Ordre de la Libération Menu
André Rouxel
<< Tous les compagnons

André Rouxel

GRCA
Colonne Volante
1er Régiment de Marche de Spahis Marocains
1er Escadron Spahis

André Rouxel est né le 8 décembre 1915 à Saint-Mandé dans le Val-de-Marne.

Il fait ses études secondaires chez les Jésuites, au collège Saint-Grégoire de Tours.

En octobre 1935 il devance l'appel et effectue son service militaire au 9e Train des équipages, ce qui lui permet d'entretenir sa passion de cavalier ; il est démobilisé deux ans plus tard comme brigadier.

Entré immédiatement dans la Standart française des pétroles ESSO, il est mobilisé en septembre 1939 et désigné pour le Levant où il débarque en octobre 1939 à Beyrouth.

Refusant l'armistice, il décide avec un camarade de gagner la Palestine avec un faux ordre de mission le 30 juin 1940, pour rejoindre les Britanniques et continuer la guerre.

Envoyé à Ismaïlia, il demande, puisqu'il monte à cheval, son engagement au 1er Escadron de spahis du chef d'escadrons Jourdier, évadé du Liban le même jour que lui.

Il prend part à la campagne d'Erythrée avec son unité et à la fameuse charge à cheval, la dernière de l'armée française, à Umbrega en janvier 1941. Affecté au 2e Escadron sous les ordres du lieutenant Morel-Deville, il rejoint le camp de Qastina en Palestine en juin 1941.

Promu maréchal des logis en juillet 1941, André Rouxel est inscrit le mois suivant au cours d'élève aspirant de Damas jusqu'à la fin octobre 1941.

Aspirant, il est ensuite affecté au Groupe de Reconnaissance de Corps d'Armée (GRCA), nouvelle appellation des spahis, désormais équipés d'automitrailleuses. En décembre, le GRCA est rattaché à la 1ère Brigade française libre du général Koenig, puis à celle du colonel Cazaud (2e Brigade) en avril 1942.

En août 1942, les spahis sont organisés en Colonne Volante avec la 1ère Compagnie de Chars et rattachés à la 7e Division blindée Britannique (les "Rats du Désert"). La Colonne Volante effectue des raids en profondeur dans le désert de Libye.

André Rouxel, chef de peloton, combat en Egypte où, le 24 octobre 1942, à l'Himeimat (El Alamein), il se distingue en tenant tête, avec une simple automitrailleuse, à trois chars ennemis, arrêtant leur progression et parvenant même à détruire l'un d'entre eux.

Ensuite, la Colonne Volante participe à la poursuite de l'ennemi en fuite, faisant de nombreux prisonniers jusqu'au 8 novembre 1942. Par une décision du général Catroux en date du 24 septembre 1942, est constitué aux Forces Françaises Libres du Western Desert un régiment de cavalerie mécanisé prenant la dénomination de 1er Régiment de Marche de Spahis Marocains (1er RMSM). S'ensuit une période de repos dans la région d'El Alamein. Fin décembre 1942, André Rouxel est promu sous-lieutenant et reste affecté au 2e escadron du régiment

Les 14 et 15 avril 1943, pendant la campagne de Tunisie, au Djebel Fadloun, André Rouxel fait preuve d'audace et d'allant en harcelant continuellement l'ennemi malgré le tir de ses armes antichars et en renseignant parfaitement le commandement de la situation.

Au Maroc, en octobre 1943, le 1er RMSM devient le régiment de reconnaissance de la 2e Division Blindée de Leclerc. A l'image de la Division, il est réorganisé et rééquipé en matériel américain avant d'être rapatrié en Angleterre au printemps 1944.

Le 1er août 1944, il débarque avec son unité et la 2e DB en Normandie, son peloton appartient alors au groupement tactique Langlade (GTL). Après les durs combats de Normandie, le 24 août, devant Saclay (Essonne), il fait de nouveau la démonstration de son sang-froid en dégageant avec très peu de pertes son peloton violemment pris à partie par des feux antichars et des bazookas et en infligeant à l'ennemi des pertes considérables.

Le lendemain, il entre dans Paris avant de poursuivre la guerre vers l'est. Promu lieutenant en septembre, il prend une part active à la libération de Strasbourg en novembre puis à la campagne d'Alsace avant de terminer la guerre en Allemagne.

Le 18 juin 1945, le général de Gaulle lui remet la Croix de la Libération à Paris.

Il est démobilisé en septembre 1946 et reprend sa carrière dans le pétrole, chez ESSO-France comme chef de secteur.

Cadre puis directeur la Standart Vacuum Oil Company à Tananarive (Madagascar) de 1951 à 1962, il devient ensuite directeur général adjoint chez Esso Standart au Pakistan (1962-1965).

En 1965, il revient à Madagascar comme directeur général de ESSO Standart.

André Rouxel est décédé le 20 mai 2004 à Tours où il a été inhumé.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 24 mars 1945
• Croix de Guerre 39/45 (3 citations)
• Médaille Coloniale

Imprimer