Ordre de la Libération Menu
Jean Brasseur-Kermadec
<< Tous les compagnons

Jean Brasseur-Kermadec

1er Régiment de Fusiliers Marins

Alias : « Kermadec »

Jean Brasseur est né le 9 septembre 1914 à Verviers (Belgique), son père était pharmacien.

Après des études dans sa ville natale, poursuivies à Liège, il rêve de la mer et de grandes aventures.

A l'âge de 15 ans, il s'embarque, à Anvers, sans avoir prévenu sa famille, sur un cargo à destination des mers australes. Il ne donne signe de vie qu'une fois parvenu en Australie.

De retour en Belgique, son père consent à ce qu'il s'oriente vers la Marine.

Officier au long cours à la compagnie maritime belge « Lloyd Royal », il entend l'appel du 18 juin en mer.

Après une escale à Freetown, il arrive en Angleterre en août 1940 et rallie d'abord la Royal Navy ; affecté sur le H.M.S. Fidelity, il demande à servir dans les Forces navales françaises libres à titre étranger en octobre 1940.

Affecté comme officier fusilier sur le cuirassé Courbet, il y commande la DCA sous le nom de « Kermadec ». Il est ensuite désigné pour organiser le premier centre d'instruction des FNFL à Skegeness. Sa tâche terminée, il est embarqué sur le contre-torpilleur Léopard, chargé de protéger les convois autour de l'Islande, pendant l'hiver de 1941.

Nommé en juillet 1941 officier en second de l'aviso Commandant Dominé, il escorte les convois entre Liverpool et Freetown, assure ensuite le blocus de Djibouti, puis escorte à nouveau les convois de la 8e Armée britannique entre Alexandrie, Tobrouk, Benghazi, Tripoli, parcourant au total plus de 100 000 milles.

Promu lieutenant de vaisseau, Jean Kermadec rejoint sur sa demande le 1er Régiment de fusiliers marins, régiment de reconnaissance de la 1ère Division française libre, où il commande le 3e Escadron.

Il participe aux combats de Tunisie en 1943, puis à ceux d'Italie à partir de mai 1944. Il se distingue à Pontecorvo, Pontelugano, Montefiascone et Radicofani (mai-juin 1944).

Débarqué en Provence, à Cavalaire, le 15 août 1944, il ne cesse de bousculer l'ennemi jusqu'à Toulon, faisant plus de 200 prisonniers.

Puis il s'illustre dans les Vosges en novembre 1944, notamment à la Chapelle sous Rougemont dont il s'empare avec hardiesse, désorientant l'ennemi et lui infligeant de lourdes pertes.

Il se distingue de nouveau à Bourbach le Bas en opposant une résistance héroïque à de furieuses contre-attaques appuyées de chars.

Capitaine de corvette à la fin de la guerre, il prend le commandement de l'escorteur Cimeterre avant de se voir accorder la nationalité française en 1947.

Jusqu'en 1948 Jean Brasseur-Kermadec est commandant adjoint du croiseur école Jeanne d'Arc puis observateur de l'ONU à Surabaya, en Indonésie. Chef du 3e Bureau de l'EM de la Marine en Tunisie en 1951, puis commandant l'aviso Gazelle dans l'océan Indien de 1953 à 1954.

Promu capitaine de frégate, il est ensuite attaché naval à Bonn de 1955 à 1958, puis commande le Francis Garnier en Extrême-Orient jusqu'en 1960.

Jean Brasseur-Kermadec intègre ensuite l'Etat-major particulier du général de Gaulle, Président de la République. Il est nommé capitaine de vaisseau en décembre 1961.

Attaché naval près l'Ambassade de France à Madrid (1961-1964), il commande le croiseur Colbert puis devient commandant de la Marine à Marseille de 1965 à 1967. Il est nommé contre-amiral en 1966, avant d'occuper la poste d'attaché militaire à Londres jusqu'en 1970.

Le vice-amiral Jean Brasseur-Kermadec est, de 1971 à 1974, commandant en chef en Méditerranée et préfet maritime de la 3e région. Il est promu vice-amiral d'escadre en 1972 et est membre du Conseil supérieur de la Marine (1972-1974).

Après son départ de la Marine, le 30 octobre 1974, il prend les fonctions de Directeur général du Groupe maritime Rodriguez-Ely, administrateur de la Société Philips à Marseille, puis PDG de la Société Radio-Océan en 1981.

Jean Brasseur-Kermadec est décédé le 21 mai 1992 à Paris. Il a été inhumé Levallois-Perret dans les Hauts-de-Seine.

• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 janvier 1946
• Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 1939-45 (6 citations)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Croix de Guerre avec palme (Belgique)
• Grand Officier de l'Ordre de la Couronne (Belgique)
• Commandeur du Mérite Militaire (Portugal)
• Commandeur du Mérite Naval (Brésil)
• Grand Croix de Mérite Naval (Espagne)
• Grand Officier de l'Ordre d'Orange Nassau (Pays-Bas)
• Croix du Mérite de Première Classe de la République Fédérale d'Allemagne
• Grand Croix de l'Ordre National Tunisien

Publication :

• Récit autobiographique d'un enseigne de vaisseau auxiliaire à titre étranger, SL, SD

Imprimer