Ordre de la Libération Menu
Philippe Fratacci
<< Tous les compagnons

Philippe Fratacci

BM1
BM 4
BM 6

Philippe Fratacci est né le 25 janvier 1917 à Nice. Son père était cheminot et sa mère couturière.

Apprenti ajusteur, il s'engage le 25 février 1936 au 23e Régiment d'infanterie coloniale.

Arrivé au Cameroun en août 1938, il est sergent lors de la déclaration de guerre.

Le 20 août 1940, il déserte avec 16 camarades pour rejoindre les Français libres et participe au ralliement du Cameroun avec le commandant Leclerc avec lequel il arrive en pirogue le 27 août à Douala.

Engagé à la Légion du Cameroun, il prend part à la campagne du Gabon en octobre et novembre 1940.

En janvier 1941 il entre à l'Ecole d'aspirants de Brazzaville. Sorti 2e de sa promotion, il est promu aspirant en mai 1941.

Philippe Fratacci est affecté successivement au Bataillon de marche n° 6 (BM 6) puis au BM 1 en juillet 1941 et enfin à la 1ère compagnie du BM 4 en juillet 1942 au Liban.

Promu sous-lieutenant en janvier 1943, au moment où son bataillon est rattaché à la 2e Brigade de la 1ère Division française libre, il participe, en qualité de chef de section, à la fin de la campagne de Tunisie et notamment aux combats de Takrouna.

Le 17 mai 1944, au cours de la campagne d'Italie, après avoir amené et placé sa section, sans perte, près de Monticelli, et après avoir traversé un tir nourri d'armes automatiques, il est grièvement blessé par plusieurs balles en effectuant une reconnaissance en avant de sa section.

Un mois plus tard, bien qu'imparfaitement guéri, Philippe Fratacci quitte l'hôpital de Bagnoli et, fin juillet 1944, reprend le commandement d'une section au feu.

Il débarque en Provence le 16 août 1944 avec la 1ère Armée française. Le 22 août 1944, avec un escadron de chars, il reprend le contact devant la gare de Pauline et effectue plusieurs missions de liaison avec la brigade voisine. Blessé le lendemain par des éclats d'obus, pendant l'attaque sur Thouars, il rejoint son bataillon à Châteaurenard le 31 août avant de prendre part aux opérations d'Autun.

Promu lieutenant le 25 septembre 1944, Philippe Fratacci combat de nouveau devant Belfort mais doit être évacué malgré lui, à bout de forces, fin octobre.

Il rejoint son unité à la mi-janvier 1945 et participe à la bataille d'Alsace. Bien que diminué physiquement, il se dépense sans compter en missions de liaison vers les postes avancés à Sélestat, dans l'Illwald.

Comme commandant de la compagnie de commandement, il se distingue de nouveau, les 10 et 15 avril 1945, dans le sud des Alpes, au moment de l'avance sur la Roya et Breil.

Philippe Fratacci sert après la guerre en Indochine en 1946 sous les ordres du général Leclerc ; il est ensuite officier dans la Gendarmerie au Maroc (1947-1952) puis au Cambodge (1954-1956), au Niger (1957-1959) et en Haute-Volta (1959-1961).

Il sert en métropole dans la Gendarmerie, notamment à Tours.

Admis à la retraite avec le grade de lieutenant-colonel en 1965, il est ensuite chef du service de la sécurité du Port autonome du Havre.

Philippe Fratacci est décédé le 5 avril 2002 au Havre. Selon sa volonté, ses cendres ont été dispersées au Jardin du Souvenir à Cavalaire dans le Var.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 16 octobre 1945
• Officier de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (3 palmes)
• Médaille de la Résistance
• Insigne des Blessés
• Croix du Combattant 39/45
• Croix du Combattant Volontaire 39/45
• Médaille coloniale avec agrafes "AFL", "Tunisie 1943"
• Médaille Commémorative des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative d'Italie
• Médaille Commémorative d'Indochine

Imprimer