Retour à l'accueil
Galerie Photo
Liens
Le Livre d'Or
Plan du site
Crédits
Contactez-nous
Moteur de recherches


Emile Allegret

Emile Allegret est né à Dijon (Côte-d'Or) le 24 avril 1907.

Après ses études secondaires il s'engage en 1926 pour cinq ans dans l'Armée de l'air. Sous-officier, il est admis à suivre les cours d'élève aspirant (EOR)

Il entre ensuite à l'Ecole nationale de l'Aviation civile et, Ingénieur, devient pilote d'essai.

Officier de réserve, il est maintenu en affectation spéciale lors de la déclaration de guerre de septembre 1939 comme moniteur pilote à l’Ecole de Royan.

Il entend l'appel du 18 juin et, à l'annonce de l'armistice, refuse de voler pour le compte des Allemands.

Emile Allegret entre rapidement dans la Résistance.


Emile Allegret

Obligé de cacher son identité, il devient un agent du mouvement de résistance l'Organisation Civile et Militaire (OCM). Après avoir fait partie du groupement du 6e arrondissement de Paris, il effectue des missions de renseignements sur les côtes de l'Atlantique et notamment à Royan où il relève l'emplacement des fortifications et des batteries défenses côtières.

Il réussit au cours de cette mission à soustraire des armes et des munitions entreposées dans le sous-sol de l'Hôtel de ville de Royan.

Traqué par la Gestapo il doit quitter la France et réussit, le 24 décembre 1942, à gagner l'Espagne en franchissant les Pyrénées.

Il s'engage dans les Forces Françaises Libres le 25 janvier 1943 à la Mission Française à Gibraltar.

Arrivé à Londres, il est incorporé dans les Forces Aériennes Françaises Libres le 13 février 1943, et affecté le 5 mars 1943 au Groupe de Bombardement "Lorraine", le Squadron 342.

Grâce à sa valeur professionnelle et à son courage, il se distingue dans les opérations de bombardement de jour et de nuit.

Le 23 décembre 1943 puis les 5 et 9 février 1944, il démontre ses qualités de leader dans des attaques rendues extrêmement difficiles par la violence de la DCA ennemie.

Entre-temps, en janvier 1944, lieutenant Allegret a pris le commandement de l'escadrille "Metz" et multiplie les opérations de bombardement.

Il participe ensuite à la mission historique de protection, par écran de fumée, des troupes de débarquement alliées sur les côtes de Normandie le 6 juin 1944.

Il se distingue également le 5 août 1944 lors d'une mission de nuit sur la Normandie au cours de laquelle sa maîtrise lui permet d'échapper à une sérieuse attaque de la chasse ennemie.

Gravement blessé en service commandé, le 27 janvier 1945, il termine la guerre avec le grade de capitaine. Il a effectué avec le "Lorraine" 55 bombardements au total dont plusieurs en vol rasant.

Emile Allegret poursuit ensuite une brillante carrière comme ingénieur de la navigation aérienne.

Il entre en 1961 au Secrétariat général de l'Aviation civile comme ingénieur divisionnaire de la navigation aérienne.

Il commande l'Aéroport de Toulouse. Son dernier poste sera celui de commandant en second de l'Aéroport de Nice-Côte d'Azur avant de prendre sa retraite en mai 1968.

Emile Allegret est décédé le 22 novembre 1990 à Vaux sur Mer en Charente-Maritime.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 28 mai 1945
• Croix de Guerre 1939-45 (6 citations)
• Médaille de la Résistance
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Médaille des Evadés
• Médaille de l'Aéronautique
• Médaille d'Argent des Services Militaires Volontaires
• Médaille commémorative des Services volontaires dans la France Libre
• Médaille de la France Libérée
• Distinguished Flying Cross (USA)
• European-African-Middle Eastern Campaign Medal (USA)

 

Dernière mise à jour : le 29 août 213
Contacter le webmaster