Ordre de la Libération Menu
Pierre Viénot
<< Tous les compagnons

Pierre Viénot

Fils, petit-fils et arrière petit-fils de notaires picards, Pierre Viénot est né le 4 août 1897 à Clermont dans l'Oise.

Quatrième et dernier fils de la famille, il fait ses études secondaires au lycée Janson à Paris.

En juin 1915, il est engagé volontaire alors qu'il n'a que 17 ans.

Servant au 3e Régiment d'artillerie, il obtient une permission pour aller passer son second baccalauréat puis, comme télégraphiste d'artillerie, prend part à l'offensive de la Somme en juillet 1916.

Blessé par balle le 2 juillet, il refuse de se faire évacuer.

En juin 1917, Pierre Viénot suit les cours d'EOR à Fontainebleau et en sort aspirant.

Affecté au 5e RA, il est grièvement blessé à deux reprises dans la même journée en juillet 1918 à Villers-Cotterêts. Promu sous-lieutenant, il termine la guerre avec la croix de guerre et deux citations et reçoit quelques années plus tard la Légion d'Honneur à titre militaire.

Il entame des études de droit puis, de 1920 à 1923, est attaché au cabinet civil du maréchal Lyautey à Rabat comme secrétaire particulier. De retour à Paris, il reprend ses études et fait plusieurs séjours à l'étranger.

En 1925 il commence à travailler au rapprochement franco-allemand et en 1927, il devient directeur à Berlin du Comité d'Information franco-allemand jusqu'en 1930.

En 1932, il est élu député républicain socialiste de Rocroi dans les Ardennes et, en 1936, il est sous-secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères dans le gouvernement de Front populaire où il est chargé principalement des Affaires musulmanes ; il négocie les traités d'indépendance avec la Syrie et le Liban.

Il adhère à la SFIO en 1937, au lendemain de la chute du gouvernement de Léon Blum. Avec Pierre Brossolette, Daniel Mayer et Léo Lagrange, il forme le groupe "Agir" qui dénonce les accords de Munich.

Lieutenant de réserve en 1939, Pierre Viénot insiste, malgré une santé précaire, pour être mobilisé. Affecté de septembre 1939 à avril 1940 à l'Etat-major de la 4e DI comme interprète et officier de renseignements, il se voit chargé, au printemps 1940, de diriger les émissions de la radio nationale à destination de l'Allemagne au Ministère de l'Information.

Le capitaine Viénot quitte Paris le 11 juin 1940 avec son service et suit le gouvernement Paul Reynaud à Tours puis à Bordeaux. Le 20 juin 1940, il embarque au Verdon à bord du Massilia qui transporte 27 parlementaires à destination de Casablanca avec l'espoir que l'Afrique du Nord continue la guerre.

Victime d'une campagne de presse antiparlementaire, considéré comme "déserteur", arrêté, il est placé en résidence surveillée à Rabat et ramené en France.

Traduit, en décembre 1940, devant le Tribunal militaire de Clermont-Ferrand il est condamné à huit ans de prison avec sursis. Immédiatement libéré, Pierre Viénot entre aussitôt dans la Résistance en multipliant les contacts en zone Sud. Il participe dans les milieux socialistes à la création de groupes d'études clandestins avec André Philip et Daniel Mayer notamment. Délégué par le Comité d'action socialiste (CAS), il entre, sous le nom d'André de Lacour, au comité directeur du mouvement Libération-Sud fondé par Emmanuel d'Astier de la Vigerie et prend part à la rédaction de Libération,journal clandestin du mouvement.

En août 1942, il est à nouveau arrêté et incarcéré à Vals et à Evaux puis placé dans un sanatorium en Savoie d'où il s'évade pour rejoindre Londres le 21 avril 1943 par une opération aérienne depuis la région d'Angoulême, porteur d'une message de ralliement d'Edouard Herriot au général de Gaulle.

Lorsque le Comité national français s'installe à Alger, il fait fonction d'ambassadeur auprès du Gouvernement britannique à Londres. En septembre 1943, il devient officiellement ambassadeur du Comité français de la Libération nationale (CFLN) à Londres.

Au printemps 1944, Pierre Viénot joue un rôle primordial dans les discussions avec les Alliés concernant le retour de la France dans le concert des nations ; il s'oppose au projet américain d'AMGOT (Allied Military Governement of Occupied Territories).

Le 14 juin 1944, il a la joie de débarquer en Normandie avec le général de Gaulle qu'il accompagne à Bayeux et de voir ses efforts couronnés par le retour de la souveraineté nationale française.

De retour à son poste d'ambassadeur dans la capitale britannique, épuisé par un travail incessant, il succombe à une crise cardiaque le 20 juillet 1944.

Pierre Viénot est inhumé en novembre 1948 à Chooz par Givet dans les Ardennes.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 23 octobre 1944
• Croix de Guerre 14/18 (2 citations)


Publication :

Incertitudes allemandes : la crise de la civilisation bourgeoise en Allemagne, Librairie Valois, Paris 1931
• Pierre Viénot. Ses discours et messages, Harrison and sons, London, 1944

Imprimer