Ordre de la Libération Menu
François Morel-Deville
<< Tous les compagnons

François Morel-Deville

GRCA
Colonne Volante
1er Régiment de Marche de Spahis Marocains
1er Escadron Spahis

François Morel-Deville est né le 15 mai 1910 à Annecy en Haute Savoie.

Il sort de l'Ecole de Cavalerie de Saumur en 1934.

François Morel-Deville a fait une grande partie de sa carrière militaire dans l'Arme Blindée Cavalerie.

Dès septembre 1940, depuis la Syrie où il est stationné avec son unité, le 1er Régiment de marche de spahis marocains, le lieutenant Morel-Deville profite d'une permission pour passer à cheval la frontière de Palestine à Deraa.

Il se rallie aux Forces françaises libres et est affecté au 1er Escadron de spahis du capitaine Jourdier, rallié également depuis le 30 juin.

Affecté à la 5e Division indienne, l'escadron est envoyé en Erythrée pour combattre auprès des Britanniques contre les Italiens.

Le lieutenant Morel-Deville reçoit le baptême du feu dans les combats d'Umbrega, en janvier 1941, en participant à une des dernières charges à cheval de l'Armée française.

Rapidement il prend le commandement du 2e Escadron de spahis constitué en majeure partie de coloniaux en provenance du Tchad.

En août 1942, l'escadron Morel-Deville est organisé en Colonne volante avec la 1ère Compagnie de chars et rattaché à la 7e Division blindée britannique (les "Rats du Désert"). La Colonne volante effectue des raids en profondeur dans le désert de Libye.

Le chef d'escadron Morel-Deville, se distingue également en se battant à El Himeimat durant la bataille d'El Alamein du 23 octobre au 5 novembre 1942.

Lancés à la poursuite de l'ennemi, les Spahis arrivent en Tunisie en février 1943 et s'illustrent lors des combats face aux hauteurs de Matmata. L'arrivée de la Force "L" du général Leclerc en provenance du Tchad fait que, rapidement, la Colonne volante y est incorporée, et effectue avec elle la campagne de Tunisie.

Ensuite, en octobre 1943, au moment de la constitution au Maroc de la 2e Division blindée (2e DB), les spahis sont réorganisés et reprennent le nom de 1er Régiment de marche de spahis marocains (1er RMSM). Le 1er RMSM devient le régiment de reconnaissance de la 2e DB.

Rapatrié en Grande-Bretagne en avril 1944, le 1er RMSM débarque en Normandie, le 1er août 1944 et prend part aux opérations de Normandie.

A la veille de la libération de Paris, Morel-Deville et ses Spahis sont envoyés par le général Leclerc en avant-garde vers la capitale.

Lors de la campagne des Vosges, ordre est donné, du 10 novembre au 18 novembre 1944, à Morel-Deville, de couvrir le flanc sud d'une Division d'Infanterie. Il mène sa tâche avec brio. Par de brillantes manœuvres, il s'empare de Cirey-sur-Vezouze, le 18 novembre 1944, prenant l'ennemi entièrement par surprise, en infligeant aux Allemands de nombreuses pertes et ouvrant ainsi la route aux chars du général Leclerc vers Strasbourg.

Promu lieutenant-colonel en juin 1945, il reste après la guerre chef de corps du 1er RMSM.

Observateur militaire des Nations Unies en septembre 1951 en Palestine, il devient attaché militaire, naval et de l'air, à Belgrade en décembre 1952.

Il commande le secteur de Tiaret (Algérie) en janvier 1958 avant d'être l'adjoint du général commandant la région d'Oran en 1959.

Le colonel Morel-Deville est ensuite expert militaire auprès de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat en mai 1961.

Promu général de brigade en février 1966, il passe dans la 2e section (réserve) en août de la même année.

Le général de brigade François Morel-Deville est décédé le 26 septembre 1968 à l'Hôpital de Percy à Clamart. Ses obsèques ont eu lieu le 30 septembre 1968 à l'Eglise Saint-Louis des Invalides. Il est inhumé à Chambéry.

• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 1er février 1941
• Croix de Guerre 39/45 (6 citations)
• Croix de Guerre des TOE (2 citations)
• Croix de la Valeur Militaire (3 citations)
• Médaille Coloniale
• Médaille du Levant
• Military Cross (GB)
• Ordre de l'Armée Populaire - 2e classe (Yougoslavie)

Imprimer