Ordre de la Libération Menu
Marie-Roger Tassin
<< Tous les compagnons

Marie-Roger Tassin

BM1
22ème BMNA

Marie-Roger Tassin est né le 19 avril 1900 à Paris.

Après des études secondaires suivies à Paris, il s'engage pour la durée de la guerre en août 1918.

Promu aspirant en octobre 1919, il part comme volontaire pour le Levant avec le 74e Régiment d'infanterie en février 1920.

Pendant la campagne de Syrie-Cilicie, il assure la défense comme chef de poste du pont de Karadjellas qui franchit le Seyoun sur la voie ferrée Mersina-Bagdad.

En juillet 1920, lors d'une attaque, il est blessé par une balle turque.

Il reçoit sa première citation. Réformé, Marie-Roger Tassin part pour le Congo belge où il s'installe comme colon; il y crée une plantation de caféiers.

En 1939, il répond à son ordre d'appel à Brazzaville. Démobilisé, il retourne dans sa plantation et décide de rallier la France libre au moment du ralliement du Congo, le 28 août 1940.

Il se rend à Brazzaville où il arrive comme adjudant, il a 40 ans. Voulant à tout prix servir comme combattant (on lui propose d'abord d'être instructeur), il parvient à se faire affecter en surnombre au Bataillon de marche n°1 (BM 1) ; il termine la campagne de Syrie comme sous-lieutenant.

Affecté au Dépôt des Troupes du Levant en avril 1942, il rejoint, début septembre 1942, la 22e Compagnie nord-africaine (22e CNA) placée sous les ordres du capitaine Lequesne.

En octobre 1942, le sous-lieutenant Tassin combat à El Alamein en Egypte ; blessé le 24 octobre 1942, il est évacué sur Beyrouth. Après un mois de convalescence, il rejoint son unité.

En 1943, au lendemain de la campagne de Tunisie, son unité devient le 22e Bataillon de marche nord-africain (22e BMNA) et est rattaché à la 2e Brigade française libre de la 1ère Division française libre. Le lieutenant Tassin commande une des trois compagnies de voltigeurs du Bataillon et prend une part active à la campagne d'Italie. Au Garigliano, le 12 mai 1944, il fonce à la tête de sa compagnie à l'assaut de blockhaus allemands quand il est touché par une balle qui le blesse très grièvement.

Hospitalisé à Naples, soigné par des médecins américains, il est considéré comme inapte désormais au combat ; mais refusant une fois encore d'abandonner la lutte, il n'hésite pas : il boucle ses affaires et, sans prévenir personne, quitte l'hôpital pour rejoindre son bataillon fin juillet 1944.

Quelques jours plus tard, à la mi-août 1944, il débarque en Provence avec la 1ère DFL et prend part à la prise de Toulon. Après la remontée de la vallée du Rhône et la libération de Lyon, c'est la dure bataille de Belfort dans le froid et la neige.

Après la campagne d'Alsace, Marie-Roger Tassin est envoyé avec la Division sur le front des Alpes où il termine la guerre avec le grade de capitaine.

Démobilisé en août 1945, il retourne au Congo et regagne sa plantation.

Le 29 juin 1953, à l'occasion du premier congé qu'il s'octroie depuis la guerre, il trouve la mort dans un accident d'automobile à Lubefu, en se rendant au lac de Kivu au Congo occidental.

Marie-Roger Tassin est inhumé au cimetière de la mission catholique de Lubefu dans le sud du Zaïre.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 novembre 1944
• Croix de Guerre 14/18
• Croix de Guerre 39/45 avec palme
• Croix de Guerre des TOE
• Médaille Coloniale avec agrafe "AFL"
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative 39/45

Imprimer