Ordre de la Libération Menu
Jean Vernier
<< Tous les compagnons

Jean Vernier

Ambulance Hadfield Spears

Fils d'un pasteur missionnaire protestant, Jean Vernier est né le 20 janvier 1905 à Tananarive (Madagascar).

En octobre 1924, il entre à l'Ecole de Santé navale de Bordeaux d'où il sort docteur en médecine et médecin lieutenant des Troupes coloniales en 1928.

Médecin capitaine en 1930, il sert de 1931 à 1933 à l'hôpital de Diego Suarès à Madagascar. Jean Vernier est ensuite affecté jusqu'en février 1937 à Saint-Pierre-et-Miquelon, comme médecin-chef du Service de santé.

De retour en métropole, il est promu médecin commandant en mars 1939 et nommé, un an plus tard, médecin-chef de l'hôpital de Bangui (Oubangui-Chari) où il exerce en qualité de chirurgien.

En août 1940, Jean Vernier prend la tête du ralliement de l'Oubangui-Chari à la France libre.

Quelques mois plus tard, il est nommé médecin chef du service chirurgical de l'hôpital de campagne des Forces françaises libres (Hôpital Spears) et prend part à la campagne d'Erythrée contre les Italiens avec la Brigade d'Orient.

En juin 1941, il participe aux opérations de Syrie puis, en mai 1942, devient médecin-chef de l'Ambulance Hadfield Spears, futur Hôpital mobile n°3, attachée à la 1ère Division française libre ; faisant preuve de grandes qualités d'organisateur, il poursuit son action lors de la campagne de Libye puis en d'Egypte (El Alamein) où, en octobre et décembre 1942, il sauve la vie de nombreux blessés.

Médecin lieutenant-colonel en décembre 1942, Jean Vernier participe en 1943 aux opérations en Tunisie puis à la campagne d'Italie, d'avril à juillet 1944, où il reçoit une citation à l'ordre du corps d'armée pour ses "qualités de technique, d'organisation et de dévouement".

Le 15 août 1944, il débarque en Provence à la tête d'une équipe chirurgicale franco-anglaise rattachée aux Commandos ; il installe et organise une antenne de soins en première ligne. Il prend part ensuite à la libération de l'Alsace en janvier 1945, date à laquelle il reçoit ses galons de médecin colonel.

Après la guerre, Jean Vernier part pour l'Afrique et devient directeur local de la Santé publique du Soudan jusqu'en 1954 date à laquelle il part exercer les mêmes fonctions en Guinée.

En 1957, promu médecin-général, Jean Vernier revient en France pour devenir directeur adjoint du Service de santé au ministère de la France d'Outre Mer.

En 1959 il occupe le poste de directeur du Service de coopération sanitaire au ministère de la Santé publique et de la Population.

En 1963, devenu médecin-général inspecteur, il est nommé directeur du Service de santé des Troupes françaises stationnées à Madagascar.

Il prend sa retraite en 1967.

Jean Vernier est décédé le 19 mars 1980 à Sanary dans le Var où il a été inhumé.

  • Commandeur de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 7 mars 1945
  • Grand Officier de l'Ordre National du Mérite
  • Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
  • Médaille de la Résistance
  • Croix du Combattant
  • Croix du Combattant Volontaire 1939-1945
  • Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
  • Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
  • Médaille Commémorative 39/45
  • Médaille Commémorative de la Campagne d'Italie
  • Médaille Coloniale avec agrafes « Erythrée », « Libye », « Tunisie »
  • Officier des Palmes Académiques
  • Commandeur de la Santé Publique
  • Médaille d'Honneur des Epidémies (Argent)
  • Médaille d'Honneur du Service de Santé des Armées
  • Mérite Libanais avec Palme
  • Commandeur de l'Etoile Noire (Bénin)
  • Officier de l'Etoile d'Anjouan
  • Grand Officier de l'Ordre National des Comores
  • Commandeur de l'Ordre National de la République Malgache
Imprimer