Ordre de la Libération Menu
Marcel Degliame
<< Tous les compagnons

Marcel Degliame

Combat
FFI
MLN
MUR
CNR
CFL

Alias : Fouché - Dormoy

Marcel Degliame est né le 23 décembre 1912 à La Cassine dans les Ardennes d'un père bûcheron et d'une mère couturière.

Ouvrier bonnetier à Troyes puis à Paris, il se lance très tôt dans le syndicalisme et prend des responsabilités importantes à la Fédération nationale des ouvriers du textile (CGTU).

Membre du Parti communiste depuis 1928, il est emprisonné en 1938 pour avoir organisé des grèves.

Mobilisé en septembre 1939, il est fait prisonnier par les Allemands le 18 juin 1940 à Fougerolles en Haute-Saône. Interné en Allemagne, il s'évade en septembre 1940 mais il est repris au bout de quelques jours.

Conduit au Stalag IV C situé en Europe centrale, il parvient à s'en évader en mars 1941 pour rejoindre, avec sept de ses compagnons d'évasion, la Syrie, après avoir traversé la Tchécoslovaquie, la Hongrie, la Roumanie, et la Turquie.

Enrôlé dans l'armée du général Dentz, il se fait hospitaliser à Beyrouth et rejoint les Forces françaises libres (FFL) après la campagne de Syrie.

Envoyé en France sur sa demande pour organiser la résistance dans les milieux syndicaux, il débarque à Marseille en août 1941 et y prend contact par l'intermédiaire de Claude Bourdet, avec le Mouvement de Libération nationale (qui deviendra Combat), fondé par Henri Frenay.

Il commence ses activités dans les Alpes-maritimes où il distribue le journal Vérités et est chargé du recrutement, de l'organisation et de la propagande (ROP).

Après avoir rencontré Henri Frenay à Lyon, Marcel Degliame devient l'un des plus importants responsables de Combat. Il s'efforce d'y développer une discipline proche de celle des organisations ouvrières clandestines.

A l'été 1942, il est arrêté à Draguignan, mais il réussit à s'échapper. Quelques temps plus tard, il s'installe à Lyon et participe à l'édition du journal Combat avec André Bollier et Jacqueline Bernard. Il fonde également, à la demande d'Henri Frenay, l'Action ouvrière de Combat dont le but est d'organiser, dans un strict cloisonnement, des opérations de sabotage dans les usines travaillant pour les Allemands. Il agit en liaison étroite avec d'autres responsables du mouvement comme Jean-Guy Bernard et René Hardy.

En 1943, il conserve la même fonction au sein des Mouvements unis de Résistance (MUR) puis, en 1944, dans le Mouvement de Libération nationale (MLN) qui succède aux MUR. Sous sa direction, l'Action ouvrière se développe d'abord en zone sud avant de s'étendre à l'ensemble du territoire national.

Membre du Comité directeur de Combat, Marcel Degliame est également responsable depuis l'été 1943 pour les MUR (puis le MLN) de la commission de l'Action immédiate qui comprend l'Action ouvrière (désormais dirigée par Maurice Kriegel-Valrimont), les groupes francs et la Résistance-fer. Sous ses ordres, ce service participe de façon prépondérante à la diminution de la production industrielle française au service de l'Allemagne.

En 1944, membre du comité directeur du MLN, il participe également à la constitution des Forces françaises de l'Intérieur (FFI) et représente le mouvement Combat au sein du Conseil national de la Résistance (CNR), après l'arrestation par la Gestapo de Claude Bourdet en mars 1944.

Au printemps 1944, il est en outre chef national de l'Etat-major des Corps francs de la Libération (CFL) qui regroupent l'Armée secrète (AS), les groupes francs, Résistance-fer et les maquis du MLN. Délégué par le Comité d'Action de la Résistance (COMAC), il occupe aussi les fonctions de délégué général des FFI pour la zone sud.

Au printemps 1944, depuis Londres, le général Koenig lui confère le grade de lieutenant-colonel en raison des fonctions importantes qu'il remplit et qui l'obligent à parcourir la France en tous sens jusqu'au débarquement allié en parfaite entente avec le délégué militaire de zone sud, Maurice Bourgès-Maunoury.

Il prend également sous ses ordres les opérations militaires aboutissant à la libération de Lyon, le 3 septembre 1944.

Après la guerre, Marcel Degliame est délégué à l'Assemblée consultative provisoire et secrétaire de la Commission de la Défense. A ce titre, il s'occupe de l'intégration des FFI dans la 1 ère Armée commandée par le général de Lattre de Tassigny. Il occupe également les fonctions de Gouverneur militaire du district de Constance, zone française d'occupation en Allemagne jusqu'en 1948.

Après une carrière aux usines d'aviation de la SNECMA, il s'oriente vers le théâtre, devient administrateur et codirecteur du Théâtre de Babylone de 1951 à 1956. Il crée alors la société de production "Les films d'aujourd'hui" et entre à l'ORTF où il oeuvre au service des coproductions.

Marcel Degliame est décédé le 7 septembre 1989 à Loches (Indre-et-Loire). Il a été incinéré à Esvres sur Indre.

• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 18 janvier 1946
• Commandeur de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre avec palmes
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Médaille des Evadés
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance

Publication :

• Histoire de la Résistance en France , Robert Laffont, Paris, 5 tomes, en collaboration avec Henri Noguères, 1967-1981

Imprimer