Ordre de la Libération Menu
Jacques Roumeguère
<< Tous les compagnons

Jacques Roumeguère

1er Régiment d'Artillerie Coloniale

Jacques Roumeguère est né le 9 avril 1917 au Havre en Seine-Maritime. Son père, colonel d'artillerie, a été tué en 1917.

Après des études au prytanée militaire de La Flèche, il obtient son baccalauréat et fait une année de droit avant de faire son service militaire en 1938 dans l'artillerie de marine.

Il reste sous les drapeaux au 40e Régiment d'artillerie de marine lors de la déclaration de guerre de septembre 1939. Il prend part à la campagne de France et à celle de Belgique.

Il participe à la défense de Lille où il est fait prisonnier le 1er juin 1940 ; évacué en Belgique, il parvient à s'évader et à rejoindre Lille vêtu de vêtements civils. Il gagne la côte et s'embarque au Cap Gris Nez (Pas-de-Calais) pour l'Angleterre le 17 juin, de nuit, dans une barque, avec cinq britanniques.

Engagé dans les Forces françaises libres, il est envoyé en AEF et prend part à l'opération de Dakar et à la campagne de Syrie en juin 1941.

Jacques Roumeguère suit une formation à l'école d'officiers de Damas en Syrie. Affecté comme aspirant au 1er Régiment d'Artillerie des FFL au sein de la 1ère Division française libre, il participe à la campagne de Libye à partir de janvier 1942 : Halfaya, Méchili et Gazala avant de s'installer à Bir-Hakeim avec la 1ère Brigade française libre du général Koenig.

A Bir-Hakeim, il fait l'admiration de tous ses hommes quand, blessé, le 9 juin 1942, il refuse d'abandonner son poste avant le lendemain alors que sa blessure à la jambe lui interdit tout mouvement.

Evacué au Levant pour y être soigné, il reçoit la Croix de la Libération le 29 août 1942 à Beyrouth des mains du général de Gaulle.

Rétabli après une longue convalescence, il est envoyé dans une école à feu libanaise, puis, de retour dans son régiment, il prend part à la campagne de Tunisie (février-mai 1943) avant d'être employé par le général de Larminat pour une mission clandestine au moment où la 1ère Division française libre est reléguée à Sabratha en Tripolitaine.

Cette mission consiste à récupérer en Tunisie des jeunes volontaires pour leur faire rejoindre la 1ère DFL et leur éviter ainsi de s'engager dans l'armée d'Afrique.

Interprétateur de photographies aériennes sur une base américaine pendant la campagne d'Italie, il obtient finalement, à la veille du débarquement de Provence d'août 1944, d'être réaffecté au 1er RA.

Il prend part alors avec son unité à tous les combats de libération de la France : Provence, Vallée du Rhône, Vosges, Alsace et Alpes.

Après la guerre, dès novembre 1945, Jacques Roumeguère occupe le poste de secrétaire de l'Ordre de la Libération.

En 1961, Il est consul général de France à Bangui en République Centrafricaine.

En 1963, il est consul général de France à Diego-Suarez à Madagascar.

En 1968, il est chargé de mission au cabinet du Ministre des Affaires étrangères, Michel Debré. L'année suivante Jacques Roumeguère sert en qualité d'administrateur civil de 2e classe au service Bâtiments du Ministère de la Justice.

En 1973, il est envoyé en mission dans les Terres Australes, comme chef de District de la Nouvelle-Amsterdam.

Délégué régional à l'environnement en 1975 et affecté au ministère de l'urbanisme et du logement en 1981, Jacques Roumeguère est nommé en février 1983, Inspecteur général de l'Equipement.

Jacques Roumeguère est décédé à Paris le 25 décembre 2006. Il est inhumé à Saint-Loup de Gonois dans le Loiret.


• Commandeur de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 9 septembre 1942
• Commandeur de l'Ordre National du Mérite
• Croix de Guerre 39/45 (3 citations)
• Médaille de la Résistance
• Médaille des Evadés
• Médaille Coloniale avec agrafes "AFL", "Levant", "Libye", "Bir-Hakeim"
• Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
• Member of the British Empire

Imprimer