Ordre de la Libération Menu
Paul Guénon
<< Tous les compagnons

Paul Guénon

BM 11
Bataillon de Marche n°2
ACL
Ambulance Hadfield Spears
2ème RAC

Paul Guénon est né le 4 avril 1911 à Blaye en Gironde. Son père était chef de bureau à la Préfecture de la Gironde.

Il effectue son service militaire en 1931 et est incorporé l'année suivante à l'Ecole du service de Santé Militaire de Lyon.

Détaché à Marseille, il est promu médecin lieutenant en 1934.

En 1937, il est affecté au 9ème Régiment de Tirailleurs Sénégalais (9e RTS) à Tarbes et est embarqué en avril 1938 pour l'AEF.

Au moment de la déclaration de guerre, Paul Guénon est médecin-chef des troupes du Kanem au Tchad.

Dès l'été 1940, il rallie les Force Françaises Libres et se trouve affecté au 2e Bataillon de Marche de l'Oubangui-Chari (BM2).

Embarqué avec son unité à destination de Pointe-Noire puis de Brazzaville, il atteint la Palestine en avril 1941 avant de prendre part à la campagne de Syrie au terme de laquelle il est promu médecin capitaine. En décembre 1941, il part pour le Western Desert et participe à la campagne de Libye.

Du 27 mai au 10 juin 1942, il combat à Bir-Hakeim où il se dépense sans compter à son poste de secours. Violemment bombardé, dans une position intenable, encombré de blessés, il dirige son personnel et pratique avec succès des opérations délicates avec le plus parfait sang-froid.

En septembre 1942 il est affecté en qualité de médecin-chef au Groupe Sanitaire de la 2e Brigade de la 1ère Division Française Libre. En octobre, il prend part à la bataille d'El Alamein en Egypte.

Médecin de l'échelon avancé du groupe sanitaire de la 2e Brigade pendant les opérations du 11 mai 1943 dans le secteur de Takrouna en Tunisie, il mène à bien avec courage une mission difficile, assurant l'évacuation de 120 blessés sous un violent bombardement d'Artillerie.

Affecté au 4e groupe du 1er Régiment d'artillerie des Forces françaises libres de la 1ère DFL, toujours comme médecin-chef, il prend part ensuite aux opérations d'Italie (avril-juillet 1944) au sein de l'Ambulance Hadfield Spears avant de débarquer en Provence en août 1944 avec la 1ère DFL.

Après la libération de la vallée du Rhône, Paul Guénon est affecté au Bataillon de Marche n° 11 avec lequel il participe à la campagne des Vosges, puis à celle d'Alsace où il se distingue à nouveau en janvier 1945 au cours des durs combats de l'Ill. A Illhaeusern, au Moulin du Ried et dans le bois d'Elsenheim, il se porte constamment en avant sous le feu ennemi pour assurer, jour et nuit, le ramassage des très nombreux blessés et leur évacuation.

Paul Guénon termine la guerre sur le front des Alpes, au sein de l'Ambulance Chirurgicale Légère (ACL) et, après la capitulation allemande du 8 mai 1945, est promu médecin commandant.

Volontaire, il part alors pour l'Indochine, au sein du commando Conus, avec le CEFEO.

Le 23 janvier 1946, au cours d'une embuscade à Ban Keun au Laos, Paul Guénon se trouve face à face avec le chef d'une bande de rebelles qui, après un rapide corps à corps, le tue d'une balle portée en plein cœur.

Il a été inhumé à Saint Genès de Blaye en Gironde.


• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 28 mai 1945
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafes "AFL" et "Tunisie"

Imprimer