Ordre de la Libération Menu
Henri Rousselot
<< Tous les compagnons

Henri Rousselot

Sous-marin « Rubis »

Fils de magistrat, Henri Rousselot est né le 22 mars 1912 à Gap, dans les Hautes-Alpes.

Il fait ses études au collège de Bourgoin puis aux lycées de Chambéry et de Toulon.

En 1931, il entre à l'Ecole navale. Après une année d'application sur la Jeanne d'Arc, il est affecté un an sur le transporteur d'aviation Commandant Teste.

Enseigne de vaisseau de 2e classe en octobre 1933, il est enseigne de vaisseau de 1ère classe en 1935 et affecté, en novembre de la même année, sur le sous-marin mouilleur de mines Rubis.

En mai 1940, Henri Rousselot est officier en second du Rubis mis à la disposition de l'Amirauté britannique par le Gouvernement français.

Le Rubis est alors basé en Grande-Bretagne, à Harwitch puis à Dundee où il est intégré à une flottille de sous-marins britanniques.

Alors que la France signe l'armistice, à la fin du mois de juin 1940, le Rubis, sous les ordres du commandant Cabanier, mouille ses 32 mines dans le chenal de Trondheim en Norvège. Rentré à sa base écossaise de Dundee le 30 juin, son ralliement à la France libre est en grande partie l'œuvre de son commandant.

Promu lieutenant de vaisseau en septembre 1940, Henri Rousselot garde son poste d'officier en second du Rubis et participe à des patrouilles et à des opérations de mouillage de mines qui aboutissent à la destruction de 4 bâtiments représentant un tonnage global d'environ 3 000 tonnes.

Le 27 avril 1941, il se voit confier le commandement du Rubis entré en carénage et effectue ensuite avec lui 20 opérations de guerre (2 patrouilles et 18 opérations de mouillage de mines).

Le 1er juin 1941, le Rubis appareille pour une patrouille de trois semaines dans le Golfe de Gascogne et reprend la mer, après de nouvelles réparations, au début du mois d'août 1941.

Le submersible reçoit pour mission de miner les chenaux d'accès à Egersund (Norvège). Chose faite, il coule, de deux torpilles, un cargo de 4 360 tonnes. Lui-même endommagé, son retour en Ecosse, le 25 août, se fait sous la menace allemande, et sous la protection de la Royal Air Force (RAF). Le 14 octobre 1941, le général de Gaulle lui remet la Croix de la Libération.

Remis en état, le Rubis part pour une nouvelle mission de mouillage de mines dans le Golfe de Gascogne.

D'avril à fin septembre 1942, il effectue cinq missions de mouillages de mines mais il doit rentrer à sa base pour réparation et reste indisponible jusqu'en mai 1943.

Ensuite, les missions se succèdent : mouillage de mines au large de Biscarosse, près de l'Ile de Sein, au nord de Bayonne et d'Arcachon.

D'octobre 1943 à février 1944, le sous-marin doit subir de nouvelles réparations avant de reprendre une longue période d'entraînement.

En septembre 1944, le Rubis reprend ses opérations de guerre le long des côtes de Norvège. Il doit miner une zone précise non loin de Stavanger. Les mines sont placées avec précision : deux cargos ainsi que deux chasseurs de sous-marins allemands sauteront sur ces dernières, immobilisant tout trafic dans ce secteur.

Le 29 décembre, il entre en carénage jusqu'en juin 1945.

Sous le commandement du capitaine de corvette Rousselot, le Rubis a coulé un cargo à la torpille et, par mines, dix cargos et 7 bâtiments anti-sous-marins ou dragueurs; de plus, il a endommagé par mines un cargo et un sous-marin allemands.

Après la guerre, Henri Rousselot est nommé capitaine de frégate. De 1945 à 1947, il commande l'Ecole des élèves aspirant de réserve puis, de 1947 à 1950, l'Ecole anti-sous-marine et simultanément le contre-torpilleur Tigre.

En 1951, promu capitaine de vaisseau, il reçoit la direction du Centre de sous-marins de Lorient et de la 2e Escadrille de sous-marins (1951-1952). Il commande ensuite pendant un an le port de Cherbourg.

En 1952-1953, adjoint au contre-amiral commandant le groupe d'action anti-sous-marine, Henri Rousselot dirige ensuite le dépôt des équipages de la Flotte de Brest (1953-1954).

Les deux années suivantes, il commande la 2e Flottille de Dragueurs à Brest puis est nommé major général du Port de Lorient (1956-1959).

De 1959 à 1960, année où il est promu contre-amiral, Henri Rousselot commande l'arrondissement maritime de La Pallice-Rochefort. Major général du Port de Sidi Abdallah en Tunisie (1960-1961), commandant de la 2e Flottille d'escorteurs rapides à Toulon (1961-1962) il sert en 1964 à l'Etat-major de la Marine à Paris.

Vice-amiral en 1965, vice-amiral d'escadre en 1967 et Préfet de la 1ère Région maritime (Cherbourg).

De 1968 à 1972, il est membre titulaire du Conseil de la Marine et parallèlement, de 1969 à 1972, Préfet maritime de la 2e Région (Brest).

En 1972 il quitte le service actif.

Henri Rousselot est décédé le 23 août 1994 à Plouzané dans le Finistère. Ses obsèques ont été célébrées à Brest et ses cendres dispersées en mer, près de Toulon, sur l'épave du Rubis.


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 12 janvier 1943
• Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Commandeur du Mérite Maritime
• Distinguished Service Order (GB)
• Distinguished Service Cross - 2 bars (GB)
• Commandeur de l'Ordre de Saint Olaf (Norvège)

Imprimer