Ordre de la Libération Menu
Yves Nonen
<< Tous les compagnons

Yves Nonen

1er Bataillon de Fusiliers Marins
1er Régiment de Fusiliers Marins

Yves Nonen est né le 5 août 1916 à Lanmerin dans les Côtes du Nord.

Engagé volontaire dans la Marine comme mousse en avril 1933 à l'âge de 16 ans puis comme apprenti marin, il est breveté matelot fusilier en juillet 1934.

Rallié à la France libre dès le 18 juin 1940, le quartier maître de 1ère classe Yves Nonen est affecté au 1er Bataillon de fusiliers marins (1er BFM) mis sur pied en Angleterre par l'amiral Muselier en juillet 1940.

Avec son bataillon, il prend part à toutes les opérations : Dakar, Syrie et Libye de 1940 à 1942.

Il est promu second maître en février 1941 et décoré de la Croix de Guerre pour son action à Bir-Hakeim.

Le 1er BFM devenant en 1943 le 1er Régiment de fusiliers marins (1er RFM), Yves Nonen y reste affecté, comme maître fusilier, pour participer aux combats d'Italie. Il se distingue de nouveau le 15 juin 1944, au cours d'une patrouille devant Torre Alfina, près de Tivoli, en détruisant un important noyau de résistance ennemie.

Il participe ensuite à la campagne de France où il débarque le 16 août 1944 à Cavalaire, prenant une part active à la libération de Toulon. Le 23 août 1944, à la Garde, il se porte, avec son scout-car, au pied du château et y reste sous des feux meurtriers d'armes automatiques et de tireurs d'élite ennemis. Il ouvre le feu pour protéger l'infanterie amie et ne se replie que sur ordre formel.

Le même jour, au pont de chemin de fer de La Garde, son peloton ayant reçu l'ordre de se replier après l'infanterie, sous les feux d'artillerie et d'antichars ennemis, il ne quitte sa position qu'après le repli de son dernier blessé.

Pour faits de guerre, Yves Nonen est promu au grade de premier maître le 1er septembre 1944.

C'est en restant le dernier, une fois encore, lors des combats au Ballon d'Alsace qu'il trouve la mort à la tête de son peloton, le 24 novembre 1944, tué d'une balle dans la tête dans une action décisive pour l'entrée de sa Division en Alsace et l'encerclement des forces allemandes du Sundgau.

Inhumé dans un premier temps à Giromagny, le corps d'Yves Nonen a été transféré dans le cimetière de Louannec dans les Côtes d'Armor.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 26 septembre 1945
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale
• Médaille Commémorative 39/45

Imprimer