Ordre de la Libération Menu
Charles Rossignol
<< Tous les compagnons

Charles Rossignol

BM 11

Charles Rossignol est né le 16 février 1920 à Pin l'Emagny en Haute-Saône d'un père artisan cordier et d'une mère institutrice.

Après des études primaires à l'école de Pin puis secondaires au lycée à Besançon, il choisit le métier militaire. Il entre à Saint-Cyr en octobre 1939 (promotion "Amitié Franco-britannique") puis, au bout de six mois, est affecté à un dépôt d'infanterie qui se replie devant l'offensive allemande jusqu'à Bordeaux. C'est là qu'il apprend l'armistice.

Avec trois camarades parmi lesquels Louis Dupuis, refusant la défaite, Charles Rossignol décide de rejoindre le général de Gaulle à Londres. Déguisé en soldat polonais, il s'évade de France, de Saint-Jean-de-Luz, le 21 juin 1940 en embarquant sur le Batory, bâtiment qui rapatrie vers l'Angleterre des troupes polonaises.

Engagé dans les Forces françaises libres, il est d'abord affecté à l'encadrement des jeunes volontaires à l'instruction sur le sol anglais. Désirant ardemment se battre, il multiplie les demandes de mutation pour une unité combattante.

En novembre 1941, il obtient une affectation au Bataillon de marche n°11 (1ère DFL) alors en formation à Beyrouth et qu'il intègre en qualité de chef de section de Brenn Carriers (chenillettes). Il prend part successivement à toutes les campagnes avec son bataillon.

Promu sous-lieutenant en mars 1942, il combat brillamment à El Alamein (Egypte) où il se distingue au cours d'une reconnaissance, le 4 novembre 1942 ; il fait preuve de sang-froid en dégageant un tirailleur sous le feu adverse et en réduisant au silence la résistance ennemie par l'action de ses mitrailleuses de 25 mm. Il reçoit pour cette action sa première citation.

Il est une nouvelle fois cité en Italie, après avoir été blessé par balle le 17 mai 1944 en soutenant l'attaque d'une compagnie de voltigeurs à Casa Chiaia. Il débarque en Provence en août 1944 avec son unité avant la remontée de la vallée du Rhône.

A la libération de Besançon, il retrouve ses parents mais, quelques jours plus tard, le 22 septembre 1944, alors qu'il s'est porté volontaire pour commander une reconnaissance dangereuse, le lieutenant Charles Rossignol est tué par balle devant Granges-la-Ville près de Villersexel en Haute-Saône, à quelques kilomètres de chez lui. Il est inhumé dans son village natal de Pin l'Emagny.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 7 juillet 1945
• Croix de Guerre 39/45 (2 citations)

Imprimer