Ordre de la Libération Menu
Jacques Lemarinel
<< Tous les compagnons

Jacques Lemarinel

BM 24

Fils d'un employé des chemins de fer, Jacques Lemarinel est né le 5 juin 1923 à Périers (Manche).

Le 18 juin 1940, il gagne l'Angleterre, via Guernesey, à bord d'un bateau de pêche parti de Gourin dans le Cotentin.

A 17 ans, il veut continuer la lutte mais ne peut s'engager dans les Forces Françaises Libres à cause de son âge.

Il passe donc par une école de préparation militaire à Brynbach puis à Rake-Manor avant d'intégrer, début 1943, l'école des Cadets de la France Libre à Ribbesford.

A un des moments les plus difficiles pour la France Libre, alors que le général de Gaulle semble écarté par les Américains, Jacques Lemarinel, en attente en Angleterre, s'impatiente.

D'habitude timide et réservé, il s'emporte et évoque devant ses camarades : "ce dernier carré de fidèles qui resteraient dans l'Histoire les martyrs ou les héros exilés d'une cause trop noble et trop belle pour que les hommes aient pu la comprendre." L'année 1943 marque enfin le départ vers l'action.

Nommé aspirant le 1er juin 1943 dans la promotion "Fezzan-Tunisie", il rejoint l'Afrique du Nord à la mi-septembre 1943 et est affecté au Bataillon de Marche n° 24 (BM 24) de la 1ère Division Mécanisée d'Infanterie (1ère DMI), nouvelle appellation de la 1ère Division Française Libre (1ère DFL).

Il prend le commandement d'une section de tirailleurs sénégalais de la 2e Compagnie du BM 24 et débarque en Italie en avril 1944. Il participe brillamment à l'offensive sur le Garigliano le 11 mai et à la marche vers Rome où il entraîne ses hommes sous le feu ennemi à plusieurs reprises avec calme et détermination. Il s'avance souvent en tête de sa section pour gravir des sentiers rocailleux et étonne par sa décontraction.

Le 18 juin 1944, la compagnie de Jacques Lemarinel attaque le village de Fonte Vitriana, au sud de Sienne. Dans un terrain rendu difficile par les conditions météorologiques, il mène sa section sous les tirs d'armes automatiques ennemies. Il n'est stoppé dans son élan que par le manque de munitions qui le contraint à faire demi-tour et à abandonner le terrain conquis. En faisant preuve d'un calme extraordinaire, il reste en arrière pour porter secours à un camarade blessé. Il s'écroule, mortellement blessé, d'une balle en plein cœur.

Un frère d'armes de Londres et d'Italie dira peu après, en pensant aux camarades tombés : "Au-dessus de ces soldats, plane dans le ciel au milieu des nuages la cohorte glorieuse des grands capitaines et des grands conquérants des temps passés. On dirait que leur image hante le rêve des vivants et qu'ils sont prêts à les accueillir dans leur immortalité. Et chaque fois qu'il m'arrive, en m'endormant, d'évoquer cette image, il me semble sentir dans le ciel, au-dessus de nos têtes, à côté de celle des grands conquérants du passé, la présence de nos camarades récemment tombés : au milieu des silhouettes amies, dont le sacrifice doit inspirer l'abnégation des vivants, passant avec les nuages devant la grosse lune ronde, ce grand garçon, à l'allure un peu lente, au regard clair et franc dans lequel se reflètent les paysages sereins de sa Normandie natale, c'est Jacques Lemarinel. "

Jacques Lemarinel est inhumé à Rome.

Par décret du 31 mars 1955 il est promu au grade de sous-lieutenant pour prendre rang du 1er juin 1944.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille Commémorative des Services Volontaires de la France Libre

Imprimer