Ordre de la Libération Menu
Joël Le Tac
<< Tous les compagnons

Joël Le Tac

BCRA
1ère CIA
Réseau Overcloud

Alias : le Vigan- Overcloud - Granville - Joël Coussen - Joe.

Joël Le Tac est né le 15 février 1918 à Paris dans une famille d'instituteurs.

Etudiant en droit, il est mobilisé le 16 septembre 1939 et prépare le concours d'entrée à l'Ecole du Génie de Versailles comme aspirant élève-officier de réserve Transmissions.

Muté sur sa demande dans l'infanterie, il est versé au peloton d'aspirant officier de réserve d'infanterie à Vincennes. Replié avec son unité dans les Landes, il refuse l'armistice et, avec quelques camarades parmi lesquels Henri Karcher, se rend à Saint-Jean-de-Luz.

Le 24 juin, il embarque sur le Baron Nairn qui évacue des troupes polonaises vers l'Angleterre.

Arrivé à Liverpool, il s'engage dans les Forces françaises libres et est nommé sergent instructeur au camp de jeunesse de la France libre à Brynbach.

Il participe, sous les ordres du capitaine Bergé, à la création de la 1ère Compagnie d'infanterie de l'air, en octobre 1940.

Il passe son brevet de parachutiste en décembre 1940 et subit un entraînement intensif près de Londres puis en Ecosse, dans le but d'intégrer l'équipe de 5 parachutistes chargés de l'opération "Savannah", organisée par le Special Operations Executive (SOE) britannique ; il est ainsi parachuté le 15 mars 1941 près de Vannes pour ce qui constitue alors la première opération « Action » en France occupée.

La mission ne peut-être que partiellement remplie en raison de renseignements périmés et Joël Le Tac ne peut rejoindre l'Angleterre par manque de place sur la chaloupe qui ramène l'équipe Savannah en mer. Resté en France il va retrouver à Paris son frère Yves qui l'accompagne en Bretagne pour récupérer des armes.

Joël Le Tac rejoint les rangs d'une seconde équipe parachutée en mai 1941, chargée de l'opération "Joséphine B". Ainsi, il prend part à la destruction de l'usine électrique de Pessac en Gironde. Il passe en zone libre où, avec Yves, il prend d'importants contacts avec ce qui deviendra la Résistance intérieure, en particulier avec l'organisation "Liberté" de François de Menthon, Georges Bidault et Pierre-Henri Teitgen ainsi qu'avec l'organisation toulousaine du professeur Pierre Bertaux. Il rejoint l'Angleterre par l'Espagne et le Portugal en août 1941 avec le sergent Forman et Edgard Tupët.

Après une période d'entraînement, Joël Le Tac, promu sous-lieutenant, est déposé à la pointe du Finistère par vedette rapide dans la nuit du 13 au 14 octobre 1941 pour organiser le premier réseau-action en zone occupée : le réseau "Overcloud", en Bretagne. Il organise les premiers parachutages d'armes et de matériels en zone nord, en novembre et décembre 1941. Il prépare l'embarquement, dans la villa de ses parents, à Saint-Pabu, près de Brest, d'agents de la Résistance - notamment Fred Scamaroni - et des services spéciaux et rejoint de nouveau l'Angleterre par vedette rapide avec son frère le 6 janvier 1942.

Chargé d'importantes missions de sabotage et de destruction, il revient en France par voie maritime le 25 janvier 1942 mais une partie de son réseau ayant été détruit pendant son absence, il est arrêté dans une souricière tendue le 5 février 1942 à Rennes par la police militaire allemande. Ses parents, son frère et sa belle-sœur Andrée, membre active d'Overcloud, sont également arrêtés après lui.

Transféré de la prison d'Angers à Fresnes, Joël Le Tac, y reste jusqu'en juillet 1943 avant d'être envoyé au camp du Struthof en Alsace comme déporté NN (Nacht und Nebel). Il y reste jusqu'à l'évacuation de septembre 1944, en raison de l'avancée des troupes alliées.

Il est alors transféré à Dachau puis, un mois plus tard, à Neuengamme, près d'Hambourg, et enfin à Gross Rosen, en Silésie. Evacué devant l'avancée russe par le fameux "convoi de la mort" en janvier 1945, il est le seul survivant de son wagon de 100 personnes.

Il travaille dans le tunnel de Dora puis connaît une nouvelle évacuation devant l'avancée anglaise et arrive à Bergen-Belsen en avril 1945. Libéré par les troupes anglaises le 15 avril 1945, il est rapatrié le 1er mai 1945 et se voit chargé, à la Direction générale des Etudes et Recherches (DGER), de la liquidation de la Région M.

Joël Le Tac termine la guerre avec le grade de capitaine, chef de mission de 2e classe et il a la joie de retrouver ses parents, son frère et sa belle-soeur rescapés des camps de concentration.

Il entre ensuite dans le secteur privé comme inspecteur à l'exportation d'une grande firme franco-anglaise de parfums et de couture puis comme chef de service commercial d'une firme d'alimentation à Nancy.

Rappelé en mars 1951 en situation d'activité pour partir comme capitaine en Indochine, il opte pour la Corée et rejoint le bataillon français de l'ONU en janvier 1952. Il y sert comme officier de renseignements puis comme commandant de la 3e Compagnie et prend part aux batailles de Kumwha, Triangle de Fer et T Bone.

En 1953, il rentre comme journaliste pigiste à Paris-Presse puis à Paris Match et fait de nombreux reportages à travers le monde.

En 1954, il devient Grand Reporter à Paris-Match avant d'entrer en 1956 au Temps de Paris comme chef du bureau "Afrique du Nord".

En 1956, il est mobilisé comme officier de presse du corps expéditionnaire chargé du débarquement à Port-Saïd dans l'Etat-major du général Massu avant d'entrer de nouveau à Paris-Match en décembre 1956.

Elu député de Paris en 1958 (réélu sans interruption jusqu'en 1981), il devient, en 1959, Secrétaire général de la Fédération UNR de la Seine. Joël Le Tac est en outre vice-président de la Commission des Affaires culturelles et sociales de l'Assemblée nationale.

Président de l'Institut national de l'audiovisuel (INA) et président du Conseil international des Radios et Télévisions d'Expression francophone (CIRTEF) en 1981-1982, il est lieutenant-colonel honoraire, membre du Comité central de la LICRA et vice-président de l'Alliance France-Israël.

Joël Le Tac est décédé le 8 octobre 2005 à Maisons-Laffitte dans les Yvelines.


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Croix de Guerre 1939-45 (5 palmes)
• Croix des TOE (2 citations)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Military Medal (GB)
• Médaille des Nations Unies
• Croix de Guerre Coréenne

Imprimer