Ordre de la Libération Menu
René Blanchard
<< Tous les compagnons

René Blanchard

Commandos de France
BM 7

D'origines bretonnes, René Blanchard est né le 10 septembre 1920 à Paris où son père était ouvrier mécanicien.

Il fait ses études secondaires au lycée Carnot. A la déclaration de guerre, il est en classe de mathématiques spéciales au lycée Louis-le-Grand. Replié en province avec sa classe, René Blanchard est interne au lycée de Quimper pendant l'année scolaire 1939-1940.

Refusant l'armistice, il parvient à s'évader de France sur un bateau de pêche de Douarnenez, le 19 juin 1940 dans la soirée. Parvenu en Angleterre, il s'engage dans les Forces françaises libres, le 1er juillet 1940.

Canonnier au détachement du Corps expéditionnaire pour l'opération de Dakar fin septembre 1940, il part ensuite pour Douala puis suit le peloton d'élèves officiers du camp Colonna d'Ornano à Brazzaville.

Il en sort aspirant en juin 1941 et part pour Bangui où il participe à la levée du Bataillon de marche n°7 (BM 7).

Il prend part, avec le BM 7 à la fin de la campagne de Syrie et commande la section de 75 antichars de la compagnie lourde. Affecté à des tâches de maintien de l'ordre au Moyen-Orient, il est désigné pour reconduire des tirailleurs rapatriables sur l'AEF en mars 1944.

Arrivé en Afrique du Nord en avril 1944 il est promu lieutenant et suit l'entraînement du stage américain de moniteur commando à Chréa. Au retour de son stage il participe à la création du Groupe des Commandos de France à Staouéli. Il participe alors, avec le 2e Commando, à toutes les campagnes de France et d'Allemagne dans lesquelles le Groupe de Commandos est engagé.

Il se distingue plusieurs fois à la tête de son peloton du 2e Commando notamment le 4 novembre 1944 où, conduisant une patrouille dans la région du Haut du Tot, il réussit à surprendre un détachement allemand, lui causant des pertes et ramenant un prisonnier. De même, le 19, en organisant à Essert une tête de pont contre laquelle se heurtent les attaques ennemies, favorisant ainsi l'avance des blindés. Dans la nuit du 25 au 26, à Massevaux, il s'infiltre en secteur ennemi avec son peloton, y installe un point d'appui qu'il tient, malgré les attaques des Allemands supérieurs en nombre, jusqu'à l'arrivée des renforts.

Le 31 janvier 1945, il est blessé à Durrenentzen en Alsace.

Le 4 avril 1945 il se distingue à nouveau lors de la prise de Karlsruhe en se portant seul à la tête du Commando pour entraîner ses hommes à travers une zone boisée non encore nettoyée. Quatre jours plus tard devant Pforzheim, il établit une liaison extrêmement dangereuse avec l'échelon supérieur malgré une violente contre-attaque ennemie. La nuit du 30 avril au 1er mai, il effectue un coup de main sur les avant-postes de la défense nord de Bregenz et réussit à ramener trois prisonniers. Il termine la guerre au col de l'Arlberg, le 6 mai 1945.

En 1946, René Blanchard démissionne de son grade et devient administrateur de la France d'Outre Mer et sert au Cameroun jusqu'en 1960 en qualité de chef de région puis de Préfet.

Chef de mission de coopération auprès de la République du Dahomey (1960-1963), de la Haute-Volta (1963-1966), du Sénégal (1966-1972) et de Madagascar (1972-1976). De 1976 à 1982, il est inspecteur général des services du Ministère de la Coopération.

René Blanchard est décédé à Nice le 14 mars 1996. Il a été inhumé à Boulogne-Billancourt.

 

  • Commandeur de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 27 décembre 1945
  • Commandeur de l'Ordre National du Mérite
  • Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
  • Médaille Coloniale
  • Médaille Commémorative du Levant
  • Médaille des Evadés
  • Croix du Combattant 39/45
  • Croix du Combattant Volontaire 39/45
  • Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
  • Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
  • Silver Star Medal (USA)
  • Officier de l'Etoile Noire (Bénin)
  • Officier de l'Etoile d'Anjouan (Comores)
  • Grand Croix de l'Ordre du Mérite (Sénégal)
  • Commandeur de l'Ordre du Lion (Sénégal)
  • Officier de l'Ordre National du Dahomey (Bénin)
  • Officier de l'Ordre National de Haute-Volta (Burkina-Faso)

Publications :

• Revues économiques spécialisées sur le Tiers-Monde.

Imprimer