Ordre de la Libération Menu
Didier Béguin
<< Tous les compagnons

Didier Béguin

Régiment de Chasse Normandie-Niémen
Groupe de Chasse « Alsace »

Didier Béguin est né le 14 décembre 1918 à Paris.

Engagé en avril 1937 dans l'armée de l'air, il est affecté à l'école de pilotage de Bourges où il passe son brevet de pilote.

Caporal-chef puis sergent, il est affecté en janvier 1938 au Groupe aérien d'observation 507 à Luxeuil-les-Bains.

Au moment de la déclaration de guerre, il se trouve avec son groupe sur le front de l'Est et effectue 6 missions sur Mureaux 115 dans les premiers mois de la guerre.

Début 1940, il suit le cours préparatoire au peloton d'élève officier à Tours, puis effectue un stage de transformation sur Potez 63 à Toulouse-Francazals au moment de l'Armistice.

Refusant la défaite, il décolle, le 22 juin 1940 de Toulouse-Francazals à destination de l'Angleterre aux commandes de son Caudron Goéland avec le lieutenant Roques et les aspirants Schloesing, Ricard-Cordingley et Casparius.

Malgré les tirs de la DCA française, l'appareil met le cap à l'Ouest et parvient, à court d'essence, à se poser dans le Devonshire.

Rallié immédiatement aux Forces françaises libres, il fait un court passage à Saint-Atham et Odiham avant d'être envoyé en Operationnal Training Unit à Sutton Bridge. Affecté le 15 octobre 1940 à 245 Squadron, il est promu adjudant le 1er novembre.

Muté au 213 Squadron à Tangmere puis, en avril 1942, au 253 Squadron, il effectue 207 missions de guerre dont 65 de nuit.

Volontaire pour servir au groupe de chasse n°3 "Normandie" dès la création du groupe en juillet 1942, il parvient en URSS, via le Moyen-orient, le 23 novembre 1942. Il vole en reconnaissance dès le mois de décembre 1942 et s'entraîne de janvier à avril 1943.

Il commence ensuite ses premières missions d'escorte et de protection. Le 23 juin, il endommage un Focke Wulf 189.

Il participe en juillet 1943 à la bataille d'Orel : le 14 et le 16, il abat deux appareils en collaboration avant d'être descendu en vol et blessé le 17.

Reprenant ses opérations, Didier Béguin abat un Junkers 87 le 30 août et, promu capitaine en septembre, prend le commandement de l'Escadrille "Le Havre". Le 15 septembre il abat un nouvel appareil en collaboration puis un autre, seul cette-fois, le 22.

Epuisé, il est rapatrié après son tour d'opération et quitte l'URSS en février 1944. Il a remporté 6 victoires aériennes et une probable.

Après une période de repos puis un stage à l'OTU 53 en juin 1944, il reprend le combat sur le front occidental avec le 130 Squadron en août 1944.

Le 10 octobre 1944, il prend le commandement de l'escadrille "Strasbourg" du groupe de chasse "Alsace" (341 Squadron).

Didier Béguin totalise 338 missions de guerre, lorsqu'il est abattu à la tête de son escadrille par la DCA dans la région d'Arnhem (Hollande) le 26 novembre 1944. Il est inhumé au cimetière militaire de Montauville (Meurthe-et-Moselle).

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 8 novembre 1944
• Croix de Guerre 1939-45 (7 citations)
• Médaille de la Résistance
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)
• Ordre du Drapeau Rouge (URSS)

 

Imprimer