Ordre de la Libération Menu
André Schock
<< Tous les compagnons

André Schock

BCRA
DMR

Alias : Voltigeur - Diagonale - Lenôtre

André Schock est né le 22 avril 1914 à Saint-Ail en Meurthe et Moselle. Son père, ouvrier, est tué au combat en septembre 1914.

Sa mère doit fuir l'avancée allemande dans un long périple qui s'achève en Bretagne où le jeune André fera ses études, au lycée de Brest, de 1929 à 1934.

Après son service militaire qu'il termine avec le grade de brigadier, il exerce quelque temps le métier de correcteur à La Dépêche de Brest et de l'Ouest avant de quitter la France, en 1937, pour l'Afrique.

Il a en effet trouvé une place d'employé de commerce dans une société française, la SCOA, à Cotonou au Dahomey.

Affecté spécial sur place, il demande à être mobilisé et rejoint Dakar en février 1940 pour être affecté au 6ème Régiment d'Artillerie Coloniale (6e RAC).

Démobilisé à Dakar en septembre 1940, refusant l'armistice, il quitte clandestinement le Sénégal pour rejoindre le Nigeria britannique où il s'engage dans les Forces françaises libres.

Connu sous le nom de "lieutenant André", il appartient à la mission des FFL basée à Accra en Gold Coast et commence à agir en AOF, particulièrement en côte d'Ivoire qui reste sous l'autorité de Vichy, pour y faire une forte action de propagande en faveur de la France libre.

Il crée également un réseau de renseignements et favorise l'évasion des officiers de la colonie.

Bien connu des services de Vichy, il est condamné à mort par contumace par le Tribunal Militaire de Dakar en septembre 1942 pour le motif suivant : "Passé en Nigeria en septembre 1940, est l'un des agents les plus actifs de la propagande et de l'espionnage anglo-dissident depuis cette date".

Après le débarquement américain en Afrique du Nord et l'installation du Comité national français à Alger, André Schock se porte volontaire pour combattre en France.

Début juin 1943, il rejoint l'Angleterre et est incorporé en août dans les services du Bureau Central de Renseignements et d'Action (BCRA) sous le nom de Morvan. Il effectue alors une préparation intense pour des missions importantes dans le cadre des réseaux "Action" de la France Combattante.

Sa connaissance parfaite de la clandestinité et son origine lorraine font qu'il est désigné en septembre 1943 comme Délégué militaire de la Région C (Reims-Nancy). A ce titre, il est déposé en France, le 22 octobre 1943 par une opération aérienne, comme chargé de mission de 1ère classe, sous le pseudonyme de "Voltigeur". Son rôle consistera à unifier, dans les huit départements de l'est de la France qu'il dirige, la résistance militaire et à coordonner l'action clandestine en préparant l'insurrection.

André Schock alias Lenôtre dans la clandestinité, prend contact avec les organisations de résistance et met en place les différents plans prévus par le commandement. Il rencontre notamment Pierre Brossolette à Paris le 8 novembre 1943 et Maurice Bourgès-Maunoury, Délégué Militaire National.

Dans l'Est, il prend contact avec le mouvement Ceux de la Résistance (CDLR) dont Gilbert Grandval est le chef régional et qui est le mieux implanté dans la région. Schock organise avec Grandval les liaisons avec le Bureau des Opérations Aériennes (BOA) que dirige Michel Pichard et met en place l'organisation des Forces Françaises de l'Intérieur (FFI) de la Région C.

En décembre 1943, il organise de multiples sabotages de locomotives dans les dépôts de Reims et de Nancy qui provoquent de nombreux déraillements et d'importants dégâts sur les machines.

Le 28 janvier 1944, au cours d'une liaison sur Paris, "Voltigeur", devenu depuis quelques jours "Diagonale", est arrêté rue Lafayette par la Gestapo qui le file à la suite d'une dénonciation. Tentant de fuir, il est blessé d'une balle de revolver dans la cuisse et transporté dans une voiture ; resté un instant seul avec le chauffeur, il en profite malgré sa blessure et ses menottes pour s'échapper dans la rue Lafayette. S'abritant sous une porte cochère, il parvient à monter l'escalier de l'immeuble. Rattrapé au 2e étage par un officier allemand, ce dernier lui tire six balles dans le corps ; transporté à l'hôpital de la Pitié où, dès son admission, alors qu'il est au bord du coma, il réussit à faire passer un message par un gardien de la paix à destination de Maurice Bourgès-Maunoury pour le prévenir de son arrestation.

Soigné pendant trois mois à l'Hôpital, à peine rétabli, André Schock est transféré à la prison de Fresnes au début de mai 1944 ; il y rencontre un petit groupe de résistants du réseau Brutus formé d'André Clavé, André Boyer et Pierre Sudreau avec lesquels il est transféré à Compiègne puis déporté le 12 mai vers Buchenwald où le groupe arrive deux jours plus tard.

Le 8 juin 1944, le groupe est séparé et André Schock avec André Clavé sont envoyés trois jours au camp de Dora d'où il sont dirigés sur Harzungen, un kommando de Buchenwald ou André Schock devient Kapo, responsable d'un kommando de travail formé d'une vingtaine de déportés français. C'est à Bergen-Belsen, où il est arrivé le 11 avril 1945, qu'il est délivré par les Anglais quelques jours plus tard.

De retour en France il participe avec une centaine de camarades déportés au défilé du 1er mai 1945 sur les Champs-Elysées à Paris.

Après la guerre, André Schock est élu membre (MRP) de l'Assemblée Constituante par le territoire de la Côte d'Ivoire, puis sous la même étiquette, conseiller de l'Assemblée de l'Union Française.

Capitaine de réserve (artillerie de marine) il rejoint ensuite le secteur privé et est directeur de l'Ecole des ventes aux Forges de Strasbourg.

André Schock est décédé à Meudon le 13 octobre 1973. Les obsèques ont eu lieu le 18 octobre en l'église Saint-Martin de Meudon, et l'inhumation au cimetière de Trivaux à Meudon.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 19 octobre 1945
• Croix de Guerre 39/45 (avec palme)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Military Cross (GB)
• Croix de Guerre (Belgique)
• Officier de l'Ordre de la Couronne (Belgique)

Imprimer