Ordre de la Libération Menu
Guy Chauliac
<< Tous les compagnons

Guy Chauliac

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
13ème Bataillon Médical

Issu d'une famille bordelaise, Guy Chauliac est né le 20 août 1912 dans le 6e arrondissement de Lyon. Son père était médecin militaire.

Il passe une partie de son enfance au Maroc où son père est en poste.Il poursuit lui-même ses études à l'Ecole de Santé navale et coloniale de Bordeaux de 1932 à 1936, date à laquelle il passe son doctorat de médecine avant de rejoindre l'Afrique en 1938.

Il se trouve en service à Abéché au Tchad comme médecin lieutenant chef du Groupe II du Régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad (RTST) au moment de la déclaration de guerre.

Il rallie les Forces françaises libres le 28 août 1940 au moment du ralliement du Tchad à la France libre et reste affecté au RTST comme médecin en second de la base militaire de Faya-Largeau (Tchad) sur décision du colonel Leclerc.

Envoyé à Zouar au Tibesti début 1942, il y passe trois semaines à soigner une épidémie de pneumonie chez les tirailleurs et part ensuite en opération comme médecin de la 2e Compagnie de découverte et de combat sous le commandement du capitaine Geoffroy.

Il prend part à la première campagne du Fezzan à l'issue de laquelle il est promu médecin capitaine en mars 1942. En décembre 1942, il prend part ensuite à la seconde campagne du Fezzan puis à celles de Tripolitaine et de Tunisie. Il se distingue notamment lors des opérations du 19 au 28 avril 1943 en prodiguant ses soins à de nombreux blessés sous de violents tirs d'artillerie. Il est lui-même blessé à la main par éclat d'obus le 28 avril au Djebel Garci.

Affecté en novembre 1943 au 13e Bataillon médical de la 2e Division blindée comme adjoint du commandant de l'unité, il joue un rôle primordial dans la mise au point de cette unité sanitaire. Il embarque en Algérie pour l'Angleterre. Débarqué à Grandcamp le 5 août 1944, il prend part à la campagne de Normandie et à la libération de Paris.

Nommé ensuite à la tête de la 3e Compagnie médicale, il s'illustre au cours de la traversée des Vosges et de la charge sur Strasbourg en novembre 1944, puis de la campagne de Haute-Alsace où il parvient à dominer une situation très mobile, malgré le grand nombre de blessés et la longueur des axes d'évacuation, menant son action aussi bien sur la ligne de feu que dans les zones encore parcourues par des détachements ennemis.

Après l'Alsace, il participe à la prise de Royan et à la campagne d'Allemagne jusqu'à la prise de Berchtesgaden.
Promu médecin commandant le 25 juin 1945, il est ensuite, de 1946 à 1953, directeur et médecin à l'hôpital de Monrovia (Liberia).

De retour en France, il sert comme médecin-chef de la 13e Demi-brigade de Commandos Parachutistes pendant un an puis, en Tunisie et en Algérie, en qualité de directeur du Service de Santé de la 13e DI.

Promu médecin lieutenant-colonel, Guy Chauliac est admis à l'Ecole supérieure de Guerre (1955-1957) puis est nommé directeur du Service de la Santé publique en Mauritanie (1957-1960).

Promu médecin colonel, il est admis comme auditeur à l'Institut des hautes études de la Défense nationale (1960-1961).

De 1961 à 1964, il est médecin adjoint à la direction du Service de Santé des troupes à Madagascar avant d'être affecté en 1965 comme instructeur à l'Ecole de Guerre.

Conseiller technique au ministère de la Santé publique du Gabon de 1966 à 1968, Guy Chauliac reçoit entre-temps ses étoiles de médecin général de 2e classe.

Nommé directeur du Service de Santé de la 7e Région militaire de 1968 à 1972, il est promu médecin-général de 1ère classe en novembre 1969.

Le médecin général Guy Chauliac exerce pendant deux ans les fonctions d'inspecteur du Service de Santé de l'Armée de Terre avant de quitter le service actif en août 1974.

Il devient membre du Conseil de l'Ordre de la Libération par décret du 15 juillet 1997.

Guy Chauliac est décédé le 7 mai 2005 à Paris. Il est inhumé à Herbeville (Yvelines).


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafes "Fezzan", "Fezzan-Tripolitaine", "Tunisie"
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative des opérations de Sécurité et du Maintien de l'Ordre en AFN
• Médaille de Vermeil du Service de Santé des Armées
• Médaille d'Argent de la Croix Rouge
• Presidential Unit Citation (USA)
• Officier de l'Etoile Noire du Bénin
• Officier de l'Ordre National de Madagascar
• Officier de l'African Star of Liberia
• Officier du Nichan El Anouar
• Commandeur de l'Ordre de la Grande Comore


Principales Publications:

• Histoire médico-militaire de la conquête de Madagascar, Paris 1994

Imprimer