Retour à l'accueil
Galerie Photo
Liens
Le Livre d'Or
Plan du site
Crédits
Contactez-nous
Moteur de recherches


Pierre Sonneville

Alias: "Marco Polo" - "Equilatéral" - Pierre Cordier – Pierre Sauvel

Pierre Sonneville est né le 18 janvier 1911 à Armentières dans le Nord.

Après des études secondaires au collège catholique Sainte-Croix à Armentières, attiré par la mer, il entre à l'Ecole Navale en 1930.

A partir de 1934, il sert à bord de sous-marins et, en 1940, peu avant l'armistice, il est enseigne de vaisseau, officier en second du sous-marin Junon en réparation à Cherbourg.

Pierre Sonneville rejoint les Forces Françaises Libres dès juillet 1940. Le 15 août 1940, il est promu lieutenant de vaisseau. Chargé par l'amiral Muselier de réarmer les sous-marins Junon et Minerve, il assure seul, sans matériel et sans officier pour le seconder, le réarmement puis le commandement de la Minerve à partir du 1er novembre 1940.


Pierre Sonneville

Pierre Sonneville commande la Minerve dans les eaux d'Ecosse, de Norvège et de Russie. Il fait preuve d'un cran remarquable lorsque, au cours d'une patrouille, il attaque avec succès un grand pétrolier allemand chargé et fortement escorté.

Subissant pendant 18 heures un grenadage intermittent de la part des torpilleurs d'escorte du pétrolier, il parvient à ramener son bâtiment à sa base malgré de nombreuses avaries.

Un peu plus tard, il réalise une importante mission au cours de laquelle il débarque des agents sur les côtes de Norvège. En avril 1942, il est promu capitaine de corvette.

Le 1er octobre 1942, le commandant Sonneville quitte, à sa demande, la Minerve pour effectuer une mission secrète en France.

Fin novembre 1942, il est parachuté dans les environs de Châteauroux avec mission de pénétrer dans les milieux "marine" de Toulon et d'engager ses anciens camarades à reprendre le combat en rejoignant l'Afrique du nord. Le sabordage de la flotte rendant sa mission inutile, il reçoit l'ordre de créer un réseau de renseignements : le réseau "Marco Polo".

En quelques semaines, son dispositif est en place, et au début de janvier 1943, les premiers courriers parviennent déjà en Angleterre. Il prend également contact avec tous les milieux de la Résistance pour leur faire connaître exactement la volonté du général de Gaulle. Il développe le réseau "Marco Polo" qui devient un des plus importants de la Zone sud, fournissant d'importantes informations aux Alliés.

Ses activités attirent aussi l'intérêt de la police allemande ; recherché à Nice, Lyon et Marseille, il échappe plusieurs fois à l'arrestation et accepte finalement de rentrer par avion à Londres en avril 1943.

Début mai 1943, il prend le commandement du sous-marin Curie que la marine britannique vient d'offrir aux FNFL et recommence les patrouilles en Mer du nord et en Méditerranée.

Début février 1944, Pierre Sonneville quitte la Curie et, après un court séjour à Alger nécessaire à son affectation au Bureau Central de Renseignements et d'Action de Londres (BCRAL), il arrive en Grande-Bretagne le 20 février. Il effectue rapidement quelques stages et, à la mi-mars, est nommé Délégué militaire de la région parisienne, chargé de coordonner l'action des mouvements de résistance et de les convaincre d'accepter les directives venus de Londres, notamment concernant la décentralisation du Comité militaire d'action (COMAC) créé par le Conseil national de la Résistance (CNR).

A nouveau parachuté en France le 5 avril 1944, sous le pseudonyme d'"Equilatéral", il arrive le 15 à Paris et entre rapidement en contact avec les Délégués militaires des deux zones, avec le Délégué militaire national, Jacques Chaban-Delmas et avec les membres du COMAC. Il rencontre dans sa tâche d'unification du commandement militaire de la région parisienne de grandes difficultés dues au manque de moyens et aux désaccords entre la Délégation générale et le commandement FFI, d'une part, et le CNR et le COMAC d'autre part.

Malgré les arrestations, "Equilatéral" parvient à organiser les opérations de la région parisienne conformément aux directives du général Koenig, commandant des FFI.

En septembre 1944, Pierre Sonneville est appelé au cabinet du général de Gaulle où il s'occupe des questions FFI ; il termine la guerre avec le grade de capitaine de frégate et ayant accompli, au total, 25 missions sous-marines et 2 missions de 5 mois chacune en territoire occupé.

En 1950, il quitte l'Armée pour entrer dans la marine marchande où il occupe les fonctions d'ingénieur naval.

Il est candidat centriste non élu aux élections législatives d'octobre 1969 dans les Yvelines.

Pierre Sonneville est décédé le 9 avril 1970 à Paris. Il a été inhumé au cimetière de Bagneux.


Commandeur de la Légion d'Honneur
Compagnon de la Libération - décret du 19 octobre 1945
Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
Médaille de la Résistance
Officier de l'Empire Britannique

Publication :

Les Combattants de la liberté. Ils n’étaient pas dix mille…, la Table Ronde, Paris 1968

 

Dernière mise à jour : le 13 juin 2013
Contacter le webmaster