Ordre de la Libération Menu
Jean Tulasne
<< Tous les compagnons

Jean Tulasne

Régiment de Chasse Normandie-Niémen
EM
Groupe de Chasse « Alsace »
Squadron 274

Issu d'une famille tourangelle, Jean Tulasne est né le 27 novembre 1912 à Nancy où son père, officier de cavalerie passé dans l'aviation en 1915, était en garnison.

Il fait ses études secondaires au Prytanée de la Flèche et entre à Saint-Cyr en 1931 (promotion Tafilalet).

Sorti en 1933 avec les galons de sous-lieutenant, il passe ensuite deux ans à l'Ecole de l'Air de Versailles avant d'être versé dans la 15e Escadre de Bombardement à Avord. Souhaitant intégrer une unité de chasse, il demande sa mutation qui intervient en avril 1937 ; il est alors affecté à la 3e Escadre de Chasse à Dijon.

En octobre 1938, il est envoyé comme instructeur à l'Ecole de l'Air de Salon-de-Provence.

En mai 1939, Jean Tulasne est affecté en Tunisie à l'Escadrille régionale de Chasse 574 de Tunis-El Aouina et, en juin, est nommé capitaine. En septembre, son escadrille est transférée à Oran et intégrée au G.C. II/9 ; il prend alors le commandement de la 4e Escadrille. Il passe ensuite au G.C. I/7 et prend le commandement de la 2e Escadrille.

En janvier 1940, il est rapatrié en France avec son Groupe de Chasse pour trois semaines au terme desquelles il est envoyé au camp de Rayack au Liban dans le cadre des Forces aériennes de Groupement mobile du Levant.

Transféré en mai 1940 sur un terrain de la plaine de la Bekaa avec son unité, le capitaine Tulasne brûle d'envie de participer au conflit qui fait rage en France mais l'armistice intervient avant son transfert en métropole.

Rendu responsable de la désertion de trois de ses camarades (le lieutenant Péronne et les sous-officiers Coudray et Ballatore), partis fin juin rejoindre les Forces françaises libres, Jean Tulasne est d'abord interdit de vol puis autorisé à voler de nouveau mais sous surveillance uniquement.

Le 5 décembre 1940, au cours d'une sortie au large de Beyrouth, il simule une panne de moteur, tombe en piqué et, au ras des vagues, met le cap vers la Palestine. Il se pose à Lydda près de Haïffa où il retrouve ses anciens camarades incorporés au Free French Flight n° 2 et est dirigé vers le Q.G. britannique à Jérusalem avec l'officier de liaison des FFL en Palestine.

Pour les autorités de Vichy, le capitaine Tulasne est officiellement porté "disparu en mer" et a même les honneurs d'un requiem solennel dans la cathédrale de Beyrouth.

En Palestine il obtient d'être incorporé dans un squadron de chasse qui doit participer prochainement à des opérations sur le front de Libye. Il s'engage le 9 décembre dans la RAF avec le grade de Flight Lieutenant et passe deux semaines à Ismailia pour parfaire son entraînement. Noté comme "pilote exceptionnel", il rejoint à la mi-janvier 1941 le 274e Squadron qui se bat contre les Italiens dans la région de Tobrouk.

Fin février 1941, il est promu commandant et nommé par le général de Gaulle Chef d'Etat-major des Forces aériennes françaises libres (FAFL) au Moyen-Orient en remplacement du colonel de Marmier ; il doit alors partir s'installer au Caire, quittant le front a contrecœur.

Le 15 septembre 1941 est créé le Groupe de Chasse "Alsace" immédiatement placé sous les ordres du commandant Tulasne qui laisse l'Etat-major au colonel Astier de Villatte.

Après plusieurs mois de préparation et d'entraînement, le Groupe de Chasse "Alsace" part pour l'Egypte en janvier 1942 assister la 8ème Armée Britannique au cours de la bataille de Gazala. Tulasne participe à l'action jusqu'au 15 juin effectuant 16 missions de guerre pour 20 heures de vol avant de recevoir l'ordre de se replier avec son groupe devant l'avancée des troupes de Rommel.

Affecté à la couverture d'Alexandrie avec son unité, il se voit confier le commandement tactique d'un nouveau groupe de chasse destiné à se battre sur le front russe : le Groupe de Chasse " Normandie".

Le 1er décembre 1942, les volontaires français parviennent sur le sol russe, après un voyage de trois semaines.

Après quatre mois d'instruction et de formation des pilotes, le GC "Normandie" est opérationnel. Il est équipé d'appareils soviétiques : les Yak.

En avril 1943 ont lieu les premières sorties du groupe et les premières victoires. Jean Tulasne effectue deux à trois sorties par jour, escortant des bombardiers, accomplissant des couvertures ou des missions de chasse libre.

Le 23 juin 1943, il abat un FW 190 ; début juillet, la grande offensive russe se prépare dans la région d'Orel et le "Normandie" est inclus dans le plan d'attaque. Le 15 et le 16 juillet, Jean Tulasne abat consécutivement deux avions ennemis.

Le 17 juillet en fin d'après-midi dans la région d'Orel, au cours d'un nouveau combat aérien contre des FW 190, le commandant Jean Tulasne disparaît en vol. Il a accompli dans sa carrière près de 2 000 heures de vol et rempli 96 missions de guerre en 132 heures de vol.

Il est présumé inhumé (un corps qui pourrait être le sien a été retrouvé en 1963) au cimetière de Vedenskoye à Moscou dans le Carré des étrangers, sous la dalle du "pilote français inconnu".


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 11 octobre 1943
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafe "Libye"
• Médaille du Levant
• Ordre de la Guerre pour le Salut de la Patrie (URSS)

Imprimer