Ordre de la Libération Menu
Jean Charles Bellec
<< Tous les compagnons

Jean Charles Bellec

Bataillon d'Infanterie de Marine et du Pacifique
Bataillon du Pacifique

Jean Charles Bellec est né le 21 mai 1920 à Paris (Xème). Son père était ingénieur géomètre.

Il prépare « math élém » au collège Saint-Yves de Quimper lorsque les troupes allemandes entrent dans la ville en juin 1940.

Encouragé par sa mère, il décide de rejoindre l'Angleterre et se rend à Douarnenez d'où il embarque pour l'Ile de Sein. Là, le 19 juin 1940, il monte à bord de l'Ar Zénith qui le conduit en Grande-Bretagne où il s'engage dans les Forces françaises libres.

Affecté au 1er groupe de transport, il prend part à l'opération de Dakar en septembre 1940 et débarque au Cameroun en octobre.

Admis en janvier 1941 à l'école d'aspirants de Brazzaville, au camp Colonna d'Ornano, il en sort le 20 juin et est affecté au Bataillon du Pacifique (BP1) en provenance de Nouvelle-Calédonie et placé sous les ordres du commandant Félix Broche.

Après cinq mois d'entraînement près de Tel Aviv en Palestine, le BP1 est incorporé à la 1ère Brigade Française Libre (1ère BFL) en formation sous les ordres du général Koenig et engagé dans la campagne d'Afrique.

L'aspirant Jean Charles Bellec prend part à la campagne de Libye et aux combats de Bir-Hakeim. Là, dirigeant du 27 mai 1942 au 10 juin 1942 de nombreux coups de mains, il ramène de précieux renseignements en pénétrant chez l'ennemi. Il réussit à ramener intact un important convoi de ravitaillement en eau et en munitions à travers les lignes ennemies. Le 8 juin il est blessé par éclats d'obus à la jambe gauche. Au cours de la sortie de Bir-Hakeim, chargé d'orienter un convoi important, il saute sur trois mines, et, bien que blessé de nouveau, parvient à conduire la plus grande partie de ce convoi à destination.

Promu sous-lieutenant le 25 juin 1942, il participe ensuite, à tous les combats de la 1ère Division française libre, au sein du Bataillon d'infanterie de marine et du Pacifique (BIMP), issu de la fusion du Bataillon du Pacifique et du 1er Bataillon d'infanterie de marine après Bir-Hakeim.

Le lieutenant Bellec est blessé une nouvelle fois en Italie dans la région de Girofano le 15 mai 1944 par des éclats de mortier.

Il prend part ensuite à la campagne de France où il débarque le 16 août 1944 avec la 1ère Division française libre pour combattre en Provence où il se distingue, dans les Vosges et en Alsace. Il termine la guerre dans le sud des Alpes, au massif de l'Authion, où il est une nouvelle fois blessé le 10 avril 1945 à la poitrine et à la main et évacué.

Jean Charles Bellec poursuit ensuite une carrière militaire et sert notamment en AEF, en Indochine où il reçoit quatre citations, et à Madagascar jusqu'en 1957. A cette date il effectue un séjour de 18 mois en Algérie comme chef de bataillon.

De retour en métropole, il est promu lieutenant-colonel et commande notamment le Régiment de marche du Tchad avant de rejoindre la Guyane comme commandant militaire. En 1970, le colonel Bellec est adjoint au général commandant la VIIe Région militaire puis adjoint au général commandant la place de Paris.

Il prend sa retraite en 1973 avec le grade de général de brigade.

Jean Charles Bellec est décédé le 9 décembre 2002 à Grasse. Ses obsèques se sont déroulées le 16 décembre 2002 à la Cathédrale de Grasse.


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 9 septembre 1942
• Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 1939-45 (5 citations)
• Croix de Guerre des TOE (4 citations)
• Croix de la Valeur Militaire (2 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille Coloniale avec agrafes « Libye », Bir-Hakeim », « AFL », « Tunisie »
• Médaille des Blessés
• Médaille commémorative d'Indochine
• Médaille commémorative des Opérations de Sécurité et du maintien de l'Ordre en AFN avec agrafe « Algérie »
• Chevalier du Nicham Iftikar (Tunisie)
• Commandeur de l'Etoile Noire (Bénin)

Imprimer