Ordre de la Libération Menu
Michel Sauvalle
<< Tous les compagnons

Michel Sauvalle

1er Régiment d'Artillerie Coloniale

Fils d'Armand Sauvalle, docteur en droit et avocat à la cour d'appel de Paris, Michel Sauvalle est né le 12 janvier 1920 à Paris (8e arrondissement).

Avant dernier d'une famille de 8 enfants, il fait ses études au cours Saint Louis rue de Monceau et se destine à l'Ecole des Arts et Métiers.

Mobilisé le 9 juin 1940, il refuse l'idée de se rendre aux Allemands et, le 24 juin 1940, embarque à Saint-Jean-de-Luz sur le Baron Kinnaird, bateau évacuant des troupes polonaises vers l'Angleterre.

Engagé dans les Forces françaises libres le 30 juin 1940 et versé au détachement d'artillerie, Michel Sauvalle embarque à Liverpool, le 31 août 1940, sur le Pennland dans le cadre de l'opération "Menace" à destination de Dakar. Après l'échec devant Dakar, il débarque au Cameroun en octobre 1940 et est affecté à la 1ère batterie d'artillerie.

Il quitte Douala en janvier 1941 et gagne la Palestine, après de longues semaines de voyage. Il reçoit le baptême du feu lors de la campagne de Syrie en juin 1941 alors qu'il sert comme motocycliste puis comme pointeur.

Promu successivement brigadier en septembre 1941 puis maréchal des logis en novembre, il voit son unité se constituer en 1er Régiment d'artillerie (1er RA), officiellement créé à Damas en décembre 1941, et placé sous les ordres du chef d'escadron Laurent-Champrosay.

Au sein de la 1ère Brigade française libre du général Koenig, Michel Sauvalle part pour la Libye avec le 1er RA. Après les combats d'Halfaya et de Mechili en janvier 1942, il participe brillamment comme chef de pièce à la bataille de Bir-Hakeim au cours de laquelle il est blessé le 8 juin à la tempe gauche par un éclat d'obus.

Maréchal des logis chef en juillet 1942, il retrouve le champ de bataille à El Alamein en octobre 1942 avant de prendre part à la campagne de Tunisie qui clôt victorieusement les combats sur le sol africain en mai 1943.

Promu aspirant en septembre 1943, il est affecté au peloton d'observation aérienne du 1er RA et sert comme observateur en avion léger sur Pipercub. Il se distingue en Italie, particulièrement à Radicofani en juin 1944 avec la 1ère Division française libre. En juillet, il a déjà accompli 28 missions de guerre comme observateur au profit de l'artillerie divisionnaire.

Les missions difficiles qu'il remplit sous le feu de l'ennemi au cours du débarquement en Provence, le 15 août 1944, lui valent de recevoir la Bronze Star Medal américaine. Il accomplit ensuite 12 missions pendant les batailles d'Hyères et de Toulon dirigeant de nombreux tirs, toujours sous le feu ennemi, sur les forts composant la défense de Toulon. Le 23 août, bien que pris a parti par la DCA ennemie, il réduit au silence une batterie allemande qu'il avait repérée aux abords du Fort Sainte Marguerite.

Blessé en mission aérienne le 4 septembre 1944 au-dessus de l'Ardèche, il poursuit son action dans les Vosges. Michel Sauvalle reçoit son galon de sous-lieutenant en décembre 1944 et, au cours de la bataille d'Alsace, assure de précieuses missions de réglage et de surveillance du champ de bataille, faisant preuve de calme, de courage et d'audace.

Il termine la guerre dans le sud des Alpes, avec la 1ère DFL au massif de l'Authion. Là encore, il démontre une inlassable activité, poussant au maximum ses reconnaissances afin de renseigner au mieux le commandement. En 10 mois, il a rempli 130 missions d'observateur en avion.

Après sa démobilisation, en juin 1945, il entre à la Régie Renault de Paris Est, en qualité de stagiaire. Il reste dans cette qualification jusqu'à la fin de l'année 1950, puis est agréé comme agent commercial. Il passe ensuite chef de service après vente à la régie Renault de Paris Ouest où il continuera toute sa carrière professionnelle jusqu'au mois d'août 1974 lorsqu'il est victime d'un accident vasculaire cérébral.

Michel Sauvalle est hospitalisé à l'Institution national des Invalides jusqu'à son décès, le 30 octobre 1978. Il est inhumé au Vésinet (Yvelines).

• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafes "Libye-Bir Hakeim 1942", "Tunisie"
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Bronze Star Medal (USA)
• Mérite Libanais

Imprimer