Ordre de la Libération Menu
Jean-Pierre Berger
<< Tous les compagnons

Jean-Pierre Berger

Fils de médecin, Jean-Pierre Berger est né le 22 février 1915 à Paris.

Elève du lycée Janson de Sailly puis licencié ès lettres et sciences politiques, il se destine à la carrière diplomatique.

Lieutenant au 6e Spahis algériens pendant son service militaire, il est rendu à la vie civile en octobre 1938.

Rappelé en mars 1939, il demande à servir comme observateur en avion et entre à l'école des Observateurs de Dinard en novembre 1939.

Evacué sur Clermont-Ferrand lors de la débâcle, il obtient la "faveur" du général commandant la région de servir comme fantassin lors des combats de retardement de l'armée allemande. A la tête d'un détachement d'Infanterie territoriale, il a pour mission la défense du pont de Marcigny-sur-Loire (entre Digoin et Roanne).

Dans la nuit du 17 au 18 juin 1940, il fait miner ce pont afin de le faire sauter dès l'arrivée des Allemands.

Evacué sur le Maroc, il embarque sur le Massilia, arrive le 24 juin à Casablanca et décide de rejoindre l'Angleterre.

Le 30 juin, avec le capitaine Le Forestier de Vendeuvre, le lieutenant Jochaud du Plessix et le sous-lieutenant Weill, il décide, à bord d'un Glenn-Martin, de rallier Gibraltar. L'appareil décolle de l'aérodrome de Ber Réchid vers 15H. A 17 heures, alors que l'avion se dispose à atterrir, il est pris sous les feux de la DCA espagnole ; il explose et tombe à la mer, ses quatre occupants sont tués.

Avant de quitter le Maroc, le lieutenant Berger avait écrit : "Tant qu'il y aura un combattant, je serai avec lui."

Jean-Pierre Berger est inhumé le lendemain avec ses compagnons au cimetière de North Front près du terrain d'aviation à Gibraltar. Ils furent tous les quatre parmi les premiers Compagnons de la Libération.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 13 mai 1941
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre

Imprimer