Ordre de la Libération Menu
Jules Joire
<< Tous les compagnons

Jules Joire

Régiment de Chasse Normandie-Niémen
GMC 1

Jules Joire est né le 29 août 1914 à Roubaix dans le Nord.

Admis en octobre 1934 à l'Ecole de pilotage d'Istres dans le cadre de son service militaire, il obtient rapidement son brevet de pilote et est affecté en décembre 1935 au Groupe de chasse 1/4.

Rendu à la vie civile en octobre 1936, il travaille dans la banque tout en effectuant des périodes volontaires au Groupe aérien d'observation de Lille.

Mobilisé en août 1939, il retrouve le GC 1/4 à Reims et sert comme sergent pilote à la 1ère escadrille. Il participe à la campagne de France et, avec son Curtiss H 75, il effectue 80 missions et remporte 6 victoires aériennes au-dessus du Nord, de la Belgique et des Pays-Bas entre le 10 et le 22 mai 1940.

Le 25 mai , il est blessé en combat aérien au-dessus de Beauvais ; touché par deux balles, il est évacué sur Argentan puis sur Douarnenez dans le Finistère.

Refusant la défaite, il quitte l'hôpital malgré sa blessure. Le 18 juin 1940, il parvient à gagner l'Angleterre en embarquant, à Douarnenez, à bord d'un langoustier, le Trébouliste, qui, sous la direction du lieutenant Pinot, évacue les moniteurs et une centaine d'élèves pilotes volontaires des écoles de pilotage 23 et 27.

Il parvient à Falsmouth le 22 juin et s'engage dans les Forces aériennes françaises libres et est envoyé en stage à l'Operationnal Training Unit n° 6 de Sutton Bridge. Volontaire pour servir au Groupe mixte de Combat n°1 du lieutenant-colonel de Marmier, il prend part à l'expédition de Dakar à bord du porte-avions Ark Royal.

Le 23 septembre 1940, en compagnie d'autres appareils, il décolle de l'Ark Royal, à bord d'un Caudron Luciole pour une mission de liaison avec les forces de Vichy devant les convaincre de rallier le général de Gaulle. Après une courte fraternisation sur l'aérodrome de Ouakam (Dakar), il est fait prisonnier avec ses camarades parmi lesquels Jacques Soufflet et Fred Scamaroni, et emmené en captivité par les autorités de Vichy dans des conditions humiliantes et pénibles. En décembre 1940, il est rapatrié en France, via Alger, avec ses camarades.

Bénéficiant d'un non lieu, il est libéré en janvier 1941. Dès lors, il n'a qu'une idée en tête : retrouver un unité combattante. Après plusieurs tentatives, il parvient à gagner l'Afrique du Nord en passant par l'Espagne début janvier 1943. Fait prisonnier par les autorités franquistes, il passe plusieurs mois à la prison de Pampelune puis en résidence surveillée. Par Gibraltar, il arrive finalement en Algérie le 14 mai 1943.

Il se porte immédiatement volontaire pour servir au Groupe de chasse n° 3 "Normandie" qui combat en URSS. Il rejoint sa nouvelle unité à Sloboda début octobre 1943. Affecté à la 2e escadrille, il apprend le 18 mars 1944, sa promotion au grade de sous-lieutenant.

Le même jour, il est victime d'une collision en vol à l'entraînement avec l'aspirant Maurice Bourdieu au-dessus de Toula ; Jules Joire réussit à sauter mais il est rattrapé dans sa descente par son avion qui lui arrache son parachute. Les deux hommes périssent dans l'accident. Inhumé à Moscou dans un premier temps, son corps est rapatrié en France et inhumé en avril 1953 au cimetière militaire de Tourcoing dans le Nord.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 28 mai 1945
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Médaille de la Résistance avec Rosette
• Médaille des Blessés
• Médaille des Evadés

Imprimer