Ordre de la Libération Menu
Marcel Langer
<< Tous les compagnons

Marcel Langer

Groupe de Bombardement « Lorraine »
Escadrille TOPIC
GRB1

Marcel Langer est né le 24 septembre 1917 à Saint Aubin en Suisse dans le canton de Neuchâtel. Son père était ingénieur.

Il entre à Polytechnique en 1938. Au moment de la déclaration de guerre, il est volontaire pour l'armée de l'air et suit, à Versailles, la formation de pilote de chasse.

Breveté, le sous-lieutenant Langer est muté le 10 juin 1940 à Cazaux et découvre une centaine d'avions neufs d'origine américaine. Dès qu'il entend l'appel du 18 juin 1940 il essaie de convaincre le général commandant la base de faire passer ces avions en Angleterre. En vain !

Il décide alors de rejoindre l'Angleterre avec son frère Arnaud, également pilote, retrouvé à Argelès-sur-Mer.

Tous deux embarquent à Port-Vendres et parviennent à Londres, via Oran et Casablanca, à la mi-juillet. Marcel Langer est envoyé au dépôt d'Odiham et affecté à l'escadrille "Topic" de la French Air Force.

Dès octobre 1940, il part pour l'Afrique, au Nigeria, au Soudan et en Egypte. En juin 1941, il est muté au Groupe réservé de bombardement n° 1 (GRB1) avec lequel il effectue des missions contre les Italiens en Abyssinie.

Marcel Langer fait mouvement sur Damas en août 1941 avec son unité puis, promu lieutenant, participe, jusqu'en février 1942, à 50 missions contre l'Afrika-korps de Rommel dans la violente et meurtrière campagne de Libye au sein de l'escadrille "Metz" du Groupe de bombardement "Lorraine".

Détaché en avril 1942 à la mission de convoyage de la Royal Air Force au Caire, et affecté à l'Air Craft Delivery Unit Middle East, il convoie armes et avions en Egypte, au Kenya et aux Indes.

Le 30 septembre 1942, il est muté à l'Escadrille "Nancy" du Groupe "Lorraine" et embarqué à Suez, à destination de l'Angleterre via le Cap, avec Romain Gary. Après 69 jours de navigation à éviter les sous-marins allemands, il parvient à Glasgow, le 1er janvier 1943.

En septembre 1943, promu au grade de capitaine, Marcel Langer prend le commandement de l'escadrille "Nancy" jusqu'en juillet 1944 : 39 missions sur la France (missions rase-mottes, attaque de rampes de lancement de V 1, destruction du poste électrique de Chevilly-Larue le 3 octobre 1943, etc.).

De septembre 1944 à mars 1945, il est affecté au cabinet militaire du ministre de l'Air, Charles Tillon.

Ensuite, il est muté à sa demande, jusqu'en septembre 1945, au 357 Squadron, basé au Bengale, où il effectue 16 missions contre les Japonais ; il totalise ainsi 113 missions de guerre et termine la guerre au grade de commandant.

En 1945-194646, il fait sa deuxième année d'étude à Polytechnique.

Marcel Langer continue de voler comme pilote de ligne à la TAI, est directeur des vols à l'Ecole Nationale d'Aviation Civile puis contrôleur en vol au SGACC.

Abandonnant définitivement l'aviation, il entre en 1955 à la Compagnie française des Produits oxygénés, secteur médical de l'Air Liquide.

Marcel Langer se spécialise dans l'étude des maladies respiratoires et s'applique à infléchir la politique de cette société pour l'amener à remplir son rôle de partenaire du service public. Il en devient le directeur général adjoint.

En 1978, il prend sa retraite près de Condom dans le Gers.

Il consacre ses années de retraite à la lecture, la réflexion, la poésie, l'écriture et à sa nombreuse famille.

Marcel Langer est décédé à Bordeaux, le 4 novembre 1990. Il est inhumé à Herret près de Condom dans le Gers.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
• Croix de Guerre 39/45 (8 citations)
• Distinguished Flying Cross (GB)
• Distinguished Flying Cross (USA)

Imprimer