Ordre de la Libération Menu
Adolphe Vézinet
<< Tous les compagnons

Adolphe Vézinet

EM
Régiment de Marche du Tchad

Adolphe Vézinet est né le 1er mars 1906 à Montjaux dans l'Aveyron de parents cultivateurs.

En 1926 il fait son service militaire dans l'Infanterie Coloniale au Maroc; il est nommé sous-lieutenant de réserve en 1927.

A l'issue d'un séjour de plus de deux ans en AOF (Sénégal-Mauritanie) il est admis dans les cadres actifs en qualité de sous-lieutenant d'Infanterie Coloniale en 1930.

Il sert ensuite successivement au Maroc (1931-1932) où il prend part aux opérations de pacification des confins algéro-marocains et à la prise du Tafilalet où il reçoit sa première citation, puis en Indochine (1934-1937) où il sert au Tonkin le long de la Frontière chinoise.

Promu capitaine en 1938, Adolphe Vézinet est envoyé au Tchad où il exerce les fonctions de commandant de la 4e Compagnie du Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad (RTST). Ayant entendu l'appel du général de Gaulle, il est, en août 1940, l'un des artisans du ralliement du Tchad à la France Libre et sera, à ce titre, condamné à mort par le Tribunal Militaire de Clermont-Ferrand.

En 1941, il est nommé chef de bataillon et prend part aux campagnes en Libye (raid sur Koufra - campagne du Fezzan) sous les ordres de Leclerc. Il participe ensuite à la fin de la campagne du Fezzan et à la campagne de Tunisie où les unités sous ses ordres se distinguent particulièrement à Ksar Rhilane et au Djebel Mellab (février-mars 1943). A l'issue de la campagne de Tunisie, il est fait Compagnon de la Libération par le général de Gaulle.

Adolphe Vézinet est ensuite placé à la tête du 1er Bataillon du Régiment de Marche du Tchad (RMT) lors de sa création au moment de la mise sur pied au Maroc de la 2e DB. En août 1943, il sert en qualité de chef d'Etat-major du Groupement Tactique Dio.

Adolphe Vézinet est promu lieutenant-colonel en mars 1944 et embarque pour l'Angleterre avec la 2e DB en avril 1944 à Oran.

C'est au sein de la 2e DB qu'il prend part, après le débarquement, aux combats de Libération (Alençon, Paris, Strasbourg, Berchtesgaden) comme chef d'Etat-major, puis comme commandant d'un Groupement Tactique Blindé et enfin, comme sous-chef d'Etat-major de la Division.

Son inlassable activité est à la base des succès de Dugny, du Bourget et de Blanc-Mesnil et il fait montre d'une très belle attitude au feu notamment lors des combats de Carrouges au cours desquels il est blessé. Il est également le libérateur de Baccarat (31 octobre 1944) dans les Vosges.

Au cours des opérations au sud de Strasbourg, il enlève successivement, à la tête de son groupement tactique, les villages de Krafft, Erstein, Gerstheim, Obenheim, Boofzheim et Friesenheim. Il libère, à la fin du mois de novembre 1944, Erstein en Alsace.

En janvier 1945 Adolphe Vézinet reçoit ses galons de colonel et se voit confier le poste de chef d'Etat-major du Corps Expéditionnaire d'Extrême-Orient qui se met en place sous les ordres du général Leclerc. Il quitte ce poste en juin 1945 pour prendre la Direction des Troupes Coloniales.

En 1946, il redevient chef d'Etat-major du général Leclerc jusqu'à la mort accidentelle de celui-ci en novembre 1947.

En 1948 Adolphe Vézinet occupe, auprès du Secrétaire d'Etat aux Forces Armées "Terre", les fonctions de chef d'Etat-major particulier. En 1949, il reçoit le commandement du Sud-Annam en Indochine et ses étoiles de général de brigade.

De retour en France en 1950, il devient Secrétaire général adjoint de la Défense Nationale avant d'exercer de 1954 à 1956 le commandement de la 8e Division d'Infanterie.

Promu général de division en 1956, il se voit confier en janvier 1957 la Direction des Personnels Militaires de l'Armée de Terre.

Elevé au rang de général de corps d'armée en 1959, il quitte la DPMAT et reçoit successivement les commandements de la 9e Région militaire (1959) et du Corps d'Armée d'Alger (avril 1960). Le général Vézinet est arrêté et interné à In Salah par les auteurs du putsch d'avril 1961.

En juillet 1961, il prend le commandement de la 1ère Région militaire (Paris) et en janvier 1963 les fonctions d'Inspecteur Général de la Défense Opérationnelle du Territoire. En 1964 il est nommé général d'armée et devient Gouverneur Militaire de Lyon.

Le général Vézinet prend sa retraite militaire en mars 1967 et occupe en 1968 les fonctions de Conseiller d'Etat en service extraordinaire.

Adolphe Vézinet est décédé le 13 janvier 1996 à Marseille. Il a été inhumé à Montjaux.


• Grand Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 2 juin 1943
• Grand Croix de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Croix de Guerre des TOE (1 citation)
• Croix de la Valeur Militaire (avec palme)
• Médaille de la Résistance avec rosette
• Distinguished Service Order (GB)


Publications :

Le Général Leclerc de Hauteclocque Maréchal de France, Presses de la Cité, 1974
Le Général Leclerc, Coll. J'ai lu, 1982

Imprimer