Ordre de la Libération Menu
Albert Littolff
<< Tous les compagnons

Albert Littolff

Régiment de Chasse Normandie-Niémen
Groupe de Chasse « Alsace »
1ère Escadrille de Chasse (EFC1)
GMC 1

Albert Littolff est né le 23 octobre 1911 à Cornimont (Vosges). Son père est ingénieur et directeur de filatures et tissages. Il est le second des huit enfants de la famille.

Orphelin très tôt, il arrête ses études pour élever ses frères et sœurs.

Passionné d'aviation, il obtient une bourse de pilotage pour entrer, en 1931, à l'Ecole Henriot à Châlon-sur-Saône ; engagé volontaire, il décroche son brevet de pilote et est affecté au 32e Régiment d'Aviation à Dijon.

Pilote chevronné, il est affecté en 1936 à la 7e Escadre de Dijon avec le grade de sergent-chef et est admis, en raison de ses qualités exceptionnelles de pilote, dans un groupe de présentation qui se produit à travers la France et l'Europe.

En février 1939 il est affecté en Tunisie puis de nouveau à Dijon en octobre, au Groupe de Chasse III/7.

Il abat son premier appareil ennemi le 12 mai 1940 et s'illustre ensuite pendant la campagne de France où, en tant qu'adjudant-pilote, il remporte sept victoires aériennes. Il est alors titulaire de la Médaille militaire et de la Croix de Guerre avec six citations.

Replié avec son groupe sur la base de Toulouse-Francazal, Albert Littolff, refusant l'armistice, décolle, le 25 juin 1940, aux commandes de son Dewoitine 520, comme deux de ses camarades, pour rejoindre l'Angleterre où il s'engage rapidement dans les Forces a ériennes françaises libres.

En août, il est promu sous-lieutenant puis participe, en septembre, à l'opération sur Dakar avec le groupe de combat n° 1. En octobre, il est affecté à Douala où l'inactivité va réduire le moral des pilotes.

Envoyé au Moyen-Orient, il participe avec l'Escadrille française de Chasse n°1 (EFC1) à la campagne de Libye en mai 1941 puis, de nouveau au printemps 1942, avec le Groupe de Chasse "Alsace", dont il commande la 2e escadrille, remportant quatre victoires en combat aérien.

Volontaire pour l'escadrille 'Normandie' dès sa création, Albert Littolff rejoint l'URSS fin 1942, et participe en 1943 aux opérations aériennes sur le front central.

Pilote exceptionnellement doué, d'un calme et d'un sang-froid étonnants, il devient rapidement l'un des leaders de l'escadrille et acquiert très vite une grande réputation, aussi bien chez ses camarades français que chez les combattants soviétiques.

Capitaine, ll participe avec son unité aux batailles de Spas-Demiansk et d'Orel au cours desquelles il abat quatre nouveaux appareils ennemis au cours d'engagements où il fait preuve d'une maîtrise qui le classe parmi les meilleurs pilotes.

Le 16 juillet 1943, chef d'une patrouille de huit avions de chasse, il protège dans la région d'Orel un peloton de quinze bombardiers soviétiques lors d'une attaque par un grand nombre de chasseurs allemands.

Disparu au cours du combat, en même temps que son ailier, Noël Castelain, il avait alors le palmarès le plus éloquent des pilotes de l'escadrille 'Normandie' avec plus deux mille heures de vol, deux cent dix-huit missions de guerre et quatorze victoires aériennes homologuées plus quatre probables.

Son corps a été retrouvé dans l'épave de son avion en juillet 1960 et rapatrié en France en septembre de la même année.

Albert Littolff a été inhumé au carré des militaires morts pour la France dans le cimetière Saint-Pierre de Marseille.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 23 juin 1941
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39-45 (10 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafe "Libye"
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)
• Chevalier de la Couronne d'Italie
• Croix de Guerre tchèque

Imprimer