Ordre de la Libération Menu
Yves Rolland
<< Tous les compagnons

Yves Rolland

Régiment de Tirailleurs Sénégalais du Tchad
Régiment de Marche du Tchad
GNT

Fils de cheminot, Yves Rolland est né le 16 juillet 1909 à Quimper dans le Finistère.

Après avoir travaillé comme ouvrier dans les constructions navales, il s'engage, en janvier 1928, au titre du 8e Régiment de tirailleurs sénégalais (8e RTS) ; nommé caporal en novembre de la même année, il est désigné pour le Levant et débarque à Beyrouth en octobre 1929.

Au bout de deux ans, il rentre en France avec le grade de sergent.

En septembre 1933, muté en AOF, il séjourne un an à Dakar avant d'être affecté au 7e RTS stationné en Mauritanie.

En octobre 1935, Yves Rolland change à nouveau d'affectation et intègre le 1er Bataillon de tirailleurs sénégalais (1er BTS).

Nommé sergent-chef en novembre 1937, il est muté au groupe nomade de Kanem au Tchad en août 1938 ; il s'y fait remarquer par son entrain et son endurance notamment au cours d'une reconnaissance de 2 000 kilomètres effectuée par son groupe dans des conditions difficiles.

En mai 1940, il rejoint la 17e Compagnie du Régiment de tirailleurs sénégalais du Tchad à Fort-Lamy où il entend l'appel du 18 juin. Sa rencontre avec le colonel Colonna d'Ornano le convainc de poursuivre le combat et le 26 août, il rallie la France libre en même temps que le territoire du Tchad.

En décembre 1940, il est affecté au Groupe nomade du Tibesti qui fait partie de la Colonne Leclerc et est promu adjudant en avril 1941.

En février-mars 1942, l'adjudant Rolland prend part à la première campagne du Fezzan (Libye) durant laquelle il conduit son détachement avec les "plus grandes qualités de cran et d'endurance". De décembre 1942 à février 1943, il retourne dans le Fezzan et participe à la prise de Gatroun le 6 janvier 1943.

L'adjudant-chef Rolland combat ensuite en Tunisie avant d'être affecté dès sa création le 1er juillet 1943, au Régiment de Marche du Tchad (RMT) au sein de la 2e Division blindée du général Leclerc.

Après plusieurs mois passés au Maroc, il est dirigé, au printemps 1944, avec la 2e section de la 7e Compagnie du 2e Bataillon du RMT sur la Grande-Bretagne. Trois mois plus tard, le 1er août, il débarque en Normandie. Le 11 août, au cours de l'attaque du Mont Regnier, il entre seul dans une cave défendue par l'ennemi et en ressort avec 5 prisonniers.

Le 24 août, au carrefour de Villacoublay dans la banlieue parisienne, sous le tir des armes automatiques ennemies, il s'approche à 50 mètres d'une mitrailleuse de 20 mm, tue le tireur et met en fuite les autres servants.

Après la libération de Paris, la bataille des Vosges et la libération de Strasbourg, Yves Rolland se distingue de nouveau en Alsace ; le 22 janvier 1945, à Kilstett dans le Bas-Rhin, assurant le nettoyage d'une partie de la ville, il s'empare de 72 prisonniers, détruit 15 mitrailleuses lourdes et contribue à la destruction des deux Panzer qu'il désigne comme cible aux chars de son unité juste avant d'être grièvement blessé aux jambes par des éclats d'obus.

Après plusieurs mois de convalescence, il sert, à partir d'août 1945, au Q.G. du général de Gaulle.

En février 1946, il est affecté à la 39e Compagnie de secrétaires d'Etat-major coloniaux avant d'être désigné pour l'AEF, à Bangui en mai 1948. Un an plus tard, nommé sous-lieutenant, il est muté à la Direction du Service des matériels et bâtiments coloniaux.

En avril 1951, Yves Rolland reçoit ses galons de lieutenant avant d'être envoyé en Indochine à la Direction du Génie. En 1954, il revient en France et en avril 1955 il fait valoir ses droits à la retraite.

Rendu à la vie civile, il exerce la profession de conducteur de travaux dans le Bâtiment.

Yves Rolland est décédé le 17 juillet 1994 à Quimper où il a été inhumé.

• Chevalier de la Légion d'Honneur
• Compagnon de la Libération - décret du 17 novembre 1945
• Médaille Militaire
• Croix de Guerre 39/45 (5 citations)
• Médaille Coloniale avec agrafes "AFL", "Fezzan 42", "Fezzan-Tripolitaine 43", "Tunisie", "E-O"
• Médaille des Blessés
• Médaille Commémorative 39/45
• Médaille des Services Volontaires dans la France Libre
• Médaille Commémorative d'Indochine
• Officier de l'Etoile Noire (Bénin)

Imprimer