Ordre de la Libération Menu
Georges Buis
<< Tous les compagnons

Georges Buis

501ème Régiment de Chars de Combat
EM

Georges Buis est né le 24 février 1912 à Saigon (Vietnam), où son père était officier de l'armée de terre.

Après des études aux lycées de Toulon et de Marseille, puis au Prytanée militaire de La Flèche, il entre à Saint-Cyr en 1932 (promotion "De Bournazel").

Officier de cavalerie, sous-lieutenant en 1934 puis lieutenant en 1936, Georges Buis demande, en 1938, à partir pour le Levant. En 1940, il sert au 63e Bataillon de chars de combat stationné au Liban au sein du Corps expéditionnaire du Moyen-Orient (COMO).

En juillet 1940, après avoir eu connaissance de l'appel du général de Gaulle, il crée à Beyrouth, avec le lieutenant Pierre Blanchet, un journal clandestin diffusé sous la couverture des bulletins de l'Agence Havas.

Il s'évade du Liban dans des conditions difficiles et s'engage en avril 1941 dans les Forces françaises libres à Jérusalem. Georges Buis se bat avec la 21e Brigade australienne lors de la campagne de Syrie, puis il est nommé le 5 juillet 1941, chef de cabinet du général Catroux, commandant en chef et délégué de la France libre au Levant.

Le capitaine Buis rejoint à sa demande les forces combattantes en septembre 1943. Il est muté finalement au 501e Régiment de chars de combat (501e RCC) et est présent au Maroc lors de la fondation de la 2e DB. Il participe brillamment avec elle aux campagnes de France et d'Allemagne. Commandant la 1ère Compagnie de chars du Régiment; il se distingue à Ecouché, Andelot, Chatel et Herbsheim. Il entre le premier, avec le colonel Répiton-Préneuf, dans le "nid d'aigle" d'Hitler à Berchtesgaden.

Chef d'escadron à la fin de la guerre, il part en août 1945 pour l'Indochine avec le général Leclerc comme chef du 3e Bureau.

Directeur de la Sûreté fédérale à Saigon (1945-1946), il est ensuite directeur de l'Information à Rabat au Maroc(1947-1950) puis attaché militaire en Iran et en Afghanistan (1951-1954).

Promu lieutenant-colonel en 1953, Georges Buis commande le 5e Hussards (1955-1958), puis, en Algérie, comme colonel, les secteurs de Hodna et de Bougie (1958-1961).

Directeur du cabinet militaire du Haut-commissaire en Algérie, Christian Fouchet, en 1962, il est nommé, l'année suivante, général de brigade et commandant de la 3e Brigade blindée (1963-1965) puis de la 1ère Division à Trèves et la Zone nord FFA (1966-1968).

Général de division et directeur des Etudes du CHEM en 1968 et 1969, théoricien du feu nucléaire et de la stratégie de dissuasion, le général de corps d'armée Georges Buis dirige ensuite, jusqu'en 1972, l'Institut des hautes études de la Défense nationale (IHEDN).

Membre du Conseil national de l'Enseignement supérieur et de la recherche en 1971, dans le cadre de réserve depuis 1972, il préside la Fondation pour les Etudes de Défense nationale (FEDN) jusqu'en 1977.

Homme de lettres, journaliste de presse écrite et de radio, il publie plusieurs ouvrages littéraires de 1961 à 1991.

Georges Buis est décédé le 12 juin 1998 à Paris. Il est inhumé à Belley dans l'Ain.

• Grand Croix de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération, décret du 24 mars 1945
• Croix de Guerre 1939-45 (5 citations)
• Croix de la Valeur Militaire (3 citations)
• Médaille de la Résistance
• Commandeur des Palmes Académiques

Principales publications :

• La Grotte, Paris 1961
• La Barque, Paris 1968
• Les Fanfares perdues, Paris 1975
• Un Amour à la légère, Paris 1988
• D'un silence à L'autre, Paris 1991

Imprimer