Ordre de la Libération Menu
Louis Ferrant
<< Tous les compagnons

Louis Ferrant

1ère Escadrille de Chasse (EFC1)

Louis Ferrant est né le 15 mars 1908 à Yzeures-sur-Creuse en Indre-et-Loire.

Il abandonne ses études à l'âge de quinze ans pour apprendre le métier d'électricien.

En mai 1927 il s'engage par devancement d'appel dans l'Aviation militaire et, après ses classes, apprend à piloter au 2e Groupe d'Ouvriers d'Aéronautique à Istres où il obtient son brevet de pilote en novembre 1927.

Promu caporal en février 1928, il intègre trois mois plus tard le 3e Régiment d'Aviation à Châteauroux avant de recevoir ses galons de sergent le 1er août 1928.

En novembre de la même année, il est affecté au 5e Groupe d'Ouvriers d'Aéronautique à Avord où il s'engage à nouveau pour trois ans. A l'issue de ce réengagement, il est admis dans le corps des sous-officiers de carrière.

Très bien noté par ses supérieurs, Louis Ferrant est nommé sergent-chef en juillet 1933, date à laquelle il rejoint les rangs du 5e Bataillon de l'Air à Avord.

Le 1er janvier 1937 il est promu adjudant puis adjudant-chef le 1er juillet 1939 lorsqu'il est affecté à l'Escadrille d'Instruction du Centre Ecole des radios-navigants de Saint-Jean-d'Angély en Charente-Maritime où le surprend la déclaration de guerre de septembre 1939.

Refusant la défaite, Louis Ferrant rallie l'Angleterre le 20 juin 1940 depuis l'Ecole de Saint-Jean-d'Angély avec une vingtaine de camarades, parmi lesquels le capitaine Goumin, Roger Speich et André Cantès, à bord d'un quadrimoteur Farman 222 piloté par l'adjudant-chef James Denis, instructeur à l'école.

A Londres, Louis Ferrant s'engage dans les Forces françaises libres. Pilote confirmé, titulaire de plus de 3 000 heures de vol, il est affecté en juillet et août 1940 comme instructeur sur la base aérienne de Sutton Bridge après s'être accoutumé au pilotage sur Hurricane et est nommé sous-lieutenant

Avec James Denis, Louis Ferrant prend part à l'expédition de Dakar en septembre 1940 avant de stationner à Douala au Cameroun.

Fin 1940, le général de Gaulle décide de la création d'une escadrille de chasse formée par les pilotes des FFL présents en Afrique équatoriale française. Avec cinq camarades, le sous-lieutenant Ferrant est désigné pour en faire partie et reprend l'entraînement à Ismaïlia sous le commandement du sous-lieutenant James Denis.

Affecté dans un premier temps au 33 Squadron de la RAF en Grèce, les six pilotes français de l'escadrille sont rapidement renvoyés en Afrique pour des raisons politiques.

Le 9 avril 1941, les pilotes arrivent sur le terrain d'aviation de Tobrouk en Libye et constituent l'Escadrille française de Chasse n° 1 (EFC1), toujours sous les ordres de James Denis. Bien qu'en forte infériorité numérique, ils sont immédiatement engagés contre les appareils italiens et allemands. Le 25 avril, l'escadrille a effectué 81 missions et remporté 10 victoires.

Pour sa part, le sous-lieutenant Ferrant est alors titulaire de deux victoires officielles et une probable obtenues au cours d'une même patrouille le 14 avril 1941.

En raison de problèmes de vue, Louis Ferrant doit quitter la chasse après la bataille de Tobrouk et est nommé, fin mai 1941, instructeur des pilotes de chasse français à Ismaïlia dans un Operationnal Training Unit de la Royal Air Force.

Par décret du 23 juin 1941, il reçoit la Croix de la Libération.

Promu lieutenant en août 1941, il prend, au même moment, le commandement de l'Escadrille de liaison du Moyen-Orient à Beyrouth qui devient, en octobre 1941, la Section des avions de liaison.

Promu capitaine le 15 mars 1942 il commande, à partir du 1er septembre 1943, l'Ecole de pilotage sur la base de Rayack au Liban.

Le 6 novembre 1944, il retrouve son épouse et ses enfants dans son village de Thenay dans l'Indre.

Nommé chef d'instruction de la Base Ecole de Pilotage de Châteauroux en janvier 1945 il reçoit ses galons de commandant trois mois plus tard.

Après guerre, Louis Ferrant poursuit sa carrière dans l'Armée de l'Air et exerce des responsabilités sur plusieurs bases aériennes (Saint-Jean-d'Angély, Rochefort et Saintes).

Le 1er avril 1952 il est affecté au Groupement de contrôle tactique aérien n° 72 à la Base aérienne 128 de Metz et est promu lieutenant-colonel.

Il prend sa retraite en avril 1957 et se retire à Angoulins-sur-Mer en Charente-Maritime où il participe activement à la vie communale et associative.

Il est promu colonel de réserve en octobre 1960.

Louis Ferrant est décédé le 9 octobre 1979 à La Rochelle. Il a été inhumé à Angoulins-sur-Mer.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 23 juin 1941
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafe "Libye"
• Médaille Commémorative de la Guerre 39/45 avec barrettes "Afrique", "Libération"
• Officier de l'Ordre de Georges 1er (Grèce)

Imprimer