Ordre de la Libération Menu
Disparition de Claude Raoul-Duval

Disparition de Claude Raoul-Duval

L’Ordre de la Libération a la grande tristesse de vous faire part de la disparition de monsieur Claude RAOUL-DUVAL, Compagnon de la Libération, survenue le 10 mai 2018 à l’hôpital militaire Bégin (Val-de-Marne), à l’âge de 98 ans. Grand Officier de la Légion d’honneur, il était le dernier représentant des pilotes des Forces aériennes françaises libres parmi les Compagnons de la Libération.

 

Claude Raoul-Duval est né le 22 octobre 1919 à Paris d'un père négociant en import-export et d'une mère sculpteur. Bachelier, il reçoit une formation militaire à l'École de l'Air en 1939.

 Promu sous-lieutenant en mars 1940, écœuré par l’annonce de l’armistice, il refuse immédiatement la défaite mais il ne peut embarquer à Bordeaux sur le Massilia qui renonce finalement, en appareillant, à emmener les pilotes de l'École de l'Air en Afrique du Nord. Avec un camarade, Frédéric de Pelleport, Claude Raoul-Duval décide alors de gagner l'Angleterre et, conduit par son père, il s'embarque au Verdon sur un bateau hollandais, le Nettie, qui atteint Falmouth le 22 juin 1940.

Engagé dans la France libre, il est affecté comme pilote aux Forces aériennes françaises libres avant de suivre un entraînement d’un an dans les écoles de la Royal Air Force. Volontaire pour le Moyen-Orient, il rejoint, après deux mois de traversée en bateau, le groupe de chasse Alsace dès sa formation au Liban en septembre 1941. Rapidement, il prend part aux opérations en Libye au cours desquelles il accomplit brillamment 50 missions, sur Morane 406 puis sur Hurricane, avec un matériel nettement inférieur à celui de l'ennemi.

 

Claude Raoul-Duval est rapatrié en Grande-Bretagne par bateau avec son unité qui s'installe en Ecosse début janvier 1943 et multiplie les missions sur le front occidental, notamment au-dessus de la France occupée.

Le 17 avril 1943, il est abattu en combat aérien par la chasse ennemie au-dessus du Havre. Blessé aux jambes par des éclats d'obus, il parvient cependant à sauter en parachute et, ayant atterri dans un arbre, à se soustraire aux recherches. Pendant six mois, après avoir repris contact à Paris avec son père qui œuvre dans le réseau d’évasion Comète, il participe également activement à la Résistance, servant de convoyeur pour les réseaux Comète et Bourgogne, faisant évader plusieurs aviateurs alliés abattus.

Il revient lui-même en Grande-Bretagne en novembre 1943 grâce à une difficile évasion commencée en août 1943, qui l'oblige à traverser à pied les Pyrénées et une partie de l'Espagne, en ramenant avec lui quatre aviateurs américains, deux officiers français ainsi que sa femme Josette qu’il a épousée à son arrivée à Paris en mai précédent.

Réaffecté immédiatement au groupe Alsace, il y retrouve ses camarades qui le croyaient mort. Il reprend le combat et participe à toutes les opérations de l'année 1944 sur l'Angleterre d'abord, la France, la Belgique et les Pays-Bas ensuite. Au cours de cette année, il effectue soixante-seize sorties offensives au-dessus du territoire ennemi dont deux le 6 juin 1944 lors du débarquement allié en Normandie. Au total, le capitaine Raoul-Duval a accompli 160 missions, totalisant 220 heures de vol de guerre.

Rendu à la vie civile après la guerre, il mènera sa vie professionnelle dans le commerce puis dans la banque, au Congo, au Nigéria, en Algérie, au Brésil, puis enfin à Paris à partir de 1969 avant de prendre sa retraite en 1995.

 La cérémonie religieuse aura lieu en la cathédrale Saint-Louis des Invalides le mercredi 16 mai 2018 à 14h30. Les honneurs funèbres militaires lui seront rendus à l’issue dans la cour d’honneur des Invalides.

 

Il reste aujourd’hui 6 Compagnons de la Libération vivants. L’Ordre de la Libération a pour mission, en particulier quand les derniers témoins auront disparu, de participer au nécessaire esprit de défense devant animer chaque citoyen, en faisant en sorte que le parcours de l’engagement des Compagnons soit une source d’inspiration pour la jeunesse de France.

Imprimer