Ordre de la Libération Menu
Roger Mompezat
<< Tous les compagnons

Roger Mompezat

Réseau Alliance
CF Montagne Noire

Roger Georges Mompezat est né le 3 avril 1899 à Bordeaux où son père est fonctionnaire des finances.

Il suit ses études au collège de Libourne.

Mobilisé à 19 ans, en 1918, il demande à servir dans un Bataillon Sénégalais où son frère a été incorporé en 1916.

Il était sur le point de monter au front au moment de la signature de l'armistice.

Au sein du 1er Régiment d'infanterie coloniale il participe à l'occupation en Allemagne et devient secrétaire interprète à la mission Interalliée des territoires rhénans.

Il est démobilisé en mars 1921.

Roger Mompezat termine alors ses études et passe le concours de fonctionnaire colonial pour effectuer ensuite un séjour de dix ans à Madagascar comme Payeur du Trésor. De retour en France il fonde un cabinet d'expert-comptable. Dès le début de la guerre il prend une part active à la Résistance. En 1941, il participe aux réseaux "Alliance " et "Pat".

En février 1942, il est membre du comité directeur du mouvement de zone sud "Libération ".

A ce titre il est chargé de missions de prospection et de la diffusion du journal du même nom dans les départements du Lot, du Lot-et-Garonne, des Pyrénées Orientales, des Basses et Hautes Pyrénées.

Arrêté, en juillet 1942, par la police de Vichy, il est libéré grâce à la complicité de policiers résistants. Il prend contact, en janvier 1943, avec des officiers français du War Office rentrant en Angleterre et, au mois avril, il crée une ligne de passage en Espagne à l'usage des officiers de l'Etat-major Interallié. Au mois de mai il est correspondant régional du War Office.

En septembre 1943, Roger Mompezat reçoit, par parachutage, le renfort du chef de bataillon Henri Sevenet, accompagné du commandant anglais, opérateur radio, Despaigne, alias Richardson. Dès cette époque, il a des activités multiples et incessantes : recherche de terrain de parachutages, constitution d'équipes spéciales pour les sabotages dans l'Ariège, l'Aude et le Tarn. Sous sa direction, 29 parachutages sont effectués dans ces départements, sans une seule arrestation.

En avril 1944, il constitue le Corps Franc de la Montagne Noire, unité de guérilla agréée par l'Etat-major Interallié, composée de maquisards et de volontaires de l'Aude et du Tarn, réunissant des représentants de toute la France, d'Outremer et de pays étrangers, qu'il rassemble, le 6 juin 1944, au Pic de Nore (Montagne Noire). Roger Mompezat dirige personnellement les opérations.

Le 7 juin 1944 le Corps Franc fait sauter en plusieurs endroits la voie ferrée Carcassonne-Toulouse, le lendemain il occupe Montolieu avant d'attaquer un convoi ennemi sur la route des Martyrs. Le 12 juin un détachement de 150 hommes du Corps Franc attaque une colonne allemande de 3 000 hommes. Dès la fin du mois, le Corps Franc de la Montagne Noire comprend plus de 900 hommes en uniformes, armés, équipés, encadrés par des officiers ou des sous-officiers de l'armée régulière.

Le 20 août, Roger Mompezat est blessé par un éclat d'obus au combat de Saint-Pons (Hérault). Deux jours plus tard il est à nouveau sur le terrain. Battu par le feu d'un ennemi supérieur en nombre, il se replie le dernier, sur le point d'être totalement encerclé, et réunit ses dernières forces pour sauver sa voiture et ramener des blessés en dépit de l'épuisement de ses forces physiques.

Tout au long de l'été 1944 le Corps Franc commandé par Roger Mompezat ne cesse de se distinguer par ses attaques courageuses, faisant de la portion centrale de la Montagne Noire, une véritable zone de France Libre dans laquelle l'ennemi n'osait s'aventurer.

Le 16 septembre 1944, il est nommé commandant du Bataillon "Aude-Montagne Noire" partant rejoindre le front de l'Est.

Le 1er novembre 1944, il est rappelé à Toulouse par le Commissariat de la République.

Après la guerre, il exerce à nouveau son métier d'expert comptable à Toulouse.

Roger Mompezat est Président d'Honneur du Conseil Départemental de la Résistance de la Haute-Garonne et Président de Libération Sud jusqu'à sa mort, survenue le 21 mars 1958 à Toulouse. Il y est inhumé, au cimetière de Terre Cabade dit de Salonique.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 janvier 1946
• Croix de Guerre 39/45 (3 citations)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Military Cross (GB)
• Médaille de la Résistance Polonaise

Publication :

Le corps-franc de la Montagne Noire, Journal de marche, avril-septembre 1944, Albi 1963
Imprimer