Ordre de la Libération Menu
Charles Santini
<< Tous les compagnons

Charles Santini

13ème Demi Brigade de Légion Etrangère

Charles Santini est né le 30 avril 1912 à Velone Orneto en Corse.

En 1932, il s'engage dans la Légion Etrangère et sert en Algérie puis au Maroc pendant neuf ans.

Le 24 juillet 1941, en Syrie, il rallie les Forces Françaises Libres et s'engage dans la 13e Demi-Brigade de Légion Etrangère (13e DBLE).

Dès lors, il participe à toutes les campagnes de son unité.

D'un courage au feu exceptionnel, le sergent Santini, chef de section de pionniers, se distingue à Bir-Hakeim où, le 11 juin 1942, au cours de la sortie de vive force de la position, il aide son chef de section à faire prisonnier cinq soldats ennemis.

Ce premier fait d'armes lui vaut de recevoir la Croix de Guerre.

Présent aux combats de l'Himeimat (El Elamein) en octobre 1942 puis à ceux de la campagne d'Italie où il se fait de nouveau remarquer par son esprit offensif.

Le 21 mai 1944, à la cote 170, il entraîne son groupe en avant dans une contre-attaque ; fonçant mitraillette au poing, il lance ses hommes dans un corps à corps victorieux.

Le 1er juillet 1944, il est nommé sergent-chef.

Après le débarquement en Provence, il se distingue à nouveau au cours des combats du plateau d'Onans dans le Doubs, le 21 septembre 1944, en allant chercher, sous le feu, son chef de section grièvement blessé et resté sur le terrain. En décembre 1944, grâce à une action rapide, il s'empare par surprise d'une position importante et enraye la progression de l'ennemi en lui infligeant des pertes. Trois jours plus tard au Kolhwald, il conduit sa section en avant en forçant le barrage de deux mitrailleuses.

Du 23 au 26 janvier 1945, avec le 2e Bataillon de la "13", il se distingue au combat d'Illhausern en Alsace avant de partir pour le front des Alpes dans le massif de l'Authion.

Le 14 avril 1945, Charles Santini dirige ses hommes à l'attaque des casemates de la Déa et, après les avoir prises, monte accompagné de quelques hommes sur le piton de la Gonella sous un tir ajusté d'armes automatiques. C'est à ce moment qu'il est grièvement blessé à la jambe droite par un éclat d'obus.

Rendu à la vie civile après la fin de la guerre, il trouve un poste d'ouvrier à la Manufacture des Tabacs.

Charles Santini est décédé le 18 mai 1986 au Val de Grâce à Paris. Il a été incinéré au cimetière du Père-Lachaise.


• Officier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (6 citations)

Imprimer