Ordre de la Libération Menu
René Weil
<< Tous les compagnons

René Weil

Groupe Bretagne
DPFAT

René Weil est né le 20 septembre 1917 à Hanoi en Indochine où son père s'était installé après avoir quitté l'Alsace annexée dans les années 1890.

Orphelin de père en 1925, René Weil, son frère et ses deux sœurs sont ramenés en France et les deux garçons envoyés dans un orphelinat à Coutances dans la Manche.

Elève à l'Ecole normale, René Weil, passionné d'aviation, choisit finalement la carrière d'aviateur et entre à l'Ecole de pilotage d'Istres où il est breveté pilote militaire en octobre 1936.

Le 10 septembre 1940, le sergent pilote René Weil et le sergent-mitrailleur Louis Prandi, à l'occasion d'un vol d'entraînement, quittent Gao (Mali) à bord d'un Potez 25 pour gagner le Nigeria britannique et s'engager dans les Forces aériennes françaises libres (FAFL).

René Weil appartient d'abord au Détachement permanent des Forces aériennes du Tchad (DPFAT) avec lequel il participe en février 1941 au raid sur Koufra (Libye) en appui de la Colonne Leclerc.

Il fait ensuite partie de l'Escadrille "Nantes" du Groupe de Bombardement "Bretagne" dès sa création, début 1942.

Avec le "Bretagne", il effectue des missions de bombardement sur Mourzouk en Libye en mars 1942, date à laquelle il est promu adjudant.

En décembre 1942, il participe à la deuxième campagne du Fezzan dans le désert de Libye.

L'adjudant René Weil a déjà accomplit 18 missions de guerre et fait l'objet d'une citation lorsque, le 26 décembre 1942, en fin de matinée, son bombardier Glenn Martin est touché par la DCA italienne au cours d'une attaque sur Gatroum. Il a le pied gauche sectionné par un obus ; étant en rase-motte, il parvient à faire remonter l'appareil avant de perdre connaissance. Son navigateur, le sous-lieutenant Netter, réussit à ramener le bombardier en direction de Uigh El Kébir où il pose l'appareil sur le ventre. Mais, victime d'une hémorragie, René Weil décède quelques heures plus tard.

Ramené par avion au Tchad, il est inhumé le lendemain dans un petit cimetière près de Zouar.


• Compagnon de la Libération - décret du 19 octobre 1944
• Croix de Guerre 39/45
• Médaille Coloniale

Imprimer