Ordre de la Libération Menu
Christian Pineau
<< Tous les compagnons

Christian Pineau

Réseau Cohors
Libération Nord
CAS
Réseau Phalanx

Alias : Francis - Garnier - Grimaux

Christian Pineau est né le 14 octobre 1904 à Chaumont en Haute-Marne où son père, colonel, commandait une garnison.

Orphelin de père à 14 ans, il fait ses études secondaires à l'Ecole alsacienne de Paris. Il obtient ensuite sa licence en droit et le diplôme de l'Ecole libre des sciences politiques. En 1931, il entre à la Banque de France puis à la Banque de Paris et des Pays-Bas où il reste jusqu'à son licenciement pour fait de grève en 1938.

Militant syndical, il est, entre 1936 et 1940, secrétaire de la Fédération des employés de banque CGT et secrétaire du Conseil économique de la CGT ; en 1937, il fonde la revue Banque et Bourse et en 1939, il est attaché au Cabinet de son beau-père, Jean Giraudoux, Commissaire à l'Information, qui lui transmettra par ailleurs le goût de l'écriture.

Refusant l'armistice, il est l'auteur, en novembre 1940, du Manifeste du syndicalisme, signé par 12 responsables syndicaux CGT et CFTC, qui rejette les distinctions fondées sur la race, la naissance la religion, les opinions ou l'argent.

Il rassemble autour de lui un certain nombre de responsables syndicaux. Leur action aboutit à la création du mouvement "Libération-Nord". Dès le 1er décembre, Christian Pineau - qui est marié et a 5 enfants - assure par ses propres moyens et avec l'aide précieuse d'Yvonne Tillault la parution hebdomadaire régulière du journal Libération dont il assure seul la rédaction des 61 premiers numéros. Il monte le service de renseignements économiques qui commence ses échanges avec Londres à l'automne 1941.

Membre du Comité d'Action socialiste (CAS), mandaté par les mouvements de résistance et les organisations syndicales, il doit se rendre à Londres par avion en mars 1942 pour apporter au général de Gaulle l'assurance de leur soutien. Mais, recherché par la Gestapo en zone occupée, il passe en zone sud et s'installe avec son épouse et ses enfants à Vichy où il a reçu un poste d'inspecteur du ravitaillement. Il y attend son départ pour Londres qui a lieu par opération aérienne le 27 mars 1942, en compagnie de François Faure (Paco), responsable par interim de la Confrérie Notre Dame du colonel Rémy.

Premier chef de mouvement de résistance reçu par le chef de la France libre, il est investi de deux missions, l'une militaire et l'autre politique, dont il s'acquitte au mieux tout en reprenant son activité professionnelle au Ministère du Ravitaillement après avoir été ramené en France par opération Lysander dans la nuit du 27 au 28 avril 1942 toujours en compagnie de Paco.

Christian Pineau, désormais connu dans la Résistance sous le pseudonyme de Francis, crée d'une part au profit du Bureau central de Renseignements et d'Action (BCRA) les réseaux de renseignements "Cohors" et "Phalanx", et assure d'autre part la diffusion après des organisations résistantes de la Déclaration du général de Gaulle aux mouvements de Résistance, qu'il fait paraître dans Libération en juin 1942.

Il charge Jean Cavaillès de l'organisation de "Cohors" et se consacre au développement de "Phalanx" en zone sud. Il est arrêté avec Cavaillès dans la nuit du 5 au 6 septembre 1942 au cours d'une opération d'embarquement clandestine vers l'Angleterre ; interné à la prison militaire de Montpellier, il réussit à s'évader en sautant du train au cours de son transfert vers le camp de Saint-Paul d'Eyjeaux le 12 novembre 1942.

Il continue son activité malgré les recherches de la police et accomplit le 14 janvier 1943, par avion, un second voyage à Londres. Il y plaide la cause d'un rassemblement national unissant mouvements et partis, préfigurant le Conseil national de la Résistance. Il retourne en France le 20 mars 1943 par une opération Lysander en compagnie de Jean Moulin et du général Delestraint, avec une mission supplémentaire d'organisation du ravitaillement de la France en cas de débarquement des armées alliées, en plus de la poursuite du développement de "Phalanx" en zone sud.

Arrêté à Lyon par la Gestapo le 3 mai 1943, interrogé pendant 11 heures par Klaus Barbie, il réussit à maintenir sa fausse identité (Jacques Grimaux) et, après sept mois d'internement au Fort Montluc à Lyon, il est dirigé vers Compiègne d'où il part pour l'Allemagne part convoi le 14 décembre 1943.

Déporté, avec son beau-père, au camp de Buchenwald près de Weimar, de décembre 1943 à avril 1945 ; il développe avec quelques camarades, un réseau de solidarité et regroupe ses camarades du mouvement "Libération" qui participent à la libération du camp dans les heures qui précèdent l'arrivée des troupes alliées.

Après la capitulation allemande, rapatrié en France, il est nommé, après un mois de repos, ministre du Ravitaillement par le général de Gaulle (30 mai-26 novembre 1945).

En 1946, il est élu pour la première fois député SFIO de la Sarthe (il sera réélu jusqu'en 1958) et est Président de la Commission des Finances de l'Assemblée nationale (1945-1947). Il est conseiller général de la Sarthe de 1955 à 1979.

Ministre des Travaux publics et transports (24 novembre 1947-5 septembre 1948) puis ministre des Finances, il retrouve son poste de ministre des Travaux publics (11 septembre 1948-7 février 1950).

De février 1956 à mai 1958, il est ministre des Affaires étrangères et participe à la mise en œuvre de l'expédition de Suez.

Il poursuit ensuite une carrière privée comme président directeur général, entre 1963 et 1970, de France-Villages et de France-Motels. En 1966, il devient président du Comité directeur restreint du mouvement "Libération".

Christian Pineau est également écrivain ; il a publié, entre autres : Contes de je ne sais quand, La Planète des enfants perdus, ses souvenirs de guerre (La Simple vérité 1940-1945), L'Escalier des ombres, Khrouchtchev, 1956 : Suez...

Christian Pineau est décédé le 5 avril 1995 à Paris. Ses obsèques se sont déroulées en l'église Saint-Louis-des-Invalides. Il a été inhumé au cimetière du Père Lachaise.


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 16 octobre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (3 citations)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Commandeur de l'Ordre de l'Empire Britannique
• Grand Croix de l'Ordre de Léopold de Belgique
• Croix de Guerre Belge

Principales publications :

Contes de je ne sais quand, Hachette, Paris 1952
Plume et le Saumon, Hachette, Paris 1954
L'ourse aux pattons verts, Hachette, Paris 1956
Cornerousse le Mystérieux, Hachette, Paris 1957
Histoires de la forêt de Bercé, Hachette, Paris 1958
Mon Cher député, R. Julliard, Paris 1959
La simple vérité : 1940-1945, R. Julliard, Paris 1960
1956, Suez, Robert Laffont, Paris 1976
Le Grand pari. L'aventure du Traité de Rome, Fayard, Paris 1991

Imprimer