Ordre de la Libération Menu
Noël Castelain
<< Tous les compagnons

Noël Castelain

Régiment de Chasse Normandie-Niémen
Groupe de Chasse « Alsace »
1ère Escadrille de Chasse (EFC1)
GMC 1

Noël Castelain est né le 30 octobre 1917 à Niort (Deux-Sèvres).

Il s'engage dans l'aviation en 1936.

Quand la guerre éclate, il vient d'être nommé sergent pilote à l'Ecole de chasse d'Avord.

En mai 1940, l'école repliée à la Rochelle reçoit l'ordre de partir vers le sud. Apprenant l'armistice, il embarque avec ses camarades de l'école d'Avord sur un bateau norvégien, Le Talberg, gagnant le Maroc. Finalement, de Casablanca, le petit groupe réalise que l'Afrique du Nord suivra l'armistice et embarque donc à nouveau, sur un bâtiment, l'Anadyr, évacuant des troupes polonaises vers l'Angleterre.

Après une halte à Gibraltar, les élèves pilotes parviennent en Grande-Bretagne début juillet 1940.

En Angleterre, Noël Castelain s'engage dans les Forces aériennes françaises libres. Envoyé au camp de Saint-Athan, il se lie d'amitié avec Albert Littolff qui compte déjà 4 victoires aériennes lors de la campagne de France et lui prodigue de précieux conseils. Noël Castelain est d'ailleurs sélectionné le 17 juillet pour faire partie des dix premiers sous-officiers envoyés à l'Operationnal Training Unit (OTU) de Sutton-Bridge.

Volontaire pour servir en Afrique avec le Groupe mixte de combat n° 1 du lieutenant-colonel de Marmier, il embarque à bord du S/S Penland et participe, en septembre 1940, à l'expédition de Dakar puis au débarquement à Douala au Cameroun.

De là, il est acheminé vers le Caire, où se forme, sous les ordres du lieutenant James Denis, une escadrille de chasse, noyau du futur groupe Alsace, équipée de Hurricane par la Royal Air Force. Après la reprise de l'entraînement à Ismaïlia, le sergent-chef Castelain est affecté avec ses camarades au 33 Squadron qui opère en Grèce.

Pour éviter toute difficultés politiques en Grèce où la représentation diplomatique française est encore assurée par le gouvernement de Vichy, les pilotes français sont renvoyés, sans avoir combattu, en Afrique sur décision britannique.

Le 9 avril 1941, l'unité, envoyée en Libye, prend, à Tobrouk, le nom d'Escadrille de chasse française n°1 (EFC 1). Intégrée au 73 Squadron de la RAF, elle participe à la campagne de Libye ; Noël Castelain abat, au cours de ces opérations, un appareil ennemi au-dessus de Tobrouk.

Abattu à son tour par la DCA allemande le 23 avril 1941, il parvient tant bien que mal à regagner sa base mais il est grièvement blessé à l'atterrissage, et est envoyé en traitement à l'hôpital de Tobrouk.

Dès sa guérison, l'adjudant Castelain reprend le combat en Egypte, et est affecté brièvement aux liaisons aériennes militaires puis au Groupe de chasse n°1 "Alsace" en juin 1942.

Ensuite, tout comme Albert Littolff, il se porte volontaire pour le groupe de chasse n° 3 "Normandie" dès sa création en octobre 1942.

Promu sous-lieutenant, il parvient en Russie avec son unité et participe à toutes les opérations du printemps 1943 en Union soviétique et remporte 6 victoires aériennes en 3 mois.

Au cours d'une mission sur le Front soviétique le 16 juillet 1943, à l'attaque de 15 bombardiers allemands protégés par des chasseurs supérieurs en nombre dans la région de Krasnikovo près d'Orel, le sous-lieutenant Castelain disparaît en combat aérien en même temps que le capitaine Littolff.

Noël Castelain totalise à sa mort 1 100 heures de vol et 129 missions de guerre.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 23 juin 1941
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafe "Libye"
• Médaille des Blessés
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (Soviétique)

Imprimer