Ordre de la Libération Menu
Joseph Bakos
<< Tous les compagnons

Joseph Bakos

13ème Demi Brigade de Légion Etrangère

De nationalité hongroise, Joseph Bakos est né le 19 mars 1902 à Szabadszallac (Hongrie).

Il s'engage à la Légion étrangère en 1923 à Chambéry et sert au 1er REI pendant deux ans. Passé au 3e REI pour la campagne du Maroc (1924-1925), il est blessé par balle à la jambe le 28 mai 1925 à Tilmirat.

En décembre 1925, il retourne au 1er REI jusqu'à la fin de son contrat en septembre 1928 et se retire alors à Nice comme boulanger.

Réengagé à Nice en décembre 1931, il retrouve le 1er REI (1931-1932) puis se voit affecter au 2e REI (1932-1934) en Algérie avant de partir pour le Maroc où il prend part aux derniers combats de pacification en 1933 et 1934.

Promu caporal en novembre 1936, Joseph Bakos occupe les fonctions de chef de pièce de mortier au 2e REI puis au 1er REI. En Afrique du nord au moment de la déclaration de guerre, il participe à la campagne de Norvège (combats de Bjervik et de Narvik) avec le corps expéditionnaire du général Béthouart.

Rapatrié en Angleterre le 18 juin 1940 avec la Légion étrangère, il choisit de rester en Angleterre pour s'engager dans les Forces françaises libres le 1er juillet 1940.

Resté à la 13e Demi-brigade de Légion étrangère (13e DBLE), il fera toutes les campagnes avec le 1er Bataillon de Légion étrangère : Dakar, Gabon, puis l'Erythrée comme caporal chef où il prend part aux combats de Keren et de Massaoua et reçoit une citation à l'ordre de la Brigade pour son sang-froid et son calme au feu.

Après la campagne de Syrie, Joseph Bakos combat en Libye et se voit nommer sergent en juillet 1942. Il participe ensuite aux opérations d'El Alamein (octobre 1942) puis à celles de Tunisie (mai 1943).

En janvier 1944, il rejoint les rangs du 3e Bataillon de Légion étrangère (3e BLE) où il sert à la compagnie lourde lors de la campagne d'Italie avant de débarquer en Provence le 18 août 1944.

Le 26 octobre 1944, à Ronchamp en Haute-Saône, alors qu'il sort de son abri pour prêcher le calme à ses hommes lors d'un engagement avec une patrouille ennemie, Joseph Bakos est mortellement atteint par des éclats d'obus. Il est inhumé à la Nécropole nationale de Rougemont dans le Doubs.

  • Chevalier de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 7 mars 1945
  • Médaille Militaire
  • Croix de Guerre 1939-45
  • Croix du Combattant
  • Médaille Coloniale avec agrafe "Maroc 1925"
  • Médaille des Blessés
Imprimer