Ordre de la Libération Menu
André Geoffroy
<< Tous les compagnons

André Geoffroy

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
Régiment de Marche du Tchad

André Geoffroy est né le 28 janvier 1911 à Margny Lès Compiègne (Oise). Son père est capitaine.

Du 1er octobre 1928 au 30 septembre 1930, il est élève au Prytanée Militaire de la Flèche. Sorti de Saint-Cyr en 1932 (promotion Joffre) avec le grade de sous-lieutenant, il est affecté au 3ème RIC à Rochefort.

Le 7 novembre 1933, il embarque à Bordeaux pour la Côte d'Ivoire et est nommé lieutenant le 1er octobre 1934.

Il assume à Douala, jusqu'en juin 1938, les fonctions de chef du secrétariat permanent de la défense du territoire et de chef du cabinet militaire du gouverneur.

De juin 1938 à avril 1939 il est chef de la division de Mora.

Le 2 septembre 1939 il part pour Yaoundé avec sa section de Tirailleurs et prend le commandement de la 7ème Compagnie de Tirailleurs Sénégalais.

Le 26 août 1940 le commandant Leclerc débarque à Douala et André Geoffroy se rallie au général de Gaulle avec sa compagnie. Le 2 septembre, il prend le commandement de la 12ème Compagnie du 3ème Bataillon de Tirailleurs Sénégalais avec laquelle il part pour Libreville et essuie pendant la traversée en mer de violents bombardements ennemis.

Après de rudes combats, sa compagnie pénètre, le 10 novembre, dans la ville libérée.

Promu capitaine, André Geoffroy arrive à Fort-Lamy le 7 janvier 1941 et prend le commandement d'un convoi formé de cinq pick-up, avec lequel il part, le 12 janvier, en direction de Koufra, effectuant une difficile traversée du désert au Nord Est du territoire du Tchad. En mission avec le capitaine de Guillebon il attaque avec succès un site d'atterrissage italien. Le 1er mars, le poste de Koufra est pris par les unités du colonel Leclerc.

Le 15 avril 1941 il prend le commandement de la 2ème Compagnie de Découverte et de Combat et il prépare pendant l'année des opérations offensives contre la Libye.

Le 5 mars 1942, au cours du raid en plein cœur du Fezzan, André Geoffroy réussit à pénétrer dans le poste de Ouaou el Kébir accompagné d'un seul goumier. Enfin, pendant la conquête du Fezzan italien, en 1942-1943, il intervient dans la capitulation de Um El Araneb puis participe à l'avancée vers Tripoli où la Force L entre le 26 janvier 1943.

C'est ensuite la campagne de Tunisie, avec la 8ème Armée britannique et la prise de Kairouan le 12 avril 1943, puis de Tunis le 10 mai. Le Régiment de Marche du Tchad prend ensuite sa place au sein de l'Infanterie de la 2ème DFL puis de la 2ème DB du général Leclerc.

De mai à juillet 1944 André Geoffroy au sein du 3ème Bataillon du RMT est en Angleterre et suit, avec son unité, un entraînement en prévision du débarquement en Normandie qui a lieu le 1er août 1944 à Utah Beach.

C'est ensuite les combats d'Alençon, d'Argentan, la marche vers Paris, où son régiment se distingue dans les prises de l'Hôtel Meurice et de l'Hôtel Majestic. Puis la difficile avancée vers l'est et la campagne des Vosges.

C'est là que le capitaine André Geoffroy trouve la mort sous les balles ennemies en effectuant une opération de repérage visant à sécuriser l'avance de son bataillon, le 30 septembre 1944 à la sortie du village de Roville aux Chênes (Vosges). Inhumé provisoirement sur place, le corps d'André Geoffroy a été transféré dans sa ville natale de Margny Lès Compiègne.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 14 juillet 1941
• Croix de Guerre 1939-1945 (6 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafes « Koufra », « Fezzan », « Tripolitaine », « Tunisie 1942-1943»

Imprimer