Ordre de la Libération Menu
Roger Sinaud
<< Tous les compagnons

Roger Sinaud

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
Régiment de Marche du Tchad

Roger Sinaud est né le 12 juillet 1911 au Grand-Bourg dans la Creuse.

Diplômé de l'Ecole supérieure de commerce de Clermont-Ferrand, il effectue son service militaire en Algérie d'octobre 1932 à octobre 1933.

Rendu à la vie civile, il est secrétaire de l'attaché commercial de l'ambassade de France à Madrid puis à Londres et, à partir de 1939, représentant de la Compagnie française de l'Afrique occidentale à Lagos au Nigéria.

Roger Sinaud est mobilisé en septembre 1939 et démobilisé au lendemain de l'armistice. De retour au Nigeria, il refuse d'admettre la défaite et signe, sur place, son engagement dans les Forces françaises libres.

Il rejoint le Congo le 30 septembre 1940 et est sélectionné pour suivre les cours d'élève aspirant à Brazzaville. En mars 1941 l'aspirant Roger Sinaud intègre le Régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad (RTST) de la colonne Leclerc en tant que méhariste car il connaît très bien les grands déserts.

Nommé commandant du Poste de Bardaï par Leclerc, il participe ensuite à partir de la fin de l'année 1942 aux opérations du Fezzan et de Tripolitaine puis à la campagne de Tunisie (où il est cité à l'ordre du Régiment) avec la Force L.

Sous-lieutenant au 3e Bataillon du Régiment de marche du Tchad (RMT), au moment de sa création au sein de la 2e Division blindée qui se constitue au Maroc à l'été 1943, Roger Sinaud rejoint l'Angleterre avec l'ensemble de la Division en avril 1944.

Chef de section de mortiers, il débarque en août 1944 avec la 2e DB en Normandie et participe aux combats du bocage normand. Le 13 août, par un tir précis de ses mortiers, il met un char Panther hors de combat.

Il prend part ensuite à la libération de Paris et à la campagne des Vosges.

En novembre 1944, chef du 3e Bataillon, il se distingue, à la tête de son unité, lors de la percée de Strasbourg, en appuyant de ses tirs la progression des chars et de l'infanterie, tout en neutralisant les armes antichar ennemies.

En Alsace, Le lieutenant Sinaud est grièvement blessé par balle, le 28 janvier 1945, lors du combat de Grüssenheim, en détruisant un nid de résistance ennemie à la tête de ses hommes. Hospitalisé, il est rapidement démobilisé et fait chevalier de la Légion d'Honneur puis Compagnon de la Libération le 20 janvier 1946.

Après la guerre, il entame une carrière dans l'administration coloniale et sert d'abord au Congo (1947-1948) puis au gouvernement général de l'AEF (1948-1949), au Tchad (1950-1956) et au Gabon (1957-1961). Il termine sa carrière en 1967 avec le grade d'administrateur en chef de classe exceptionnelle de la France d'Outre-mer.

Roger Sinaud est décédé le 6 avril 1976 à Limoges. Il a été inhumé au Grand-Bourg.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 20 janvier 1946
• Croix de Guerre 39/45 (4 citations)
• Médaille de la Résistance

Imprimer