Ordre de la Libération Menu
Claude Lamirault
<< Tous les compagnons

Claude Lamirault

Réseau Jade-Fitzroy

Alias : Fitzroy - Roy

Fils d'avocat, Claude Lamirault est né le 12 juin 1918 à Paris (XVIe),

Il est, avant la guerre, militant à l'Action française et effectue son service militaire au 27e Bataillon de chasseurs alpins (27e BCA) en 1936-1938.

Rappelé en 1939 au 27e BCA, il y fait la connaissance de camarades qui seront, plus tard, les premiers à rentrer dans son réseau "Jade Fitzroy".

Son chef de corps ayant remarqué ses qualités intellectuelles, le fait nommer, dès le début de la guerre, au 2e Bureau en Belgique où il fait la liaison avec l'Intelligence Service.

En juin 1940, il laisse sa femme enceinte de leur premier enfant, et rejoint, via l'Afrique du Nord puis Gibraltar, l'Angleterre en octobre 1940.

Engagé dans les Forces françaises libres, il rencontre à Londres Honoré d'Estienne d'Orves qui, devant l'impatience de Lamirault de rentrer en France, lui conseille d'aller voir les services britanniques qui le parachutent dans la région de Rambouillet en décembre 1940 avec 50 000 francs.

Il a pour mission de créer un réseau de renseignements militaires du MI-6 (Intelligence Service) dans les deux zones. Il va immédiatement trouver sa femme, Denise, et l'avertit de la mission dont il est chargé. Elle confie leur enfant à ses parents et travaille avec lui. Elle sera son adjointe pendant quatre années.

Claude Lamirault crée le réseau "Jade Fitzroy" qui ne comporte, au début de 1941, que quelques membres parmi lesquels sa femme, Pierre Hentic, agent de liaison, Eugène Perrot, ingénieur radio et Kilesso, ancien officier de l'armée tsariste, spécialiste du renseignement.

Début novembre 1941, Lamirault qui a des problèmes de liaison avec Londres y retourne par une opération aérienne, emportant avec lui les derniers rapports mensuels de renseignements. Fin décembre 1941 en Sologne, il est parachuté de nouveau avec des postes émetteurs.

Rapidement l'organisation prend une importante expansion et comprend rapidement plusieurs centaines d'agents et dix sous-réseaux. Le réseau fournit des renseignements aux Alliés. Lamirault est ainsi l'un des premiers à indiquer que les Allemands fabriquent des armes secrètes.

Début avril 1942, il repart pour Londres avec son épouse dans une opération aérienne et échappe alors à l'arrestation à son domicile de Sartrouville où son jeune beau-frère, âgé de 17 ans, est pris (il mourra en captivité). Plusieurs membres du réseau sont également arrêtés ; Fin avril, Lamirault se fait parachuter une troisième fois dans la région de Rambouillet, mais activement recherché, il passe en zone sud, rejoint Marseille avec des agents du réseau. De là, en juillet, avec Denise, il rejoint Londres, via les Baléares.

Le 1er septembre 1942, Lamirault est parachuté de nouveau dans la région d'Aix-en-Provence. Il ne tarde pas à créer des sous-réseaux à Marseille et Toulon avant de repartir pour l'Angleterre le 13 février 1943 grâce à une opération pick up qui l'emmène, en même temps que Jean Moulin et le général Delestraint, depuis les environs de Lons le Saunier.

Le mois suivant il est parachuté pour la cinquième fois. Il réorganise le réseau et s'installe à Paris.

Le 15 décembre 1943, Claude Lamirault est arrêté à Paris, à la station de métro Richelieu-Drouot. Il abat celui qui l'a arrêté, un Français, avant d'être rattrapé et livré aux Allemands et interné à Fresnes. L'officier allemand chargé de l'interroger est l'ancien responsable du service de renseignements allemand aux Etats-Unis et lui témoigne une estime de "confrère". Catholique lui-même, il connaît la piété du prisonnier et lui demande de ne rien jurer. Grâce à lui, Lamirault ne sera pas torturé.

Peu après son arrestation, Lamirault apprend que les Allemands sont sur le point d'arrêter son photographe, Gennetier, père de neuf enfants, qui passe depuis 1940 toutes ses nuits à travailler pour le réseau et faisait de remarquables microphotographies. Lamirault aurait alors proposé un échange : la livraison de deux agents doubles, qui trahissaient Alliés comme Allemands, contre la liberté du photographe.

Le 15 mai 1944, Claude Lamirault est transféré à Compiègne puis déporté à Dachau le 2 juillet 1944.

Revenu de déportation le 14 avril 1945, il reprend du service comme lieutenant-colonel au 2e Bureau mais il se tue dans un accident de voiture, à Orléans, le 27 mai 1945. Il est inhumé à Maisons-Laffitte dans les Yvelines.


  • Chevalier de la Légion d'Honneur
  • Compagnon de la Libération - décret du 31 mai 1945
  • Croix de Guerre 39/45 avec palme
Imprimer