Ordre de la Libération Menu
Roger Carcassonne-Leduc
<< Tous les compagnons

Roger Carcassonne-Leduc

EM
Résistance Algérie

Alias : Leduc

Roger Carcassonne est né le 12 janvier 1911 à Marnia en Algérie.

Industriel à Oran, il est mobilisé sur place en 1939 et sert comme sous-lieutenant au 8e Régiment du train. Envoyé en Tunisie, il comparaît devant la justice militaire pour avoir fait afficher et distribuer le texte de l'appel du 18 juin du général de Gaulle.

Finalement rapatrié avec son unité à Oran, il est démobilisé le 28 août et cherche immédiatement avec son frère Pierre à rejoindre l'Angleterre par Gibraltar, en vain.

Il organise, toujours avec son frère et quelques amis dont le capitaine Louis Jobelot, un groupe qui se livre à une propagande discrète et essaie de rassembler le plus de monde possible.

En mars 1941, à Oran, le capitaine Jobelot lui présente Henri d'Astier de la Vigerie avec lequel il sympathise immédiatement. Après plusieurs entrevues, les deux hommes décident de créer un mouvement, qui regroupera tous ceux qui veulent poursuivre le combat contre les Allemands. Roger Carcassonne se charge avec son frère du recrutement et du contrôle des groupes de choc et des agents de renseignement.

Au mois d'août 1941, à Alger, il rencontre José Aboulker, étudiant en médecine et fils du professeur Henri Aboulker, qui s'est également engagé dans la résistance. Les deux hommes décident de se tenir au courant de leurs activités, sans toutefois fédérer leurs organisations respectives.

Carcassonne à Oran, Aboulker à Alger vont chacun poursuivre leurs activités centrées sur les opérations des groupes armés et sur le renseignement (création d'un centre d'informations civiles et militaires).

En 1942, Carcassonne envoie son frère à Alger pour mettre José Aboulker en relation avec Henri d'Astier de la Vigerie. Par ailleurs, il se charge des frais du groupe d'Oran et finance également l'organisation pour toute l'Afrique du nord.

En novembre 1942, lors du débarquement allié en Afrique du nord, en tant que chef régional de la résistance en Oranie, Carcassonne donne à ses chefs de groupe les missions suivantes, qui ont été établies en liaison avec le commandement allié :

- Neutraliser les transmissions des autorités de Vichy, arrêter le préfet.

- Etablir les liaisons radio avec la flotte alliée.

- Préparer les zones d'atterrissage des parachutistes, envoyer des guides au devant des troupes débarquées.

- Empêcher le sabotage du port.

Sous le feu, il établit des liaisons avec les postes de commandement des forces alliées, qui contribuèrent beaucoup au succès des opérations.

Roger Carcassonne a donc joué un rôle décisif dans la préparation du plan de débarquement, en travaillant en étroite collaboration avec des envoyés spéciaux des armées alliées. Un plan de débarquement dont l'exécution a été couronnée de succès.

Roger Carcassonne est ensuite envoyé en Grande-Bretagne, il est affecté à l'Etat-major et participe à l'organisation de missions spéciales en territoire occupé.

A la fin de la guerre, il regroupe dans "l'Association du 8 novembre 1942" ses camarades qui avaient résisté en Afrique du nord.

Roger Carcassonne est décédé le 10 décembre 1991 à Paris. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse.

• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 5 novembre 1945
• Croix de Guerre 39/45
• Médaille de la Résistance
• Bronze Star Medal (USA)

Publication :

• La première victoire, 8 novembre 1942, Ed. Louis Pariente, 2000

Imprimer