mars 1942, le French Squadron, intégré à la Special Air Service Brigade (SAS Brigade) britannique commandée par le Major Stirling, à Kabret, sur les rives du canal de Suez.

Bientôt, après la capture de Bergé en Crète, les SAS français opèrent en Cyrénaïque sous les ordres du capitaine Augustin Jordan. Le 7 juin l'aspirant Zirnheld à la tête de son groupe, part en avion pour l'oasis de Siwa, aux confins égypto-libyens, base de départ pour l'attaque de plusieurs aérodromes allemands en Cyrénaïque.

Des équipes autonomes de 7 ou 8 hommes, sous le commandement d'un officier, ont pour mission d'effectuer des sabotages à des centaines de kilomètres derrière les lignes ennemies pour paralyser, dans la mesure du possible, l'aviation d'interception ennemie.

Le 11 juin, Zirnheld et sa patrouille sont largués en pleine nuit sur la côte de Cyrénaïque à une trentaine de kilomètres de l'objectif. Leur mission consiste à détruire le plus possible d'avions ennemis sur un des trois aérodromes proches de Benghazi. Le lendemain, Zirnheld parvient à faire sauter cinq Messerschmitt 109 après avoir neutralisé la défense adverse. Le Major Stirling le propose immédiatement pour la Military Cross.

Début juillet les SAS français vont s'installer aux abords de la piste Marsa Matruh - Siwa et multiplie les attaques contre les arrières du Maréchal Rommel.

Le 26 juillet dans la soirée, une équipe franco-britannique de 60 hommes équipés de jeep attaque en force l'aérodrome de Sidi Haneish, près de Marsa Matruh. L'attaque est un succès et une trentaine d'appareils ennemis sont détruits. Les parachutistes repartent mais une crevaison oblige l'aspirant Zirnheld et l'aspirant Martin à quitter le convoi, à réparer et à camoufler leur véhicule à quelques kilomètres de là.

Le jour se lève et, vers 7H30, quatre Stukas lancés à la poursuite des parachutistes attaquent les deux jeeps qui s'abritent tant bien que mal au pied d'une falaise. André Zirnheld est blessé deux fois par les rafales qui ratissent le désert. L'aspirant Martin met aussitôt le cap à l'ouest. Mais à midi André Zirnheld meurt après de terribles souffrances. Il est inhumé par ses camarades en plein désert sur le rebord d'un oued puis est inhumé au cimetière militaire de Marsa Matruh. Son corps repose aujourd'hui au cimetière des Batignolles à Paris.

En faisant l'inventaire de ses quelques biens - dont le tribunal de Vichy avait ordonné la saisie - on trouva deux livres : le Saint-Paul de Jacques Maritain, et un Bergson, plus son carnet manuscrit contenant un poème écrit en avril 1938 intitulé La Prière et qui deviendra célèbre sous le nom de La Prière du parachutiste.


• Compagnon de la Libération - décret du 1er mai 1943
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 avec 2 palmes
• Médaille de la Résistance avec rosette

Imprimer