Ordre de la Libération Menu
Pierre Maismont (De)
<< Tous les compagnons

Pierre Maismont (De)

13ème Demi Brigade de Légion Etrangère
Groupe de Bombardement « Lorraine »
RAF
French Bomber Flight 1
Groupe Bretagne

Pierre Fenaux de Maismont est né le 4 février 1911 à Rennes.

Sorti de l'ESM Saint-Cyr en 1933 (promotion Tafilalet), il est affecté comme sous-lieutenant au 39e Régiment d'infanterie à Dieppe.

Nommé lieutenant deux ans plus tard, il est attiré par l'aviation et effectue un stage d'observateur en avion de juin à octobre 1937 à l'issue duquel il sert pendant un an dans un groupe aérien d'observation.

Après huit mois passés au 1er Régiment de la Légion étrangère, il est envoyé au Groupe aérien d'observation d'Oran (Algérie) puis, en septembre 1939, à l'escadrille 593 à Alep en Syrie.

En mars 1940 Pierre de Maismont rejoint le Groupe de reconnaissance 583 et, le 29 juin 1940, refusant l'armistice, il passe par ses propres moyens en Palestine où il s'engage dans la Royal Air Force.

Il fait partie, comme officier observateur, au sein de la RAF des deux équipages français du French Bomber Flight 1 (FBF1), équipés de Glenn Martin qui, depuis Aden, opèrent en Abyssinie.

Le 8 septembre 1940, son appareil, sous les ordres du capitaine Ritoux-Lachaud, est descendu par la chasse italienne au-dessus d'Addis-Abeba. Blessé, seul survivant de son équipage, Pierre de Maismont est fait prisonnier. Emprisonné à Addis-Abeba, il est traduit devant un tribunal comme franc-tireur et condamné à mort puis, sans le savoir, gracié par le Duc d'Aoste, vice-roi d'Abyssinie.

Après sept mois de captivité, Pierre de Maismont est libéré le 24 avril 1941 par l'avance des troupes anglaises. Promu capitaine, il rejoint le Groupe de bombardement "Lorraine" dès sa formation en Syrie. Il forme des radio-mitrailleurs pendant deux mois puis effectue plusieurs missions pendant la campagne de Libye. Il est très grièvement blessé le 4 décembre 1941 lors d'un accident de décollage de son Blenheim au cours duquel son pilote est tué.

Après de longs mois de soins en Egypte, voulant repartir coûte que coûte au combat, Pierre de Maismont, le « Lorraine » étant au repos, demande et obtient de retourner dans son arme d'origine : la Légion. Avec le 1er Bataillon de la 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE), il prend ainsi part en octobre 1942 aux combats d'El Alamein au cours desquels il est une nouvelle fois blessé par l'éclatement d'une mine.

Avant même d'être guéri, le commandant de Maismont est affecté sur sa demande au Groupe de Bombardement « Bretagne » à Fort Lamy comme commandant en second. Il prend part immédiatement aux opérations du Fezzan et de Tripolitaine. En juillet 1943, il prend le commandement du « Bretagne » en remplacement du commandant de Saint-Péreuse, grièvement blessé dans un accident d'avion.

Muté en Grande-Bretagne en février 1944, il reprend sa place au combat après une période de repos puis un passage en Operationnal Training Unit. De nouveau affecté au « Lorraine », il participe à de nombreuses missions de jour et de nuit au-dessus des territoires occupés par l'ennemi, notamment de la Normandie. Il se distingue particulièrement le 29 juillet et le 4 août 1944 « obtenant des résultats extrêmement efficaces en dépit des conditions atmosphériques mauvaises et d'une sérieuse opposition ennemie ».

Victime d'un accident aérien au-dessus de Camberley en Grande-Bretagne le 17 octobre 1944, alors qu'il se préparait à rejoindre son groupe en France, Pierre de Maismont décède de ses blessures le lendemain au Cambridge Military Hospital de Camberley. Il a été inhumé à Chevrières dans l'Oise.

• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 30 juin 1941
• Croix de Guerre 39/45 (6 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafes "Abyssinie", "Libye", "Fezzan-Tripolitaine"


Publication :

• Livre de bord du commandant Pierre de Maismont. Officier aviateur (1911-1944), Senlis 1946

Imprimer